Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mercredi le 18 septembre
HomePolitiquePanneaux de partage sous les viaducs : les cyclistes ont-ils l’obligation d’utiliser le trottoir?
Publicité

Panneaux de partage sous les viaducs : les cyclistes ont-ils l’obligation d’utiliser le trottoir?

Simon Reny, un cycliste qui circulait mercredi à 16h30 sur la rue Saint-Denis et passait sous le viaduc des Carrières a été arrêté par un policier du SPVM qui lui a signifié qu’il devait rouler sur le trottoir. Le cycliste a argumenté et a reçu une contravention de 42 $.

Ces panneaux installés à l'entrée de plusieurs viaducs indiquent qu'il faut partager le trottoir, mais n'obligent pas les cyclistes à utiliser le trottoir. Photo : RueMasson.com

Ces panneaux installés à l’entrée de plusieurs viaducs indiquent qu’il faut partager le trottoir, mais n’obligent pas les cyclistes à utiliser le trottoir. Photo : RueMasson.com

Simon Reny raconte qu’il était au courant du dossier et qu’il était persuadé d’avoir raison. Qu’aucun règlement ne l’oblige à rouler sur un trottoir quand les panneaux de partage sont présents. Mais le policier lui a dit qu’il lui donnerait une amende plus salée s’il continuer d’argumenter, car il n’avait pas de réflecteur sur sa roue avant. « J’ai donc arrêté d’argumenter. Il m’a donné mon ticket et a arrêté un autre cycliste pour la même raison au même moment. L’autre cycliste aussi était très surpris ».

Une fois arrivé chez lui, le cycliste a regardé l’amende et a constaté que la raison était le manque de réflecteur. Aucune mention de l’obligation de circuler sur le trottoir. « Je ne peux pas la contester puisqu’il a raison et j’ai tort. Je n’avais pas de réflecteur », souligne-t-il.

Est-ce obligatoire de rouler sur le trottoir?

Depuis l’accident qui a couté la vie à Mathilde Blais fin avril alors qu’elle roulait au même endroit que Simon Reny, la ville de Montréal a décidé de sécuriser la traversée de plusieurs viaducs en autorisant le partage du trottoir entre les piétons et les cyclistes. Les piétons ayant la priorité.

Sauf que ce partage n’oblige pas les cyclistes à emprunter les trottoirs, ils peuvent toujours choisir de rouler dans la rue en passant sous un viaduc. Nathalie Valois, agente responsable de la sécurité à vélo pour le service de police de la ville de Montréal (SPVM) confirme que les cyclistes ont le choix. « La loi dit qu’il n’y a pas d’obligation de circuler sur le trottoir, on est seulement obligé de cohabiter avec les piétons ».

Même son de cloche chez Vélo Québec. « Ces panneaux ont été mis en place par la Ville et les arrondissements dans le cadre d’un effort concerté pour répondre rapidement à la commotion causée par le décès de Mme Mathilde Blais. À aucun moment il n’a été question d’obliger les cyclistes à emprunter le trottoir. L’objectif était de donner une alternative à ceux et celles qui ne se sentent pas en sécurité sur la chaussée dans les viaducs visés. Nous avons salué la flexibilité de la Ville dans ce dossier », rappelle le chargé de projet François-Xavier Tremblay.

La relationniste de la ville de Montréal, Valérie Degagné nous confirme que le policier a mal interprété les panneaux de partage « Les cyclistes sont autorisés à circuler sur le trottoir du viaduc Saint-Denis, de même que dans la rue. Le SPVM m’a mentionné que le policier qui était installé à cet endroit a été avisé aujourd’hui de son erreur d’interprétation.»

Dans la Presse ce matin, un article mentionne que selon le ministère des Transports le panneau installé aux abords des viaducs constitue une obligation. Il semble que plusieurs autres cyclistes ont été arrêtés par le même policier.

Et pour les réflecteurs?

Par ailleurs, après une vague de contraventions à des cyclistes qui n’avaient pas de réflecteurs, le SPVM avait modéré ses ardeurs cette année. Pourquoi avoir donné une contravention pour cette raison ? Nathalie Valois souligne que selon la loi les réflecteurs sont obligatoires. Mais que le SPVM a demandé aux policiers d’utiliser leur pouvoir discrétionnaire et de ne pas émettre de contravention systématiquement. « On leur demande d’évaluer la situation », rappelle Nathalie Valois.

Latest comments

  • C’est pas évident à comprendre le contexte quand on dit qu’une personne « argumente » avec un policier. La dernière fois que les médias on relatés qu’une personne a été arrêté suite à une « argumentation » avec un policier et que quelques jours après une vidéo montrant la scène a été sortie j’ai trouvé que de voir l’intervention enlevait beaucoup de crédibilité à « l’argumentateur » car la différence entre argumenter et dépasser le degré de courtoisie qu’on doit avoir envers un policier est variable d’un individu à l’autre.

  • Sur la question à savoir si les cyclistes doivent obligatoirement utiliser le trottoir sous les viaducs où il est permis de le faire: c’est ridicule.

    Si l’interprétation du règlement par le policier était fautive alors la contravention du cycliste sera-t-telle annulée ?

  • Heu… C’est quand même le ministère des transports qui a écrit le Règlement sur la signalisation routière et le Code de la sécurité routière. Il est donc la spécialiste ici et non le SPVM.

    Le panneau indique une obligation (couronne verte) et non une simple indication (il n’y aurait pas eu de couronne du tout). Tout panneau se retrouvant sur le même support qu’une obligation devint alors une obligation également.
    Le policier a très bien interprété la signalisation. Le but n’était peut-être pas d’obliger, alors dans ce cas, le panneau fut simplement mal choisis.

  • http://www2.publicationsduquebec.gouv.qc.ca/dynamicSearch/telecharge.php?type=2&file=//C_24_2/C24_2R41.htm

    « 5. Le symbole d’obligation, constitué d’une couronne verte, signifie que le message figurant à l’intérieur de la couronne fait l’objet d’une obligation, de même que les inscriptions pouvant compléter le message. »

  • Moi ma question c’est : quand le cycliste passe sur le trottoir, est-ce qu’il doit débarquer de son vélo?

    Comme piéton, je dois régulièrement m’écarter pour ne pas être frappée ou accrochée par des vélos qui circulent illégalement sur le trottoir, et ça m’enrage.

    Dans le cas où il y aurait ce panneau, qu’est-ce qui se passe?

  • tout a fait d’accord avec aldebrana si je dois partager le trottoir alors d’accord mais je crois pas que je dois partager le trottoir sur la rue iberville entre masson et rosemont ni la 1ere avenue entre rosemont et masson ni la rue masson arreter de dessiner des pistes cyclable il y a jamais personne dessus la preuve entre laurier et st-joseph coin 2eme il y a un cycliste occasionel qui passe tout le monde pique a travers le parc pelican.

leave a comment

Publicité