Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 11 décembre
HomeVie de quartierRosemont-La Petite-Patrie pousse l’agriculture urbaine
Publicité

Rosemont-La Petite-Patrie pousse l’agriculture urbaine

L’arrondissement annonçait ce jeudi de nouvelles mesures pour favoriser et développer l’agriculture urbaine. On veut inviter les citoyens à s’approprier l’espace public et permettre l’essor de l’agriculture urbaine commerciale.

Trois mesures ont ainsi été annoncées par le maire François Croteau pendant le point de presse : un jardin de la biodiversité, l’utilisation des saillies de trottoir par les résidents pour en faire des potagers et un changement dans la réglementation pour permettre le jardinage à grande échelle dans les zones industrielles et commerciales.

Petit jardin de la biodiversité.

En collaboration avec Espace pour la vie (qui chapeaute le Jardin botanique, notamment), trois espaces sont cultivés derrière la bibliothèque de Rosemont, coin 9e avenue et Bellechasse. Ces espaces visent à rappeler et à promouvoir la biodiversité. Les citoyens peuvent ainsi aller observer un jardin de plantes indigènes, un jardin destiné aux oiseaux et un autre consacré aux papillons. Des écriteaux expliquent le rôle de chaque jardin et les plantations sont identifiées.

Les citoyens sont invités à cultiver leur bout de trottoir tout en respectant certaines règles. Photo: RueMasson.com

Les citoyens sont invités à cultiver leur bout de trottoir tout en respectant certaines règles. Photo: RueMasson.com

L’espace public entre les mains des citoyens

L’arrondissement tolérait jusqu’ici que les citoyens disposent de l’asphalte entre la rue et le trottoir afin d’y planter de la végétation. Maintenant on l’encourage, tout comme on encourage les citoyens à verdir leur ruelle.

Sachez toutefois que l’arrondissement n’est pas garant de la qualité de la terre sous les saillies de trottoir et souligne que celle-ci risque fort bien d’être contaminée, entre autres par les produits de déglaçage lors des déneigements hivernaux.  Il est donc recommandé, si votre intention serait de faire un potager, de creuser un peu et de mettre de la terre neuve.

Au delà des initiatives populaires, l’arrondissement  a créé une douzaines de saillies de trottoir sur quelques rues de Rosemont-Petite Patrie.  Ces saillies sont mises à la disposition des résidents afin que ceux-ci puisse y faire un potager: la terre y est propre et les règles d’aménagement sont, évidemment, respectées.

Coins de rue où les saillies sont créées par l’arrondissement :

  • 6855 Cartier (quatre emplacements)
  • 2e Avenue / Beaubien côté nord (deux emplacements)
  • 27e Avenue / Beaubien côté sud (deux emplacements)
  • Henri Julien / Dante (deux emplacements)
  • De la Roche / Jean-Talon (deux emplacements)

Si l’arrondissement encourage les citoyens à verdir les saillies devant leur résidence, il n’est pas responsable de son rendement, ni de son entretien, ni de son innocuité. C’est aux citoyens de s’en occuper et de veiller aux bonnes relations avec le voisinage. Il y a aussi quelques règles à suivre (voir le site de l’arrondissement), notamment d’assurer la propreté des lieux et de tout retirer au premier novembre afin de permettre le bon déroulement des opérations de déneigement.

L’agriculture urbaine à grande échelle

En automne, l’arrondissement planifie une consultation publique en vue de modifier les règles des zones commerciales et industrielles. Le changement proposé vise à permettre l’exploitation agricole dans ces secteurs, que ce soit sur les toits, en serre ou directement sur le sol. Le but est de permettre un agriculture destinée au commerce. Le Maire François Croteau est confiant d’arriver un jour à alimenter les commerces locaux et pourquoi pas, arriver à atteindre l’auto-suffisance dans le quartier Rosemont-La Petite-Patrie.

Voir aussi :

Des citoyens verdissent leur trottoir

 

 

 

 

Latest comment

  • Monsieur croteau, dans ses lubies écolo ne semble pas réaliser qu’en encourageant l’agriculture sur les saillies de trottoir pose des gestes très discutables en lien avec la santé publique. Je crois qu’il aurait dû aller beaucoup plus loin que de « ne pas garantir l’innocuité » J’imagine qu’il a dit ca pour se protéger d’éventuelles poursuites. J’ajouterais que, « Juste creuser un peu » est insuffisant. Un peu c’est combien? Et c’est différent selon le type de contaminant? et quel type de contaminant se retrouve à quel endroit dans l’arrondissement, en quelle quantité?

    Rosemont, contrairement à de grandes terres agricoles est un secteur très densément peuplé. Or les saillies, sont sur l’espace public. Qui dit que les produits consommés ne seront pas affectés par des contaminants déjà présents dans le sol; par des excréments de chiens, urine, « botch » de cigarettes, et autres cochonneries propre à un milieu urbain très densifié ou les incivilités sont, pour l’avoir vécu, très présentes.

    J’oubliais aussi la proximité des sacs à ordures déposés en bordure de rue.

    Tout cela sent l’amateurisme à plein nez. Jamais je ne consommerai des produits cultivés dans des endroits à haut risque de contamination.

    Je trouve ca un peu cheap shot de la part de monsieur croteau d’essayer de bien paraitre en encourageant cette pratique tout en se délestant de ses responsabilités d’élu, soit de s’assurer que cette pratique est sécuritaire pour la santé des gens.

leave a comment

Publicité