Élise Gravel: l’amour de la littérature jeunesse

Par -

L’auteure jeunesse résidente du Vieux-Rosemont, Élise Gravel, a remporté le prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie jeunesse-illustrations pour son album La clé à molette publiée aux Éditions de la Courte-Échelle. Un premier GG pour celle qui défend avec ardeur la littérature jeunesse.

Élise Gravel aime son quartier. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

En entrevue avec RueMasson.com, Élise Gravel souligne que ce premier GG est le plus gros prix qu’elle n’ait jamais remporté. Par ailleurs, son père était aussi finaliste dans une autre catégorie, mais n’a pas remporté le GG. « C’est très spécial d’être finaliste avec mon père pour les mêmes prix, la même année. Il était content pour moi. Il l’a déjà gagné et il a été quatre fois finaliste ».

L’auteure était très heureuse et fière de ce prix qui lui donne le sentiment d’être respectée. « C’était déjà un grand honneur d’être finaliste et d’être parmi les cinq livres choisis. Alors je suis extrêmement honorée de gagner, et le chèque est plus gros », ajoute-t-elle avec son humour habituel.

Un chèque de 25 000 $ qui est important, puisqu’au Québec, il est très difficile, voir impossible, de gagner sa vie en écrivant des livres jeunesse. « On ne fait pas notre beurre avec nos livres, c’est une passion. J’ai l’impression que les auteurs jeunesse sont une sous-catégorie, ce n’est pas considéré comme aussi prestigieux que les auteurs de romans ».

À la différence de la littérature jeunesse

Cependant, Élise Gravel défend la littérature jeunesse et assume ce qu’elle fait. « Je ne me pose pas la question, car j’aime ça. C’est très différent de la littérature pour adultes, ce n’est pas la même créativité. C’est un art à part que j’aime et que je respecte ».

L’auteure pense que tout ce qui est pour les enfants connait une forte popularité en Occident, la littérature jeunesse incluse. Elle explique que ça fait partie de la culture de donner le meilleur pour les enfants. « C’est en essor et il y a une nouvelle manière de consommer des produits, mais je ne suis pas certaine que ça permet de vendre plus de livres pour les jeunes au Québec. Le marché commence à être saturé, il y a beaucoup de concurrence de la France et des États-Unis et il est beaucoup plus difficile de faire parler des auteurs jeunesse dans les médias que les autres auteurs ».

Le plaisir d’écrire

Élise Gravel, qui est mère de deux jeunes filles, avoue qu’elle ne pourrait pas faire autre chose. « Je fais ça pour le kick et le plaisir. D’avoir des enfants m’aide de plus en plus, et j’ai un enfant intérieur assez puissant. Mais je viens d’écrire un livre avec l’aide de ma fille. Je m’adresse aux plus petits maintenant alors qu’avant c’était pour les plus vieux ».

Acheter des auteurs québécois

Élise Gravel apprécie que les gens achètent des livres d’auteurs québécois. Évidemment, elle aimerait qu’ils en achètent plus, elle souligne que ce qui compte d’abord c’est que les jeunes lisent et que les parents tripent en leur lisant des livres.

« Il y a une bonne littérature québécoise, comme les fromages québécois, il y a du choix. Ça serait bien que les librairies aient des sections littérature jeunesse québécoises. « Mais bon, le livre n’est pas une tomate. Il faut acheter ce qu’on aime, peu importe la provenance ».

L’audace de la littérature québécoise

Pour Élise Gravel, le soutien des gouvernements aux auteurs québécois permet d’avoir une grande diversité de livres, d’histoire et ne pas publier seulement de la littérature très vendeuse. « On est plus audacieux qu’aux États-Unis, on a donc des talents divers et on aborde des tabous qui ne pourraient pas l’être ailleurs. Ça met les enfants en contact avec la diversité, de la littérature et de l’art différents, ça leur ouvre les horizons ».

Par ailleurs, il est difficile de toujours prévoir les livres qui auront du succès. Elle ajoute que si c’est juste le marché qui décide, on ne favorise pas la diversité artistique.

Le site web d’Élise Gravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

@RueMasson

Facebook