70 ans de généalogie dans le quartier

Par -

Avez-vous déjà essayé de faire votre arbre généalogique ? Devant l’ampleur des recherches, on ne sait souvent pas trop par où commencer. Saviez-vous qu’il existe dans Rosemont un organisme qui peut vous aider ? Il s’agit de la Société généalogique canadienne-française (SGCF), la plus grande société généalogique francophone en Amérique du Nord! Elle vient tout juste de souffler 70 bougies.

Le père Archange Godbout, fondateur de la Société généalogique canadienne-française.

Le père Archange Godbout, fondateur de la Société généalogique canadienne-française.

La SGCF a été fondée le 4 septembre 1943 par le père Archange Godbout. « Son idée était de créer une association dont la mission était l’entraide en recherches généalogiques basée sur le bénévolat, pour contrer le côté commercial de la généalogie », raconte Suzanne Galaise, directrice générale de la SGCF.

Pour avoir bénéficié du soutien de la Société généalogique canadienne-française dans ses propres recherches, RueMasson.com peut dire que le pari tient toujours, même après 70 ans d’existence. Au centre de documentation, il y a toujours des bénévoles dévoués et d’autres chercheurs plus expérimentés prêts à donner un bon filon de recherche. La vision du père Godbout demeure bien vivante.

Pour Suzanne Galaise, une des grandes réussites de la SGCF est qu’elle a su demeurer de son temps. « On n’est pas à la fine pointe autant qu’on le voudrait, mais on a toujours la volonté de se renouveler et d’améliorer nos services avec des outils informatiques et des bases de données en ligne. »

À l’époque de la fondation de la Société, beaucoup de curés ou de notaires s’adonnaient à la généalogique. D’ailleurs, pour faire des recherches, il fallait avoir accès aux registres dans les différents presbytères de la province, ce qui dépendait de la bonne volonté du curé en place. La création de la SGCF a grandement aidé à démocratiser la généalogie.

À la réunion de fondation, l’association compte déjà 77 membres. La SGCF a connu des années fastes en 2004-2005 avec environ 4000 membres. Elle en compte aujourd’hui près de 2500 de partout à travers le monde.

La Société a d’abord tenu ses activités dans La Petite-Patrie, aux Loisirs St-Édouard sur la rue Saint-Vallier près de Beaubien. Elle offre alors des cours et des conférences, publie une revue et met à la disposition de ses membres un centre de documentation.

Déménagement dans Rosemont
En 1986, la SGCF s’installe dans Rosemont, au coin des boulevards Saint-Michel et Rosemont. Elle loue deux locaux où elle installe sa bibliothèque et la salle de microfilms. En 1999, c’est l’ouverture de la Maison de la généalogie, dans le sous-sol de l’église Saint-Émile, sur la rue Davidson, près de Sherbrooke. On y retrouve la bibliothèque, plusieurs postes de recherches sur ordinateurs et un lieu assez grand pour tenir des conférences et des formations en généalogie.

La SGCF soulignera son 70e anniversaire cette fin de semaine lors de son 15e congrès qui se tiendra au Collège Maisonneuve. Le thème est Le Conseil souverain – 100 ans de gouvernance en Nouvelle-France.

1 commentaire à 70 ans de généalogie dans le quartier

  1. Merci pour cette information précieuse. J’ai justement l’intention de commencer ma généalogie et je ne savais a quel organisme m’adresser dans toute la publicité qui paraît.

    J’habite Rosemont et j’irai vous voir bientôt.

    Au plaisir,

    > Appréciation du commentaire Thumb up 1 Thumb down 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

@RueMasson

Facebook