La culture dans le sang : Olivier Robillard Laveaux

Par -

Si vous le croisez dans le quartier, ne soyez pas surpris : Olivier Robillard Laveaux aime la promenade Masson. Entre les tournages des émissions C’est juste de la TV à ARTV, et Voir TV présentée à Télé-Québec, ce passionné de musique craque pour l’authenticité de son quartier et nous parle de son métier de critique.

Écouter pour parler avec Olivier Robillard Laveaux. Photo : Annabelle Moreau/RueMasson.com

Lunettes soleil à montures noires, les écouteurs bien enfoncés dans les oreilles, le sourire aux lèvres et la dégaine amusée : la force tranquille d’Olivier Robilllard Laveaux transparaît de bonheur, même un lundi matin. Et il ne fait pas les choses à moitié lorsqu’il est question de musique et de télévision.

« Je n’ai pas fait ce métier-là parce que j’aimais écrire, mais bien parce que j’aimais la musique », dit-il en parlant des années passées à l’hebdomadaire culturel Voir, où il a d’ailleurs assumé la coordination de la section musique entre 2009 et 2012. C’est au mois d’août dernier qu’il a passé le flambeau à un autre mélomane, André Péloquin, par un magnifique texte qui résume parfaitement son rapport à son métier : Le relais. S’il continue d’écrire chaque semaine des critiques d’album, c’est avant tout pour le plaisir, dit-il.

Lettres à un jeune critique

Vous l’aurez deviné, tout est question de passion pour ce trentenaire ayant grandi à Repentigny, mais dopé dès l’adolescence à l’adrénaline montréalaise et sa scène musicale trépidante. Celui qui a fait de son métier la culture, la musique surtout, est maintenant passé à la télé. Pour parler de télé, justement.

On l’avait déjà vu dans le pendant télévisuel de Voir et à Débat critique sur les ondes de Musique Plus, où il continue de débattre albums et musiciens chaque semaine, mais c’est en tant que chroniqueur à C’est juste de la TV, aux côtés de Liza Frulla, Anne-Marie Withenshaw, et sous le regard bienveillant de l’animateur André Robitaille, qu’il effectue le « saut » à la télévision. Il remplace Marc Cassivi depuis le début de cette saison 2012-2013.

« J’aime beaucoup critiquer la télé et réussir, semaine après semaine à sortir des petites perles pour donner un portrait de ce qui se fait à la télévision », explique-t-il. Sa présence à l’écran est aussi fine et douce que la plume qu’il y a déployée des années durant, mais son regard est aussi acéré que mordant, un passionné, je vous dis.

À ceux qui voudraient exercer le métier de « critique », Olivier Robillard Laveaux a un seul message : « Impliquez-vous et soyez curieux! » Celui qui a fait ses premières armes dans les médias étudiants et à la station CISM, de l’Université de Montréal, croit que tout est question de passion, d’ouverture d’esprit, de franchise, mais aussi de rigueur, « car cela permet d’être incarné! », ajoute-t-il. 

Une douce musique rosemontoise

« C’est devenu plus facile d’inviter des amis dans le quartier qu’avant » et d’expliquer que maintenant, à cause des bars et des restaurants qui ont ouvert dans les dernières années, notre cher quartier est devenu attractif pour tous les Montréalais. Olivier Robillard Laveaux aime beaucoup La Succursale, où la Noire est tellement bonne qu’elle l’a réconcilié avec ce type de bière.

Mais pas seulement ça, il aime beaucoup le côté sans prétention, familial et hétéroclite du quartier : « II y a personne qui fait de l’attitude ici, on est tranquille, même avec une poussette et des enfants », ajoute ce jeune papa. « Tout peut se faire à pied! », et pour garder le rythme, quoi de mieux que la douce musique du quartier?

 J’aurais voulu être un artiste!

Comme beaucoup de jeunes de sa génération qui ont été bercés au grunge, Olivier voulait « être Kurt Cobain ». Le chanteur de Nirvana disparu tragiquement en 1994 a inspiré musicalement nombre de musiciens à travers le monde. Bien qu’il joue encore de la batterie dans un groupe avec des amis, il veut plus faire découvrir des talents que se mettre en scène lui même.

Voici quelques incontournables en musique et télé selon Olivier Robillard Laveaux :

Éric Villeneuve, réalisateur de l’album N2 de Bernard Adamus, Olivier Langevin, et son groupe Galaxie, Father John Misty, Michael Kiwanuka, Infoman, Walking Dead, Breaking Bad.

Pour regarder les émissions C’est juste de la TV diffusée le vendredi à 21 h sur ArtTv et Voir TV diffusée le mercredi à 20 h et animée par un autre résident du Vieux-Rosemont, Sébastien Diaz, dont nous avions fait le portrait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 commentaire à La culture dans le sang : Olivier Robillard Laveaux

  1. Richard Verdon

    Une autre fierté pour Rosemont. Bravo à Olivier pour la pertinence de ses propos. Ce que certain(e)s critiques n’ont pas compris c’est qu’il faut savoir de quoi on parle avant de critiquer. De toute évidence, O.R.L. a fait ses devoirs. Entre autres, sa participation à l’émission  » C’est juste de la télé  » nous permet constater qu’il n’a pas la langue de bois et surtout, qu’il sait de quoi il parle. Bravo encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>