Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
jeudi le 19 septembre
HomePolitiqueL’Arrondissement demande des comptes au Canadien Pacifique
Publicité

L’Arrondissement demande des comptes au Canadien Pacifique

Après la tragédie de Lac-Mégantic, les villes traversées par des voies ferrées ou des trains de marchandises transportent des matières de toutes sortes ont posé des questions. Les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et Rosemont-La Petite-Patrie sont séparés par la voie ferrée propriété du Canadien Pacifique (CP). Le maire François Croteau a envoyé une lettre à la compagnie le 8 juillet dernier.

Les rails de la voie ferrée du CP qui longe l'Arrondissement sont facilement accessible de la piste des Carrières, même si les gens qui s'y aventurent peuvent recevoir des amendes salées. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Les rails de la voie ferrée du CP qui longe l’Arrondissement sont facilement accessible de la piste des Carrières, même si les gens qui s’y aventurent peuvent recevoir des amendes salées. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

La voie ferrée du CP fait partie du paysage de l’Arrondissement et a contribué à son économie pendant des années avec les usines Angus. Après leur fermeture, la voie ferrée toujours propriété du CP a servi pour le transport des marchandises. On peut entendre les trains à toute heure du jour et de la nuit.

Avant la catastrophe de Lac-Mégantic, la question du transport de marchandises dangereuses n’étaient pas un sujet de discussion avec le CP. C’était plutôt la question de l’installation de passages piétonniers entre les deux arrondissements. Demande rejetée par le CP.

Des questions sur les mesures d’urgence prévues

Après une entrée en matière expliquant que la voie ferrée traverse deux des arrondissements le plus densément peuplé, que des résidences y sont construites à proximité ainsi que des commerces sur les 4 km. La lettre se termine par une demande :  « Par conséquent, nous vous demandons votre pleine collaboration et transparence en nous communiquant le portrait complet de l’utilisation de cette voie ferrée, à savoir, combien de trains transportant des matières dangereuses passent quotidiennement et quelles sont plus spécifiquement ces matières. De plus, nous voulons connaître quel est votre plan de mesures de contrôle de sécurité du transport de ces matières sur cette voie ferrée ainsi que votre plan de mesures d’urgence.»

François Croteau a ajouté hier que le CP avait répondu à cette missive en disant que la compagnie allait fournir ce qui était demandé. Il a ajouté que c’était surtout les mesures d’urgence prévues en cas de catastrophe qui l’intéressait, plus que le type de matières transportées.

À notre question à savoir pourquoi avoir envoyé cette lettre, si ce n’était pas faire preuve d’opportunisme politique après une tragédie. Il s’en est défendu. « Nous le demandons maintenant à la lumière des derniers événements. Certains citoyens sont inquiets. Si je n’avais pas demandé, on m’aurait reproché de ne rien faire, de me fermer les yeux. Là je suis proactif, j’écris une lettre privée sans tambour ni trompette pour demander des comptes au CP et ce serait de l’opportunisme politique? Notre devoir d’élu est de rassurer la population, de demander ces informations et d’obtenir des réponses de la part du CP.»

Ce dernier souligne aussi que si la Ville de Montréal peut demander la même chose au CP, il était de son devoir de le faire pour les citoyens de Rosemont-La Petite-Patrie.

D’ailleurs, la présidente du Comité exécutif de Montréal et conseillère du district De Lorimier (quartier de l’est du Plateau qui longe la voie ferrée et comprend la rue Masson), Josée Duplessis s’inquiète aussi du manque d’information et de l’impact du transport des matières dangereuses.

La lettre est co-signée par le conseiller d’arrondissement du Plateau Mont-Royal et maire suppléant, Richard Ryan.

Construire au bord de la voie ferrée

Finalement, RueMasson.com lui a demandé pourquoi on continuait à autoriser des constructions si proches de la voie ferrée dans le quartier. Le projet MUV condos sur l’ancien site de Norampac est situé à quelques mètres de la voie ferrée, tout comme l’édifice de l’ordre des infirmières et infirmiers du Québec dans Angus. « Nous construisons depuis plus de cent ans le long de cette voie ferrée. Il ne s’est jamais rien produit sur cette voie ferrée. Malgré tout, nous devons demeurer très vigilants. Il serait prématuré de décider quoi que ce soit à ce stade-ci. Attendons les réponses du CP. », a-t-il conclu.

No comments

leave a comment

Publicité