Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
samedi le 22 juin
HomeÉlections scolairesDe l’oasis à commissaire scolaire
Publicité

De l’oasis à commissaire scolaire

Les élections scolaires se déroulent le dimanche 2 novembre. On vous présente les personnes candidates qui se présentent pour les deux circonscriptions de l’Arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie pour la Commission scolaire de Montréal d’ici à vendredi. 

Les candidats de la circonscription Rosemont : Patrick Bouvier, Jean-Pierre Lord pour Priorité Écoles, Jean-Denis Dufort pour le MEMO  et Émilie Trudel. Photo : RueMasson.com

Les candidats de la circonscription Rosemont : Patrick Bouvier, Jean-Pierre Lord pour Priorité Écoles, Jean-Denis Dufort pour le MÉMO et Émilie Trudel. Photo : RueMasson.com

Nous avons envoyé par courriel les mêmes questions à toutes les personnes candidates. Une seule question était ajoutée pour les candidats de Rosemont sur l’absence d’école secondaire dans leur circonscription.

À lire sur le même sujet

Jean-Pierre Lord est candidat dans Rosemont pour le parti Priorité écoles.

Quel est le rôle d’un commissaire scolaire ? Peut-il-elle vraiment faire une différence ?

Le rôle des commissaires est d’appliquer l’esprit de la Loi sur l’instruction publique et d’assurer le dialogue avec les gens concernés (école – famille – communauté). Il doit assumer un leadership dans sa manière d’entrevoir les dilemmes éthiques et les défis de gouvernance. Si « quoi faire ? » est important, le « comment ? » peut vraiment faire la différence.

Pourquoi vous présentez-vous ? Qui êtes-vous ?

Bachelier en travail social et spécialisé en organisation communautaire, je suis directeur de l’Oasis des enfants : une maison d’amour stimulante et bienveillante pour les plus démunis ou vulnérables de moins de 13 ans. Abasourdi par les coupes aux services aux élèves et dans notre programme d’activités parascolaires, j’ai décidé de me présenter.

La Commission scolaire de Montréal fait face à de nombreux défis, dont des demandes de compressions budgétaires de Québec. Quelles sont les principales solutions selon vous ?

Les frondes de l’équipe sortante (MÉMO) ont pratiquement mis en tutelle la CSDM. Je crois qu’il faut innover dans nos pratiques de gouvernance et alléger son fonctionnement. Il faut oser la transparence, car les choix seront difficiles et nous devrons les assumer ensemble. Il y a bien des économies à faire, mais sûrement pas sur le dos des élèves en difficulté.

Le taux de participation aux élections scolaires est de plus en plus bas. Le ministre a d’ailleurs mis l’existence même des commissions scolaires en question si le taux de participation n’est pas à la hauteur de ses espérances. Que faites-vous pour faire participer les gens ? Pourquoi les élections scolaires ne sont pas organisées en même temps que les élections municipales comme avant ?

En 2007, l’Union des municipalités a refusé d’entendre raison afin que les élections municipales aient lieu en même temps que les scolaires. Quel paradoxe ! Après 7 ans de gestion en vase clos, le citoyen peut bien devenir apathique. Osons le bottom up! L’heure de l’autonomie des écoles a sonné.

Pourquoi les commissions scolaires sont-elles importantes, car plusieurs veulent les éliminer ?

Les commissions scolaires permettent aux écoles de partager certains coûts administratifs : la prévision des effectifs scolaires, les affectations des ressources humaines et des routes scolaires, les planifications budgétaires, la gestion de programmes et l’entretien du parc immobilier. Toutefois, « la bureaucratie nourrit la bureaucratie grandissante ». L’élu doit y voir.

Dans Rosemont ou dans Petite-Patrie-Rosemont Ouest quelles sont vos 3 priorités ?

L’enjeu des prochaines années est définitivement la surpopulation de nos écoles. En ce sens, je compte assumer un leadership auprès de la Ville et de l’arrondissement pour accélérer la gestion des projets des travaux d’entretien ou d’agrandissement. Il faut aussi des passerelles (DEP-Technique, garderie/CPE–Écoles). Revoyons ensemble l’école secondaire.

Question pour les candidats de Rosemont, Il n’y a pas d’école secondaire dans Rosemont (Père-Marquette est dans Petite-Patrie). Est-ce que ça ne pousse pas les parents à envoyer leurs enfants à Jean-Eudes, au privé ?

Déjà en 2012 lors du Forum social de Rosemont, les citoyens rappelaient 7 ans d’inactions quant à l’ouverture d’une nouvelle école secondaire. Notre quartier regorge de large mobilisation sociale et d’actions collectives. Ayons de l’audace et définissons-la ensemble. Les défis du 21e siècle sont grands.

En général, outre des fonds supplémentaires, de quoi nos écoles ont le plus besoin ? Car les professeurs semblent à bout de souffle ? Pourquoi ?

Actuellement, il y a beaucoup d’emplois précaires, de demi-tâches et d’insécurité dans le réseau public. Il faut une meilleure stabilité à l’échelle des comités de quartier. Pour que cesse la méfiance entre les acteurs, notre équipe propose d’ouvrir le conseil des commissaires aux représentants des syndicats et des associations.

No comments

leave a comment

Publicité