Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
lundi le 19 août
HomeVie de quartierPostes Canada incite les citoyens à retirer leurs autocollants anti-pub (MàJ)
Publicité

Postes Canada incite les citoyens à retirer leurs autocollants anti-pub (MàJ)

Des citoyens du quartier ont reçu depuis quelques jours une missive de Postes Canada leur demandant de retirer leur autocollant anti-publicité afin qu’ils puissent recevoir les envois sans adresse. Les avis municipaux et communautaires sont aussi inclus dans ces envois. Plusieurs dénoncent cette missive et une pétition a été lancée.

[MàJ] : La livraison ou non du bulletin d’Arrondissement par Postes Canada reste un mystère. Impossible d’avoir des réponses claires. Il se pourrait que cette missive ne soit plus livrée aux citoyens qui ont un autocollant a-t-on signalé au bureau du député Alexandre Boulerice. Mais la majorité le reçoit. Avez-vous reçu le bulletin de l’été qui est offert sur le web ?

Par ailleurs, le Regroupement des éco-quartiers a lancé une pétition pour le maintien de l’autocollant. Le 4 juin à 20h30, quelques 462 personnes l’avaient signée.

La lettre et l'enveloppe reçues. Photo : RueMasson.com

La lettre et l’enveloppe reçues et les collants anti-pub. Photo : RueMasson.com

Postes Canada offre le service Mediapost à des compagnies, organismes et municipalités pour livrer de la publicité ou de l’information sans adresse. Comme ce service est de la publicité, Poste Canada ne peut pas livrer aux portes qui ont l’autocollant anti-publicité. Dans sa lettre envoyée cette semaine aux citoyens, Postes Canada fait valoir qu’ils peuvent manquer des informations et rabais importants s’ils continuent à refuser la publicité.

« Nous aimerions vous permettre de recevoir facilement ce courrier important qui inclut des informations et des offres qui seraient bénéfiques à vous et votre famille », peut-on lire dans la lettre de Postes Canada.

La missive a attiré les critiques du regroupement des éco-quartiers, du député de Rosemont-La Petite-Patrie Alexandre Boulerice et de l’éco-quartier Rosemont-La Petite-Patrie.

Alexandre Boulerice s’est indigné de cette manière de faire qu’il a qualifiée de moyenâgeuse alors qu’on tente d’éliminer les déchets et le gaspillage inutile. « En 2013, on veut réduire la consommation de papier, d’arbres et je comprends les gens de ne pas vouloir recevoir cette publicité qui se retrouve le plus souvent dans le bac de recyclage. La missive de Postes Canada est complètement déplacée », a-t-il dit.

Frédéric Bourrely, directeur général de la SODER souligne qu’il est tout simplement scandalisé. « Bien que sensibles aux difficultés économiques de Postes Canada, il est clair que baser son modèle d’affaires sur la distribution de circulaires est anachronique et à contre-courant des politiques de gestion des matières résiduelles, ce qui est choquant pour un groupe public. Les montagnes de papier qui s’accumulent au complexe environnemental Saint-Michel avant d’être acheminées vers la Chine sont les vestiges d’un modèle économique qui ne fait plus aucun sens. Le geste de Postes Canada est d’arrière-garde et tout simplement honteux.», a-t-il réagi.

Postes Canada n’a répondu à nos questions sur le coût de ces envois et le nombre de citoyens qui les ont reçus.

Un programme qui existe depuis 1997

Le programme Choix du consommateur existe depuis longtemps. Les facteurs livrent des circulaires et autres publicités aux citoyens qui n’ont pas d’autocollant. Pourquoi cet envoi maintenant ? « Le but était de rafraîchir notre base de données de même que rappeler le type de documents distribués à travers le service de médiaposte sans adresse, tout en offrant une opportunité pour ceux qui le désirent de réintégrer le service », explique la directrice des relations média de Postes Canada, Anick Losier.

Frédéric Bourrely n’est pas d’accord avec cette manière de faire et donne des exemples de compagnies qui sortent du « tout papier». « Les initiatives récentes de La Presse ou des Pages Jaunes montrent assez la tendance. Les journaux de quartier sont maintenant disponibles en ligne ou à des points de dépôt. J’imagine que les distributeurs peuvent trouver d’autres avenues pour diffuser leurs rabais et coupons ».

D’ailleurs le Journal de Rosemont est aussi sur le web dans le format de sa version papier.

On peut aussi avoir le Publisac et les circulaires sur le web.

Terminé les informations municipales ?

