La guerre à Rosemont

Par -

Entre les deux vraies guerres, Montréal a connu des petites « guerrettes » entre les élèves des écoles anglaises et françaises, et oui à Ville St-Laurent, à Verdun, que sais-je? Mais dans le vieux Rosemont, ah oui, j’y ai été combattant, j’en suis donc un vétéran.

 Gilbert Ouellette a longtemps habité sur la 10e Avenue. Il nous partage ses souvenirs du quartier.

Leçon de gymnastique à Jean-de-Brébeuf en 1939. Archives de la Société d'histoire Rosemont-Petite-Patrie.

Archives de la Société d’histoire Rosemont-Petite-Patrie.

Vers 1937-38, il y avait : 400 petits de 6 à 9 ans dans l’école mixte Charles-Édouard-Fabre rue Dandurand de la 8e à la 9e Avenue; 1000 élèves anglophones de 8 à 15 ans à l’école mixte protestante Rosemount, boulevard Rosemont de 6e à la 8e Avenue; 800 garçons de 10 à 15 ans  à l’école Jean-de-Brébeuf, rue Dandurand de 5e à 6e Avenue.

Un certain midi à Brébeuf, les élèves placés en rang par classe prêts à rentrer à 13 h, le Frère Angustalis, directeur, sifflet en main, vit un ou deux élèves entrer vitement dans la cour par la 6e Avenue, en communiquant un message urgent aux élèves, qui se le télégraphiaient comme un éclair : les « Blokes » (anglais) du Rosemount School attaquent avec des roches sur la 8e Avenue nos petits frères de l’école Fabre qui sont sans défense.

Vite, ni un ni deux, mais environ 400 élèves sortent à la course rue Dandurand, ramassant des pierres vers la 8e Avenue; là ils refoulent les « Blokes ennemis » qui doivent remonter la 8e Avenue jusqu’au boulevard Rosemont et se retrancher derrière leur clôture d’école.

Les élèves retournèrent en classe pour entendre le lendemain les semonces d’usage, par les Directeurs qui n’ont pas aimé de s’humilier en excuses mutuelles pour expliquer les gamineries de leurs élèves.

La petite guerre s’est donc terminée avec plus de crachats et de morve que de sang… et les frères ennemis ont recommencé à jouer à la balle-molle et aux cow-boys.

4 commentaires à La guerre à Rosemont

  1. Baribal

    J’adore cette histoire! Nous aussi à Québec on avait eu une guéguerre avec l’école anglaise (on avait gagné!)…

  2. Laurence

    Y-avait une école entre la 8e et la 9e sur Dandurand?? Où ça côté nord ou sud?
    L’anecdote est savoureuse je dois dire. ^_^

  3. Il me semble que dans les années 80 (pas si loin donc) on faisait terminer les écoles J-F-Perreault et J-F-Kennedy à des heures différentes pour éviter les affrontements…
    Autre anecdote du même genre: à Val-David, vers 1970, il y avait eu affrontement entre citoyens anglophones et ceux francophones. Pas à l’école, mais autour du Lac Doré qui se nomme maintenant le Golden Lake…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>