Allaitement à la pataugeoire Lafond : deuxième avertissement en 2 jours

Par -

Si l’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie s’est excusé de l’attitude du sauveteur qui avait demandé à Mélodie Nelson d’arrêter d’allaiter à la pataugeoire Lafond et confirme que les femmes peuvent allaiter en public n’importe où, il rappelle que c’est impossible lorsque les mères sont dans l’eau d’une pataugeoire ou d’une piscine.

Bébé Simone, l'un des enfants de RueMasson.com après avoir été allaitée lors de la couverture des élections municipales. Photo : RueMasson.com

Bébé Simone, l’un des enfants de RueMasson.com après avoir été allaitée lors de la couverture des élections municipales. Photo : RueMasson.com

D’ailleurs, Mélodie Nelson s’est fait avertir une autre fois de ne pas allaiter dans la pataugeoire, une deuxième fois en deux jours. Cette fois-ci, elle aurait été dans l’eau, ce qui serait interdit pour des questions de salubrité et de sécurité. Le maire de Rosemont-La Petite-Patrie François Croteau souligne qu’une superviseure lui a dit que la dame était au milieu de la pataugeoire. Cette dernière réfute cette affirmation et dit qu’elle était assise au bord de la pataugeoire les pieds dans l’eau et que son fils, qu’elle allaitait, n’était pas dans l’eau.

« Pour vrai, à moins d’être debout et de faire des acrobaties, il me serait impossible d’allaiter au milieu de la pataugeoire. Il y a trop d’eau. Ce ne serait effectivement pas sécuritaire, la hauteur de l’eau mais aussi la possibilité que d’autres enfants bousculent et mettent la tête sous l’eau, accidentellement, de mon fils », explique Mélodie Nelson.

Cette interdiction vient avec celle de manger ou boire dans l’eau et d’éviter les vomissures dans l’eau. Car la réglementation provinciale sur la qualité de l’eau des piscines et des bassins obligent la fermeture de la piscine si quelqu’un y vomit ou s’en sert de toilettes.

« Comme dans toutes les piscines et pataugeoires du Québec on ne peut avoir aucun aliment ou boisson dans l’eau. Maintenant dans ce cas précis, le sauveteur aurait demandé à la dame d’allaiter hors de l’eau au cas où son enfant régurgiterait dans l’eau. Il faudrait alors fermer la pataugeoire et faire son nettoyage. Donc notre sauveteur lui a simplement demandé d’allaiter hors de l’eau pour des questions d’hygiène et de sécurité. On peut allaiter sur le bord de la pataugeoire, mais pas dans l’eau », explique le maire Croteau.

Lisa Marie Noël, cofondatrice de RueMasson.com allaite sa fille Simone lors de la couverture des élections municipales. Photo : RueMasson.com

Lisa Marie Noël, cofondatrice de RueMasson.com allaite sa fille Simone lors de la couverture des élections municipales. Photo : RueMasson.com

La ville de Gatineau a fait marche arrière dans la même situation

Mais la ville de Gatineau a du faire marche arrière l’an dernier pour la même situation et a finalement autorisé l’allaitement que l’on soit au bord de l’eau ou dans l’eau. Voici ce qu’on pouvait lire dans un article du Droit du 3 février 2013 :

La Ville de Gatineau a dû céder du terrain. « Nos services aquatiques ont fait des vérifications auprès du gouvernement du Québec en ce qui a trait à la salubrité de l’eau des piscines, explique la conseillère Nicole Champagne. Ils en viennent à la conclusion que les mères peuvent allaiter aussi bien sur le bord de l’eau, les pieds dans la piscine, que dans la piscine elle-même. Sur la quantité d’eau qu’il y a dans la piscine, ce n’est pas quelques gouttes (de lait maternel) qui vont faire la différence. »

Des jugements pour l’allaitement 

La Cour suprême du Canada a déjà statué sur le libre droit des femmes d’allaiter en public. Ce droit est aussi garanti par la Charte des droits et liberté au Québec.

D’ailleurs, dans un jugement de la Commission des droits de la personne en 2005 pour une femme qui avait allaité dans un magasin de meubles dans l’ouest de Montréal sous prétexte qu’il était interdit de boire ou manger dans le magasin, la commission a jugé que la propriétaire du magasin et son employée ont porté atteinte à son droit d’être traitée en pleine égalité sans distinction fondée sur son sexe et l’ont condamné à payer 1000 $ de dommages.