La missive de Postes Canada. Photo : RueMasson.com

La missive de Postes Canada. Photo : RueMasson.com

Dans la missive de Postes Canada, il est écrit que les avis municipaux et communautaires font partie du courrier Médiaposte (sans adresse) qui n’est pas livré aux citoyens ayant l’autocollant. « En ce qui concerne les documents municipaux, la seule exception au programme du Choix du consommateur consiste aux documents envoyés par le bureau des élections municipales. Si la municipalité choisit d’envoyer des informations de cette nature par le biais de Postes Canada, les consommateurs ayant choisi de ne pas recevoir le médiaposte sans adresse ne le recevront pas. », confirme Anick Losier.

L’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie fait affaire avec le service Médiaposte pour la livraison du Bulletin d’Arrondissement qui est aussi offert sur leur site Internet. La chargée de communications Marie-Claude Perrault souligne que Postes Canada ne les a pas avertis. «Rien ne nous indique que Postes Canada cessera la distribution des outils d’information de l’arrondissement. »

Reste donc à voir ce que les résidents recevront de l’Arrondissement dorénavant.

Publicité ou non ?

Le règlement de la Ville de Montréal sur la distribution d’articles publicitaires définit ce qu’est une publicité : « un article publicitaire signifie un dépliant, une circulaire, une brochure, un prospectus, un feuillet ou tout article publicitaire semblable conçu à des fins d’annonce ou de réclame. »

On trouve le même règlement pour l’Arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie. On y signale même que le journal de quartier n’est pas de la publicité et qu’on peut le recevoir à part. La préposée du Publisac, que nous avons rejointe au téléphone, ne semblait pas être au courant de cette exception. «Note : un journal hebdomadaire gratuit est souvent distribué avec les circulaires. On peut continuer de le recevoir à part en appelant au numéro de Transcontinental inc. au 514 331-1722 », peut-on lire en fin de page.

Il semble que Postes Canada élargisse la définition de ce règlement municipal. « Le médiaposte sans adresse n’est pas nécessairement une publicité. C’est un document qui contient soit juste une adresse (sans récipiendaire), soit pas d’adresse du tout. Oui, l’information municipale – sans adresse ou sans récipiendaire – fait partie de cette catégorie », explique Anick Losier.

Postes Canada souligne que les avis relatifs aux services municipaux, tels que les horaires de déneigement, changements liés à la collecte des ordures, etc. ne sont pas distribués aux adresses qui font partie du programme du Choix du consommateur (ceux qui ont l’autocollant anti-pub). « Les seuls articles sans adresse que Postes Canada continuera de livrer sont les envois de la Chambre des communes, les journaux communautaires, les envois d’Élection Canada, les envois des directeurs-généraux des élections provinciales et municipales », ajoute Anick Losier.

Des publicités qui coutent cher à recycler

Le Regroupement des éco-quartiers (REQ) s’oppose à ce changement et rappelle qu’en 2004, le Conseil Régional de l’Environnement de Montréal avait calculé que près de 900 000 sacs publicitaires sont distribués chaque semaine à Montréal, contenant beaucoup  de publicités souvent inutiles pour le consommateur. On avait évalué que cela représente l’équivalent de la moitié de la forêt du parc du Mont-Royal, soit 45 000 arbres coupés pour nous alimenter en publicité de toute sorte. Ce sont 11 000 tonnes de papier qui prennent ainsi la direction du bac à recyclage, et il en coûte plus d’1 million de dollars chaque année aux contribuables montréalais pour recycler cette masse volumineuse.

L’éco-quartier explique que les citoyens sont nombreux à se procurer des autocollants anti-publicité, les encourage à continuer et à se plaindre des compagnies qui ne le respectent pas. « Vis-à-vis des citoyens, nous souhaitons plus que jamais promouvoir la pose d’autocollants « pas de circulaires » sur les boîtes aux lettres. L’autocollant est disponible à l’éco-quartier et au bureau Accès-Montréal. Il est appuyé par un règlement municipal qui sanctionne la compagnie qui y contreviendrait. Nous invitons aussi les citoyens à faire jouer ce règlement et à se plaindre quand ils reçoivent des circulaires ou des publisacs, notamment lancés au second étage. » RueMasson.com a déjà écrit un article à ce sujet : Que faire des pubs délinquantes?

De son côté, Postes Canada signale que la carte, la lettre et l’enveloppe utilisées pour l’envoi sont imprimées sur du papier « favorable à l’environnement et sont recyclables comme la plupart des articles Médiaposte sans adresse. »

Autres articles :

Que faire des pubs délinquantes?
Comment se débarrasser de l’annuaire Vidéotron?

Latest comments

  • Bon, moi j’en veux pas car ça fini au recyclage, si je veux des rabais, je les trouve facilement sur le web et j imprime ceux que je veux / de besoin.C’est n’importe quoi ça et je vais mettre a nouveau ( car déménager ) mon collant anti-pub sur ma boite aux lettres .

