Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 15 octobre
HomeCultureCuba à travers la lentille du photographe Hubert Macé de Gastines
Publicité

Cuba à travers la lentille du photographe Hubert Macé de Gastines

Envie de voyager en ce début de temps frisquet? Jusqu’au 14 décembre prochain, la Maison de la culture Rosemont-La Petite-Patrie nous convie à découvrir le travail photographique d’Hubert Macé de Gastines qui a parcouru les rues de La Havane et témoigne de la vie urbaine de la capitale cubaine foisonnante de vie, de couleurs et de chaleur. Une dizaine d’écrans voient défiler plus de trois cent images. Ainsi, il est possible d’apprécier une plus grande diversité d’épreuves que les expositions de photographies plus traditionnelles nous ont habituée à voir.

L’exposition se décompose en autant de thèmes qu’il y a d’écrans dans la salle. En effet, chacune des télévisions est accompagnée d’un panneau didactique qui enrichit la compréhension de ce riche panorama et offre des explications contextuelles, sociologiques ou historiques sur les images qui lui sont adjacentes. On y dévoile divers aspects concernant la pêche, l’avenue Malecón, le domino, les moyens de communication, la vente au détail, les musiciens de rue, les chiens, les projets de restauration architecturale, bref le quotidien d’une ville toujours en mouvement.

Le photographe a travaillé dans le domaine documentaire aux quatre coins de la planète mais jamais à Cuba. Fasciné dès son jeune âge par La Havane en entendant parler des évènements politiques s’y déroulant, ce projet est la réalisation d’un rêve d’enfance. L’artiste cherche à vivre la rencontre avec une culture. Pour ce faire, il a marché de quartier en quartier dans le but d’étudier les rues, les habitants, les ambiances. Discrètement, le photographe erre dans la cité tâchant de capter au passage des morceaux de vie des gens. Hubert Macé De Gastines nous propose des scènes simples au travers lesquelles on perçoit une vive curiosité pour ce qu’il l’entoure. On y contemple aussi la beauté de cette ville où se côtoie une architecture majestueuse, tout autant que des ruines. En nous présentant la vie cubaine, on y apprend également toute une histoire de son architecture.

On y découvre entre autres le cimetière Necropolis de Colón, un des plus grands du monde, lieu où les gens viennent visiter leurs morts et les artisans sculpteurs de marbre travaillent aux pierres tombales selon les demandes de la famille en deuil. Le thème de l’éducation est aussi exploré et celle-ci paraît une valeur importante à Cuba avec son taux d’alphabétisation très élevé de même que le grand respect manifesté aux professeurs. Macé De Gastines nous montre les écoliers à la sortie des classes dans leur uniforme impeccable ou pratiquant divers sports. Enfin, l’artiste illustre, par toute une série de photographies, le système qu’il a lui-même baptisé « l’ascenseur ». Un client, de sa résidence, achète des denrées ou tout autre objet de nécessité aux vendeurs ambulants en criant à ce dernier ce dont il a besoin depuis l’étage, descend un panier avec l’argent via une corde, et le produit acheté avec la monnaie lui revient par le même chemin.

De plus, un joli clin d’oeil est proposé à l’utilisation de la corde à linge comme acteur du dynamisme de la vie de quartier. Toute une série de clichés, eux-mêmes accrochés avec des épingles aux couleurs vives,  montrent des vêtements suspendus ainsi que des gens discutant à leur balcon. Les cordes à linge deviennent un lieu de socialisation avec le voisinage où les Cubains, installés sur leur balcon, peuvent observer le spectacle de la rue havanaise. Tout comme le visiteur de cette exposition a l’occasion de le faire.

Studio 2 de la Maison de la culture Rosemont-La Petite-Patrie
Cuba Color, un œil curieux à la Havane…
Du 1er novembre au 14 décembre 2014
rpt.accesculture.com
6707, avenue De Lorimier

Oeuvre d'Hubert Macé de Gastines, exposition à la Maison de la culture Rosemont-La Petite-Patrie.

Oeuvre d’Hubert Macé de Gastines, exposition à la Maison de la culture Rosemont-La Petite-Patrie.

No comments

leave a comment

Publicité