On y mentionne aussi que les tribunaux ont déjà statué sur le droit à l’allaitement dans les lieux publics : « Comme le Tribunal l’a déjà souligné, l’allaitement n’est pas un geste d’exhibition, il s’agit d’un geste naturel intimement lié à la capacité d’une femme de donner naissance à un enfant. »

Mélodie Nelson n’entend pas lâcher le morceau et veut se battre pour le droit à l’allaitement. « Si on m’interdit à nouveau ou si la superviseure ne raconte pas la vérité, je songe réellement à des poursuites, car je me sens humiliée. Je n’ai pas à me battre autant pour ça », dit-elle.

7 commentaires à Allaitement à la pataugeoire Lafond : deuxième avertissement en 2 jours

  1. Patrice Halley

    Arrêtez de nous emmerder avec ces conneries (pardon pour le language) de règlements publics d’une société puritaine qui stigmatise l’allaitement en public, le lait maternel est sans doute la chose la plus pure qui soit! Nos enfants pissent et crachent dans les pataugeoires publiques, quand ils ne défèquent pas dedans ou font leurs besoins dans leurs couches qui sont des sacs à bacilles portables. L’allaitement en public ne devrait même pas être un «droit» c’est un devoir! Doit-on refuser de la nourriture à quelqu’un qui a faim? Est-ce qu’on s’empêche de croquer dans un sandwich ou de boire à la bouteille dans la rue ? Si vous êtes gêné par le mamelon ou le sein d’une femme qui allaite (qu’on voit rarement d’ailleurs), c’est que la nature même de la vie vous dérange. Il y a quelques jours, j’ai vu une femme qui portait un niqab et qui allaitait sur un banc. J’aurais dû la féliciter; malgré le puritanisme de sa religion et sa pudeur, l’acte d’allaiter était plus fort que tout, comme le sont la vie et la nature.

  2. eklektik lafleur

    N’importe quoi pour se faire de la publicité… On se sort les seins et vlan toute la galerie débarque… Y en a qui ont rien à faire et y en a qui cherchent à s’auto-promouvoir pour faire de l’argent avec leur blogue… Faux débat s’il en est un… Ça doit voter Conservateur

  3. tamere en short

    nimportequoi pour qui lafleur ? une pub de autofinnancement pour promouvoir lallaitement, qui fait pas assez depenser argent au consomateurs ? on sort nos seins pour la raison premiere de leur existence pour NOURRIR si t’ as pas compreis sa , tu dois avoir ete elevé en cage avec un melage pour sauvages. welcome to the world. oui c’ est DEVENU un debat parce que encore en 2014 ya du monde qui comprenne pas comment on nourri un enfant .

  4. Et dire que dans ce meme pataugoire mon fils a faillit mourir vendredi passé, pour ne pas dire mort et revenu à la vie si ce n’est ma femme qui s’en est rendue compte et l’a fait sortir en dessous de l’eau inerte, il a été sauvé par une brave femme éducatrice du public qui l’a réanimé puis on l’a évacué par ambulance vers sainte justine
    Les sauveteurs ne se sont meme rendu compte ils discutaient dans leurs chaises tranquilement sans se soucier des enfants, je salue le public qui était présent pour son aide et qui n’a pas ménagé ces sois disant sauveteurs.
    Pourquoi la ville ne metterait pas des épouventails à la place elle epargnerait de l’argent quelle pourrait investir pour combler les nids de poules par exemple?
    Et comme ça les mamans pourront allaiter dans les pataugoires tout en surveillant leur 2ieme enfant dans l’eau et c’est ce qui s’est passé avec ma femme, elle était sortie du pataugoire pour allaitter le bébé.
    Donc si je comprends bien ces sauveteurs nous disent :
    Ou bien vous laissez votre bébé mourir de faim et gardez à ll’oeil votre enfant dans l’eau, ou bien vous pouvez allaiter en dehors du pataugoire au risque et péril de faire sortir votre 2ieme enfant direction le cimetière et bien sur l’arrodissemont n’est pas resposable!

  5. Bonjour monsieur (Kaki),
    je suis l’éducatrice en question.
    Bravo pour votre commentaire, je suis en tout point d’accord avec vous.
    J’espère que votre fils se porte bien, ainsi que votre femme.
    Bonne journée et au plaisir !

  6. Caroline

    Je suis d’accord sur les problèmes de sécurité (et de priorité) de cette piscine. Aujourd’hui, les sauveteures mangeaient une collation devant les nageurs et une sauveteure se mettait du kitex sur les ongles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>