Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
lundi le 24 septembre
HomeVie de quartierLa rue Masson décryptée dans le Journal de Montréal
Publicité

La rue Masson décryptée dans le Journal de Montréal

Notre collègue Stéphan Dussault a produit dans le Journal de Montréal une série sur la famille Shiller et leurs propriétés immobilières à Montréal. Il l’avait fait il y a deux ans pour RueMasson.com pour savoir à qui appartenait la Promenade Masson. Il avait gagné notre premier prix de journaliste avec ce dossier.

Deux pages sur la rue Masson dans le Journal de Montréal d'aujourd'hui. Photo : RueMasson.com

Deux pages sur la rue Masson dans le Journal de Montréal d’aujourd’hui. Photo : RueMasson.com

Nous avons mis à jour la liste des propriétaires et commerces de la Promenade Masson entre Iberville et Saint-Michel dans le premier article de Stéphan Dussault sur RueMasson.com.

Dans l’article d’aujourd’hui 11 mars, on parle de la rue Masson et des rénovations qui s’y terminent sur plusieurs façades. La majorité des immeubles rénovés appartiennent à la famille Shiller. Une rue Masson qui sera donc totalement revampée ce printemps. En page 8 et 9 du Journal de Montréal, on voit un graphique de la rue Masson avec les propriétés des Shiller.

On y voit la date d’achat de l’édifice, son prix d’achat et la valeur en 2013. Un exemple ? L’édifice où est situé le Starbuck a été acheté en 1983 au prix de 235 000 $. La valeur en 2013 est de 2,1 millions de dollars.

On peut aussi voir un graphique interactif de la rue Masson réservé aux abonnés du Journal de Montréal sur le web.

Voici entre autres ce que disait Doris Laflamme, directrice de la SDC de la promenade Masson dans l’article du Journal de Montréal de l’édition d’aujourd’hui :

Alors, à force de bien aller, est-ce que Masson-la-pauvre va finir par damer le pion à Mont-Royal-la-trendy? «J’espère bien que non!» répond spontanément Doris Laflamme. La femme d’affaires craint comme la peste qu’une flambée des prix fasse fuir les jeunes familles du quartier. «Avec les personnes âgées et les artistes, les jeunes familles du quartier sont l’âme de la rue Masson», dit-elle.

Autres articles sur la Promenade Masson et la famille Shiller

Quels projets pour Masson est?

Taux d’occupation presque maximum sur Masson

Commerces en travaux sur Masson

Travaux retardés pour la fruiterie Premier choix

Le dossier sur l’empire Shiller

 

Latest comments

  • Malheureusement, «Masson-la-pauvre» (hum…),dixit Doris Laflamme directrice de la CDC, n’est aucunement à l’abri d’une gentrification telle que l’a connu le Plateau. C’est d’ailleurs allègrement commencé quoi qu’on en
    dise…

    A constater de plus en plus fréquemment la disparité entre deux commerces avoisinants est tout à fait stupéfiant. Où se trouve le juste milieu alors que sur Masson, seul «l’entrepôt Maxi-la-va-vite» fait office de supermarché?

  • Ne pas confondre SDC et CDC s’il-vous-plaît. Merci.

  • Mes excuses à vous deux. Il n’en reste pas moins que la question est, à mon avis, tout à fait pertinente.

    Salutations cordiales!

  • Petite suggestion : plutôt que de faire des mises à jour d’articles qui remontent à deux ans, ne serait-il pas plus pertinent de tout simplement en réécrire un nouveau? Car en procédant ainsi, on se prive d’archives journalistiques pour plus tard, dans ce cas-ci d’une photo précise de la rue Masson de 2011.

  • Ah d’accord, merci!

leave a comment

Publicité