Priorité indépendance pour Sophie-Geneviève Labelle

Par -

Sophie-Geneviève Labelle, candidate dans Rosemont, est résolument indépendantiste. C’est avec Option nationale qu’elle a choisi de militer, un parti qui place la souveraineté au sommet des priorités dans sa plate-forme électorale. Si son parti fait moins parler de lui lors de la présente campagne, la question de la souveraineté refait surface, au grand plaisir de la candidate de Rosemont.

RueMasson.com a fait des demandes d’entrevue à toutes les personnes candidates des circonscriptions de Rosemont et Gouin. Aujourd’hui, on vous présente Sophie-Geneviève Labelle, candidate pour Option nationale dans Rosemont.

Sophie-Geneviève Labelle est candidate pour Option nationale. Photo : RueMasson.com

Sophie-Geneviève Labelle est candidate pour Option nationale.
Photo : RueMasson.com

« On est moins pour les résultats électoraux que d’apporter la question de l’indépendance sur la place publique. On jubile en ce moment parce qu’on recommence à parler d’indépendance», affirme la jeune candidate de 25 ans, aussi présidente d’Option nationale dans Rosemont. [MàJ : elle a démissionné de la présidence lors de son investiture en décembre 2013.]

Option nationale avait une certaine visibilité médiatique avec son chef Jean-Martin Aussant. Mais depuis son départ, le parti se fait beaucoup plus discret. Le nouveau chef est moins connu et aucun candidat n’avait réussi à se faire élire lors des élections de 2012, même pas Jean-Martin Aussant. Mais le parti est toujours là.

«L’élection survient à un moment où le parti est en restructuration. Notre chef a été élu en novembre seulement. On se réajuste. Il a moins de visibilité puisque c’est une personne peu connue des médias », explique Mme Labelle. Contrairement à Jean-Martin Aussant, souvent sollicité par les médias pour son expertise en économie, Sol Zanetti, enseignant en philosophie, est plutôt absent. Les philosophes ont moins la cote que les économistes dans les médias.

Sophie-Geneviève Labelle a tout de même préféré Option nationale aux autres partis indépendantistes. Depuis 2005, elle a milité pour le Parti québécois, pour Québec solidaire et le Bloc québécois. Déçue par ces partis dont elle trouve la position sur l’indépendance plutôt nébuleuse, elle trouve son compte avec Option nationale. « Il n’y a pas d’ambivalence chez Option nationale, on est pour l’indépendance.» La question de la souveraineté est au sommet des priorités de la plate-forme électorale du parti.

La jeune femme développe sa fibre indépendantiste depuis ses études secondaires. « Je ne sais pas d’où ça vient, je n’avais pas des parents particulièrement militants, même s’ils ont voté oui en 1995. » Intéressée par l’histoire, elle lit beaucoup sur celle du Québec, les relations d’oppression et les combats entre certains groupes francophones au sujet de l’indépendance.

Sophie-Geneviève Labelle est étudiante en éducation préscolaire et enseignement au primaire à l’UQÀM. Coup de malchance pour la candidate, elle est présentement en plein en stage de formation dans une école montréalaise, ce qui lui donne moins de temps pour sa campagne politique. Elle fait tout de même du porte-à-porte et affichera ses pancartes électorales dans les rues sous peu.

Enjeux locaux
Elle a passé une partie de sa jeunesse dans le quartier, a beaucoup voyagé puis est revenue s’y établir de façon plus constante depuis 2009. Elle est préoccupée par différents problèmes du quartier, surtout dans l’est qui est un désert alimentaire. « À part l’hôpital, il est très difficile d’obtenir des services si on n’a pas de voiture, les transports en commun sont déficients dans certains secteurs. »

La question de la Charte
Le parti ne se prononce pas officiellement à propos de la Charte de la laïcité puisque cette question dévie le débat sur l’indépendance. La candidate s’en fait toutefois beaucoup parler par les électeurs lors de son porte-à-porte et a décidé de se prononcer en son nom personnel.

« Je suis vigoureusement contre. C’est une charte profondément sexiste qui oblige une égalité forcée dans une communauté déjà opprimée, ostracisée et marginalisée », dit-elle faisant référence aux femmes musulmanes qui sont souvent visées dans le débat.

« Dans mon programme au bac, il y a des étudiantes qui sont des musulmanes voilées. Ces femmes, si elles étudient à l’université, c’est qu’elles se sont déjà intégrées, ce ne sont pas des femmes soumises. […] Le fait de travailler est un geste d’émancipation pour les femmes et de les empêcher de travailler est discriminant.»

La question du genre
Mme Labelle est très sensible aux questions qui touchent les stéréotypes, le sexisme et le genre. Elle s’emballe quand on aborde le sujet. Outre l’indépendance du Québec, combattre les stéréotypes liés au genre (les comportements qu’une fille ou un garçon adoptent, consciemment ou non, pour ce conformer à la culture sociale) est une autre de ses luttes.

Elle tient son blogue Les bébés pigeons où elle réfléchit sur le genre et l’éducation. Elle écrit également sur le site du HuffingtonPost Québec.

Elle est engagée dans des organismes communautaires qui travaillent auprès des enfants intersexes et transgenres. Elle est organisatrice du Camp des Six Couleurs pour enfants transgenres, intersexes et non conformes dans le genre. Elle est elle-même transgenre. Elle avait accordé une entrevue au magazine Fugues lors de son investiture en décembre dernier. Lire l’article Candidate d’Option nationale ouvertement transgenre.

Elle est conteuse et auteure de trois livres jeunesse sur la question du genre et de la sexualité. Elle a entrepris en 2010 une tournée des communautés francophones à travers l’Amérique du Nord.

Consultez notre section spéciale sur les élections provinciales 2014 avec les entrevues des candidat-e-s des circonscription de Rosemont et Gouin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>