Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mercredi le 18 septembre
HomeCultureLe rouge et le bleu à l’Aquarium
Publicité

Le rouge et le bleu à l’Aquarium

Jusqu’au 24 octobre prochain, et ce pour une deuxième fois à l’Aquarium Café, Philippe Doucet présente son travail. Une quinzaine de toiles nous plonge dans un imaginaire dynamique, vif et lyrique.

Un thé au jardin, acrylique et encre sur toile

Un thé au jardin, acrylique et encre sur toile

 

Autant d’explosions de couleurs dirait-on, tant le résultat est éclaté; les couleurs vives et les noirs intenses. En s’approchant, on distingue peu à peu des éléments figuratifs qui nous donnent des clés de compréhension du sujet exploré. Le tout semble baigné dans une zone intermédiaire entre la figuration et la pure abstraction.

Autodidacte, ayant approché l’art de la peinture en 2009 dans une démarche thérapeutique, Philippe Doucet a développé un langage bien personnel, qui se veut essentiellement intuitif. L’imagerie créée par le peintre révèle un acte créateur qui ne puise pas dans les apprentissages ou habiletés acquises.

Grâce à une pratique libératrice, l’artiste s’affranchit d’un travail intellectuel prenant ses assises dans la réflexion et la rationalité. Doucet affirme par ailleurs qu’un certain vide mental lui est nécessaire afin de parvenir à atteindre un état propice à l’art pictural. De là, le calme lui permet de trouver les caractéristiques formelles et thématiques de l’œuvre en gestation.

Une dominance dans le choix de couleurs privilégiées est notable. Le bleu et le rouge sont prédominants dans plusieurs œuvres. Quelques touches jaunes éclairent parfois d’éclats furtifs certaines compositions. De plus, la ligne contour est souvent forte : de larges touches noires la soulignent généreusement. Les formes sont appuyées et témoignent ainsi d’une énergie débordante. L’artiste appose également de l’encre sur ses acryliques ce qui accentue cette vivacité du noir.

Lorsqu’on pénètre dans le café, on pourrait croire à une série de tableaux abstraits, pourtant ce n’est pas le cas ici. Des silhouettes se distinguent, des personnages primitifs comme dans les trois œuvres intitulées Totem, Tribu ou La foule. Parfois, les formes humaines sont plus subtiles, sans contours nets, une densité plus compacte de touches suggèrent plus que ne dessinent des individus qui se regardent dans un Face à face aux couleurs contrastées. Doucet présente aussi un couple d’oiseaux aux formes longitudinales se confondant presque sur le fond bleuté et protégeant son nid empli d’œufs. Ou, dans des compositions plus chaotiques, on remarque une tendance plus grande vers l’abstraction, par exemple dans État improbable et Les enfants éternels d’Attawapiskat. Ces tableaux présentent un désordre complexe. Une toile au titre comme Imbroglio nous le confirme.

Dans ces œuvres de Philippe Doucet, on sent une spontanéité et une impulsivité rafraichissantes tout autant que chaleureuses. Une grande énergie s’en dégage dont la création sans idée préconçue, au gré de l’inspiration de l’artiste, s’imprègne du moment présent.

Aquarium Café bar

Philippe Doucet

Du 13 septembre au 24 octobre

2923, rue Masson

No comments

leave a comment

Publicité