Mécènes recherchés pour une église Saint-Marc ouverte aux citoyens

Par -

L’équipe derrière Imaginons Saint-Marc a dévoilé hier soir le projet de transformation de l’église du même nom. Un bâtiment sauvegardé, mais transformé, ouvert avec des places publiques, une serre urbaine, un mur d’escalade, un espace de travail partagé, un café-bistro, une friperie, une halte-garderie, des ateliers des arts de la scène et plus. Voici les bases du projet qui doit maintenant trouver l’argent pour acheter l’église et faire les rénovations nécessaires. On parle de millions.

Les différents projets prévus à l’église Saint-Marc. Photo : RueMasson.com

Samatha Slade, la co-directrice de Percolab, l’entreprise qui a mené les consultations et a façonné le projet d’après les demandes des citoyens a insisté sur le fait que le projet n’est pas celui d’Imaginons Saint-Marc, des organismes ou de son entreprise, mais des citoyens. « On était à l’écoute et nous avons seulement articulé le projet. C’est la vision authentique des citoyens ».

Deux cris du coeur des citoyens sont ressortis lors des différentes consultations : l’ouverture du lieu aux citoyens et une diversité des activités offertes. Les citoyens voudraient faire de l’église une sorte de ruelle intérieure qui serait ouverte le plus souvent possible et accessible universellement. « Un espace citoyen dans un joyeux chaos structuré et en mouvement constant », pouvait-on lire en fin de la présentation du projet.

Des activités pourraient être organisées par les citoyens, d’autres par les organismes promoteurs et certaines par l’organisme Saint-Marc qui serait l’organisme central. Divers espaces seraient prévus pour toutes ces activités dans l’église transformée et agrandie.

La liste des projets qu’on trouverait est longue. On aurait une serre pour l’agriculture urbaine qui fournirait le café-bistro, un mur d’escalade dans ce qui est l’actuel autel, une halte-garderie, la friperie des Compagnons de Montréal qui est actuellement dans le presbytère voisin, un café internet, une cuisine communautaire, des activités de relaxation/yoga, un incubateur entrepreneurial, un espace de travail en commun (co-working), un mini-théâtre, des activités pour les adultes atteints de déficiences intellectuelles, entre autres.

Une telle transformation d’église serait unique dans le monde. « Dans nos recherches, on a trouvé des transformations d’église en garage en Italie, mais il y avait un seul promoteur, ici on en a plusieurs », explique Samantha Slade.

La députée de Gouin, Françoise David était présente et était enchantée de la présentation et des idées. « Quel merveilleux projet, intelligent et créatif. Je m’engage à les aider, les soutenir et en parler au ministre de la Culture et des Communications, même si le gouvernement nous afflige par ses nombreuses coupures en ce moment », a-t-elle réagi.

Le maire François Croteau aussi présent était dithyrambique. « C’est très stimulant et positif de voir que les gens se prennent en charge. C’est un bel exemple pour les églises, car je pense que ça va fonctionner. C’est ce qui se passe quand la communauté se prend en main ».

Ce dernier ne regrettait pas d’avoir mis aux oubliettes le projet de Maison de la culture de l’ancienne administration d’André Lavallée.

Transformation du bâtiment

Le plan des transformations prévues de l’église Saint-Marc. Photo : RueMasson.com

Le projet nécessitera une certaine transformation de l’église tout en sauvegardant l’aspect patrimonial. Des murs seront démolis pour ouvrir le lien avec le presbytère. L’espace sera divisé afin que toutes les activités puissent s’y dérouler en même temps tout en gardant un aspect ouvert. Des mezzanines permettront d’occuper l’espace en hauteur et des ouvertures avec de grandes vitres et de puits de lumière laisseront pénétrer la lumière naturelle. Une place/cours extérieure et intérieure est également prévue.

L’orgue sera conservé, ainsi qu’un espace de recueillement, mais non relié à une religion, autres demandes spécifiques des citoyens.

Les plans tels que présentés peuvent être consultés sur le site internet de Imaginons Saint-Marc. (à mettre en ligne au moment de publier)

Un financement à trouver

Les prochaines étapes du projet sont de faire l’achat de l’église auprès du diocèse de Montréal et de créer l’organisme qui chapeautera le tout. Une fiducie pourrait aussi être créée pour centraliser la collecte de fonds qui est le prochain défi de l’équipe. Si aucun montant n’a été dévoilé hier, il est réaliste de parler d’un projet de plusieurs millions. «La peur est notre frein, pas le manque d’argent », pense Samantha Slade.

Le financement est donc à définir. Toutes les avenues sont envisagées, les subventions, les fondations, un mécène résidant de l’arrondissement (si ça existe ?) et même la participation des citoyens qui pourrait se faire sous la forme d’émission d’obligations.

Une citoyenne demandait d’ailleurs si le diocèse allait participer étant donné que ses parents et grands-parents avaient financièrement participé à cette église au fil des années. La participation du diocèse sera un rabais sur le prix de vente de l’église.

Cette recherche de financement et la transformation prendront du temps. Aucune date n’est avancée. « Ça prend du temps pour aller au fond de nos vies. Il faut avoir de la patience. Les gros projets  ne sont jamais faits rapidement. Mais celui-ci pourrait devenir un projet-phare pour la métropole et un exemple de deuxième vie pour les églises », souligne Samantha Slate.

Les partenaires du projet

Tel qu’on le soulignait dans notre article au début de la démarche de consultation en septembre 2012, plusieurs organismes sont partenaires dans le projet : Communautique, Les Compagnons de Montréal, le Regroupement arts et culture Rosemont-Petite-Patrie (RACRPP) et le Centre d’escalade Altissime.

Actuellement, l’équipe cherche trois autres partenaires pour la halte-garderie, le café-bistro et l’espace de co-working.

 

1 commentaire à Mécènes recherchés pour une église Saint-Marc ouverte aux citoyens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>