  • Si le règlement ne fait pas distinction entre envoi de la ville pour instructions et informations générales aux citoyens et de la publicité des commerçants, c’est le règlement qui doit être changé.

    Je ne retirerai pas mon étiquette « pas de publicité ».

  • Je trouve un peu contradictoire le commentaire d’Alexandre Boulerice, lui qui nous envoie des tonnes de pamphlets, de calendriers cheaps et de dépliants, qui finissent toujours au recyclage…

  • Et le même jour dans Cyberpresse, on parle des difficultés de Postes Canada. Ils doivent se faire bien de l’argent avec les envois publicitaires et veulent préserver ce créneau, non?
    http://affaires.lapresse.ca/economie/canada/201305/29/01-4655583-postes-canada-anticipe-une-lourde-perte-en-2013.php

  • si pub ou non sac ou non, il y a un probleme ! On nous demandes de reclycler de sauver des arbres…..on recoit la pub sans en demander et dans des sacs de plastique si aumoins s’était des sacs compostale on pourrais les réutiliser pour notre composte …et si les gens veulent des circuliares pourquoi le pas les commander et les recevoir comme un abonnement donc tu recois seulement ce que tu veux regarder ! pour ma part je fais déjà tout cela via le net ! ET en plus M.JEAN COUTU qui a son propre sac de plactic avec sa circulaire ! ….BRAvo l’écologie

  • Le mardi, je reçois le Publi-Sac, que j’aime bien. Le mercredi, je reçois un sac de plastique, avec la circulaire de Jean-Coutu, et rien d’autre. Camions, plastiques, papiers… Alors j’appelle chez Quebecor, qui distribue ce deuxième sac, et je leur demande de ne plus m’en envoyer. On me dit que je n’ai qu’à mettre l’autocollant adéquat sur ma boîte aux lettres. Non, dis-je, puisque, je l’avoue encore, j’aime le Publi-Sac. Ah. Ben coudonc. Y a rien à faire, dans ce cas.

  • Moi, c’est les fameux agents immobiliers. J’en recois au moin 3 par semaines. Plus les petites tablettes. J’en ai tellement que je n’ai pas acheté de tablettes depuis au moin 3 ans. Pu capable. Du vrai gaspillage. Je ne regarde même plus la carte ou la lettre direction recyclage automatique

  • Ce que j’ai envie de dénoncer de mon côté c’est le total non respect de ma demande répétée de ne pas avoir de circulaires dans ma boîte aux lettres! Malgré l’auto-collant et des messages à l’attention de mon postier, j’ai plusieurs fois par semaines (moins qu’avant j’en conviens) des détritus (oups, prospectus) mêlés à mon courrier.

  • Cette missive de Postes canada est vraiment odieuse. Mais leur non respect de la réglementation aussi. Le droit à l’information devrait nous permettre de recevoir le journal de quartier (enfin, ce qu’il en restera une fois les journalistes éliminés, comme RueMasson l’a déploré cette semaine dans un de ses rares éditoriaux) ainsi que les avis municipaux et communautaires sans être obligés de recevoir les cochonneries de circulaires en même temps. Que faire pour que nos droits soient respectés ?

    Quand je vivais en logement, j’acceptais les circulaires à contre-coeur(direct à la récu) pour pouvoir recevoir l’information citoyenne, mais maintenant que j’habite en condo et que le syndicat a voté pour l’affiche «pas de circulaires», ce avec quoi je suis foncièrement d’accord en ce qui concerne les CIRCULAIRES, plus moyen de recevoir l’information à laquelle j’ai droit (à moins de faire des démarches exigeantes, et absurdes parce que l’information devrait se rendre à nous sans que nous ayons à la quêter, me semble. Ça fait longtemps que le porte-voix a été inventé…). Et je suis de moins en moins la seule dans cette situation avec le nombre de condos qui poussent à Montréal !

    Nos élus devraient faire quelque chose. Poursuivre Postes canada ou trouver un autre distributeur pour livrer les messages importants. Ça n’a pas de bon sens. Nous ne sommes plus des citoyens, la société nous confine de plus en plus au seul rôle de consommateurs-payeurs, de belles poires qu’on écrase pour en tirer le jus. J’en ai la nausée.

    Une chance pour nous qu’il y a encore RueMasson et ses belles valeurs ! Merci de si bien nous informer.

  • Au fait, saviez-vous que  »Poste Canada » est devenue une entreprise privée? Ceci expliquant cela…

  • Pas question que j’enlève cet auto-collant. De toute façon, l’information importante est véhiculé plus rapidement dans les médias sociaux.

