La petite histoire du parc Étienne-Desmarteau

Par -

Le parc Étienne-Desmarteau  est situé entre les rue Beaubien et Bellechasse et entre la 16e et 20e Avenue. Il est connu sous cette dénomination depuis le 25 janvier 1972 mais existe depuis le début du 20e siècle (on ne peut  confirmer de date précise). Le 6 novembre 1912 la Ville de Montréal accepte la proposition de Messieurs Eindley et Howard qui désirent lui vendre un terrain afin d’y établir un parc.

La piste de course du parc Étienne-Desmarteau. Photo : RueMasson.com

La piste de course du parc Étienne-Desmarteau. Photo : RueMasson.com

Ce texte est une gracieuseté de madame Alix Évrard, membre de la Société d’histoire de Rosemont-Petite-Patrie. Ses textes sont aussi disponibles dans « Le Saisonnier », le bulletin de liaison de la Société.

Ce n’est qu’en décembre 1919 qu’un échevin du nom de Desroches propose à la ville de Montréal d’aménager ce grand terrain vague connu sous le nom de Parc Drummond en parc public, répondant ainsi au désir des citoyens. En mai 1922,  la Ville accorde au fermier Wilfrid Desroches la permission de louer une parcelle de ce terrain pour le cultiver, on peut donc en déduire qu’à cette date ce terrain n’était pas encore aménagé en parc ou ne l’était que partiellement.

Il faut attendre près de 40 ans soit le 15 février 1960, pour que ce parc porte officiellement le nom de Parc Drummond en l’honneur de M. James N. Drummond, le dernier maire du village de Rosemont et premier échevin du quartier de Rosemont de 1910 à 1932 lors de son annexion à la Ville de Montréal.

Le 13 mai 1971 le comité exécutif de la Ville approuve le projet d’aménager un terrain d’athlétisme  au parc Drummond, il servira de terrain de pratique pour les athlètes qui participeront aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976. Ce terrain comprendra une piste de course sur la partie ouest du parc, au-dessus des réservoirs d’eau, et une aire de pratique pour le lancer du javelot, du marteau et du disque sur la partie est du parc.  Ce terrain ne sera pas réservé exclusivement aux pratiques olympiques mais sera également disponible aux citoyens.

Lors de la séance du 25 janvier 1972, le conseil de Ville de Montréal décide de changer le nom du parc Drummond en celui de parc Étienne-Desmarteau, en l’honneur de cet athlète premier médaillé d’or du Canada.

Étienne Desmarteau est né le 4 février 1873, il travaille comme ouvrier-fondeur pour la Compagnie du chemin de fer canadien du Pacifique  et en 1901 devient policier pour la ville de Montréal. Doté d’une grande force physique, il excelle au lancer du marteau et gagne des championnats mondiaux. C’est en 1904 lors des Jeux Olympiques à Saint-Louis au Missouri qu’il obtient sa médaille d’or pour le lancer du poids de 56 livres sur une distance de 34 pieds et 4 pouces.  Étienne Desmarteau décède des suites de la fièvre thyphoïde le 29 octobre 1905 à l’âge de 32 ans.

Le parc Étienne-Desmarteau est un parc sportif. On y retrouve une piste d’athlétisme éclairée jusqu’à 23 h de la mi-avril à la mi-novembre, un terrain pour le lancé du javelot, du marteau, du disque et du poids, une aire de jeu pour enfants ainsi que des jeux d’eau, un terrain de pétanque, un « skate park » et un terrain de soccer et de football. Lors des journées et soirées d’été ce parc regorge d’activités mais l’hiver venu, il est plutôt désert à l’exception des enfants qui s’en donnent à cœur joie en dévalant les pentes sur leurs traînes sauvages.

Pour joindre la Société d’histoire de Rosemont-Petite-Patrie sur Facebook.

5 commentaires à La petite histoire du parc Étienne-Desmarteau

  1. François Croteau

    Sous le parc Étienne-Desmarteau se trouve le plus gros réservoir d’eau potable à Montréal. Il contient 227 000 m3. Il sera remis en fonction d’ici deux ans. Actuellement il y a du forage sous-terrain afin de construire de nouvelles conduites pour son alimentation et pour la distribution. Le bâtiment sur la 16e avenue est la station de pompage. Donc, quand vous courrez sur la piste, vous courez sur le plus gros réservoir d’eau potable à Montréal.

  2. J’ai vachement cette série d’articles sur l’histoire du quartier!

  3. Suzanne Galaise

    Étienne Desmarteau était le cousin germain de ma grand-mère paternelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>