Glissades, patinoires et Père Noël dans les ruelles vertes devenues blanches

Par -

Les jardins de Rosemont se transforment l’hiver venu. Les résidents des ruelles vertes organisent leur espace en ruelle blanche depuis quelques années, dans le respect de tous les résidents qui y habitent. L’un d’eux y a même fabriqué une glissade.

La glissade de la ruelle Holt-Dandurand entre la 5e et 6e Avenue. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

La glissade de la ruelle Holt-Dandurand entre la 5e et 6e Avenue. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Si l’Arrondissement Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension entend réglementer les ruelles blanches, l’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie ne le prévoit pas. Le maire François Croteau souligne que l’Arrondissement pratique une politique de non-intervention et de non-ingérence. « On n’adoptera pas de politique, si les citoyens veulent organiser une glissade, une patinoire dans leur ruelle verte, qu’ils le fassent, tant que ça ne nuit pas à la circulation et que la majorité des citoyens sont d’accord. On ne déneige pas les ruelles. Si une ruelle est utilisée par des voitures et déneigée, il s’agit de ne pas bloquer la circulation », explique le maire.

Plusieurs citoyens organisent leur ruelle verte durant l’hiver. Certains ont fait venir le père Noël, d’autres y font une patinoire et certains y fabriquent une glissade, comme le fait depuis des années Jacques Bastien dans une ruelle entre les rues Holt et Dandurand.

Mais cette année, il a amélioré la glissade. Au lieu de neige, il a construit une structure en bois avec escaliers pour glisser. Il entretient aussi la ruelle pour que la voie de la glissade soit toujours en bon état. « Je le fais pour que mes enfants et les enfants du quartier s’amusent dehors durant l’hiver, sortent et bougent », explique-t-il.

Jacques Bastien ajoute que tout le monde peut venir utiliser la glissade, résidents ou non de la ruelle. Mais il aimerait bien que les parents et enfants respectent l’installation, rangent les traineaux après les avoir utilisés et entretiennent la neige. « Pour le moment, je suis le seul, avec un adolescent de la ruelle, à entretenir la neige, ce serait bien que tout le monde mette la main à la pâte », lance-t-il.

Par ailleurs, une autre résidente rappelle que les traineaux doivent rester dans la ruelle. Les années précédentes, des traineaux disparaissaient.

Les citoyens qui ont confectionnés la glissade : Arthur Bastien et son père Jacques Bastien avec leur voisin Jean-François Roy. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Les citoyens qui ont confectionné la glissade : Arthur Bastien et son père Jacques Bastien avec leur voisin Jean-François Roy. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

La ruelle n’est pas déneigée l’hiver à cet endroit et elle est bloquée d’un côté depuis plusieurs années. L’installation de la glissade ne bloque donc aucun passage d’auto. D’ailleurs, un voisin immédiat de la glissade stationne son auto dans sa cour l’hiver et son accès est déneigé. Ce dernier est aussi en accord avec l’installation de la glissade.

Les ruelles vertes s’organisent

Le directeur général de la Soder Frédéric Bourrely souligne que la glissade de la rue Holt inspire plusieurs citoyens des ruelles vertes qui font la demande pour organiser de telles installations. Il leur rappelle que si les résidents sont d’accord, que la ruelle n’est pas déneigée pour les voitures, rien ne les en empêche. « C’est une question de bon voisinage, on ne bloque pas la circulation ni les entrées de personne, si on fait une patinoire dans une ruelle, on aménage un sentier sur les côtés pour que les gens puissent circuler », explique-t-il.

L’an dernier, une citoyenne s’était plainte d’une patinoire dans la ruelle qui bloquait son entrée de cours arrière. Le tout a été réglé en dégageant un chemin pour libérer son entrée et lui permettre de circuler.

Les cas particuliers

Certains citoyens ont des besoins particuliers l’hiver comme Valérie Barcelo qui doit se faire livrer du mazout par la ruelle. L’installation d’une patinoire ou d’une glissade qui bloquerait l’accès à sa cour arrière lui causerait un problème. Il faudrait laisser un espace pour que le livreur puisse passer les tuyaux.