  • @ Brigit M. Non, c’est une société de la couronne en fait, à moins que je ne me trompe…

  • Merci à rue Masson pour cet article très documenté, notamment le numéro de TC pour recevoir le journal sans publisac, ou les sites web de coupons.

    Pour Brigit : apparemment, Postes Canada est encore une société de la couronne, c’est à dire en cogestion Fédéral-Provincial.

  • De l’argent vous dites???!!! le client qui veut faire distribuer de la publiciter par poste canada(votre facteur)paye 0.15¢ du circulaire ,de la porte.tout ca n’a l’air de rien comme ca mais faites le calcul….Une route de facteur a en moyenne +- 800 portes.Ce calcul multiplier au Canada au grand complet!!!!
    Et sur ce 0.15¢ le facteur est payer 0.02¢ ..alors 0.13¢est direct a poste canada et tout ca …. a tout les adresse du canada.

  • Frederic boulay…non poste canada n’est plus une societe de la couronne depuis les annee 80. Mais ils jouent avec les mots.

  • J’ai reçu des circulaires la semaine dernière même si j’ai  » deux » autocollants sur mes bras d’escaliers qui indiquent que je n’en veux pas !!!!

  • J’ai reçu le bulletin de l’arrondissement. Je n’ai pas l’autocollant « officiel » mais une affiche en grosse lettres disant « PAS DE CIRCULAIRES ».

  • Moij’ai reçu l’avis et mon affiche est ‘Pas de colporteurs’. J’ai communiqué avec Postes Canada et ils m’ont dit que pour avoir mes messages importants je devais retourner l’avis signé car pour eux j’avais un collant pas de circulaires…

  • Céline: Je sais bien, mais mon collant n’est pas ‘pas de circulaires’, je croyais que Postes Canada verrait une différence…

  • Il faudrait vraiment arrêter de croire tout ce que la porte parole de Postes Canada, Annik Losier, déblatère.
    En étant moi-même un facteur, je peux vous dire qu’elle, comme tous les nouveaux petits boss que nous avons maintenant, ne sait pas de quoi elle parle.Elle ne sait même pas comment livrer une lettre. Quand elle dit que c’est pour rafraîchir leur base de données, « foutaise », ce sont les facteurs qui font le travail à chaque jour, de dire au superviseur qui veut ou qui ne veut pas de circulaires. Les facteurs le font quotidiennement et leur base de données est toujours à jour. Et elle ment encore au sujet des envois du gouvernement et envois municipaux parce que tout le monde les reçoit, vignette ou pas, à cause du système du point rouge. Quand on reçoit un circulaire et que la mention point rouge est mentionnée(qui est déterminé par le client),nous devons le distribuer partout même si il y a une vignette de non-circulaires.

    Je peux vous dire aussi que Postes Canada fait beaucoup d’argent avec les circulaires sans penser aux facteurs qui doivent les distribuer, sans prendre en considération le poids qui peut parfois être vraiment inconcevable pour nous (souvent il y en a 10 en même temps), le format peut aussi être très encombrant mais ils s’en foutent royalement.

    Tout cela pour dire que, cette porte-parole complètement disjonctée de la réalité devrait, peut-être songer à se recycler et à se repentir de toutes les faussetés qu’elle promulgue au monde et aux médias, pour qu’elle retrouve enfin un repos paisible et qu’elle puisse se regarder dans le miroir en se disant, »quelle belle journée aujourd’hui pour dire la vérité »

  • Si poste CANADA, nous oblige d’ôter notre autocollant anti-pub! Alors voici la solution, remettre toute publicité, qui ne porte pas d’identité personnelle, dans la boite à courrier de poste CANADA. Nous verrons après, si Poste CANADA, trouveront ceci comique!
    Ensemble nous y parviendrons!

  • Toujours actuel ce post.

    Lien de Poste Canada pour faire cesser l’envoi des « articles publicitaires » (en Français malgré les apparences :S) : https://www.canadapost.ca/web/fr/kb/details.page?article=how_to_stop_receivin&cattype=kb&cat=receiving&subcat=maildelivery

    J’en suis à mon deuxième billet à Poste Canada mais sans succès. La battaille est pénible contre une machine à profit aussi Goliathesque, c’est grotesque.

    Autre moyen complémentaire pour se débarrasser de la pub postale mis à notre disposition par l’Association Canadienne du Marketing ( un lien vers la LNNTE y est aussi disponible 🙂 :

    https://cornerstonewebmedia.com/cma/submit_fr.asp

    Aussi disponible en Anglais.

    L’autocolant anti-pub devrait être apposé DANS et à l’extérieur de la boîte aux lettres, bien visible pour le facteur.

    C’est à se demander ce qu’ont à gagner ces miliardaires à transformer la ville en poubelle… Royalement honteux!

leave a comment

Publicité