Sa ruelle n’est pas encore verte, mais un comité est en place et planifie la fermeture partielle de la ruelle (deux côtés sur quatre). Sauf que Valérie Barcelo, si elle est totalement d’accord avec la philosophie des ruelles vertes, explique qu’une fermeture permanente d’un côté empêcherait la livraison de mazout. En hiver, le livreur doit pouvoir entrer par en avant dans la ruelle enneigée et sortir de l’autre côté. Mme Barcelo a donc proposé une fermeture temporaire qui pourrait être enlevée durant l’hiver ou du moins pour la livraison du mazout. Une solution qui pourrait convenir à tout le monde.

« Je suis absolument pour les ruelles vertes, mais pas pour les fermetures permanentes dans certains cas. Fermer les ruelles avec des supports à vélo qu’on retire l’hiver me semble une belle manière de les fermer de façon utile, sympathique et qui encourage un transport écologique. Ça permet de sécuriser les enfants durant la période d’été par-dessus le marché. L’hiver, si les ruelles ne sont pas déneigées, en principe, les enfants sont en sécurité. C’est ce qui compte », conclut-elle.

6 commentaires à Glissades, patinoires et Père Noël dans les ruelles vertes devenues blanches

  1. Valérie

    Savez-vous comment ça fonctionne pour l’assurance responsabilité quand le bien est collectif et qu’il n’est pas à la Ville ? Est-ce que les comités de ruelle doivent avoir une assurance spécifique à leur nom ou c’est la SODER qui s’en occupe ?

  2. À mon avis c’est la même chose que si un enfant va jouer dans la ruelle l’été. Chacun est responsable de son enfant. Que peut-il arriver de si grave d’ailleurs? Les enfants ont toujours joué dans les ruelles et dans la nature; ils ont toujours eu des bobos à soigner. Les parents me semble-t-il sont responsables de leurs enfants au-delà de la maison, non? Qu’est-ce que les assurances peuvent bien venir faire là-dedans? Expliquez-moi.

  3. M'me Chose

    Comme proprio, je suis dans l’obligation d’avoir une couverture d’assurance responsabilité d’au minimum 1 million de dollars si quelqu’un se blesse en raison d’un bien qui m’appartient. Par exemple, l’escalier extérieur, mes clôtures, mes balcons, etc. La ville est aussi assurée pour tout ce qui peut arriver sur ses propres installations. Les kiosques qui louent l’espace public temporairement ont eux aussi des assurances. Dans ce cas-ci, si une installation était mal construite, qu’elle s’effondre avec quelqu’un en dessous, qu’est-ce qui se passe? Elle n’appartient à aucun propriétaire, donc elle n’est pas reliée à une assurance-habitation d’un particulier. Je crois que la ville devrait nous éclairer à ce sujet car je me pose la même question pour d’autres idées d’installation. Si la ville prend en charge l’assurance de ce genre d’installation comme si c’était à elle, il n’y aurait effectivement pas de problème. La question se pose …

  4. Holosan

    Si vous avez une hypothèque, vous êtes obligés d’avoir de l’assurance habitation (qui comprend la responsabilité civile) puisque c’est écrit dans le contrat avec la banque. Sinon, si vous n’avez pas d’hypothèque, vous n’êtes pas obligé d’avoir de l’assurance habitation et vous vivez avec vos risques si vous voulez les assumer. Tous comme les locataires qui n’ont pas d’assurances et qui perdent tout lorsqu’ils passent au feu. Il est préférable d’en avoir, à mon avis, mais ce n’est pas obligatoire comme l’assurance auto.

  5. M'me Chose

    Holosan, ce n’est pas tout à fait cela. Si vous n’avez pas d’hypothèque ou d’assurance vous ne vivez pas à vos risques et péril. Car ce n’est pas l’usager qui doit être assuré, mais le propriétaire d’un bien placé sur la place publique. Dans tous les documents municipaux, pour toute installation sur la place publique il doit y avoir un permis accompagné d’une preuve d’assurance en responsabilité civile et d’une renonciation de poursuite envers la ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>