Nos questions sexistes pour les candidates (et candidats)

Par -

Il ne faut pas se le cacher, les femmes et les hommes en politique n’ont pas le même traitement médiatique. Certaines questions sont posées plus souvent aux femmes et d’autres aux hommes. Pour faire amende honorable, RueMasson.com a inversé les questions stéréotypées. Les questions de gars ont été posées aux candidates et les questions de filles, aux candidats.

Des entrevues sont réalisées avec l’ensemble des personnes candidates des circonscriptions de Gouin et Rosemont. Pour lire tous les articles sur les élections provinciales et les entrevues, participer à notre défi, Votez! Ça compte et obtenir l’ensemble des informations nécessaires pour voter visitez notre page spéciale.

Notre questionnaire a été envoyé par courriel à toutes les candidates (tous les candidats hommes aussi) dans les circonscriptions de Gouin et Rosemont. Cinq seulement nous ont répondu. La Coalition avenir Québec a décliné notre invitation. Les autres partis n’ont pas répondu. Nous publions leurs réponses de façon intégrale. À lire avec humour.

Par galanterie, on commence d’abord par les hommes, par ordre alphabétique inverse.

François Saillant, candidat dans Rosemont pour Québec solidaire

« J’aurais de la misère à convaincre les personnes que j’ai rencontrées depuis un mois que je fréquente quotidiennement le coiffeur. » Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Comment conciliez-vous travail-famille/paternité ? Ma famille se résume à mon épouse. J’ai résolu le problème de la conciliation travail-famille, en la choisissant comme organisatrice de campagne. Comme cela, la famille se confond avec le travail et vice-versa… Quelles tâches aurais-je données à mes enfants s’il y en avait encore eu à la maison ?

Est-ce difficile d’être un homme en politique ? Les attentes sont très grandes. Mon équipe s’attend à ce que je sois toujours beau et fort, que j’arpente la rue Masson 24 heures par jour, que je souris quand je n’en ai pas le goût et que je ne morde pas quand j’entends les mots « vote stratégique »…

Quelle est votre routine beauté du matin ? Avez-vous un coiffeur personnel ? Comment choisissez-vous vos vêtements ? J’aurais de la misère à convaincre les personnes que j’ai rencontrées depuis un mois que je fréquente quotidiennement le coiffeur. Quant aux vêtements, je porte du blanc, puisque je suis daltonien et que j’ai peur de mes choix de couleurs quand mon organisatrice de campagne n’est pas à la maison.

Pensez-vous pouvoir être aussi rationnel que vos consoeurs dans vos décisions ? La testostérone pourrait-elle vous influencer ? À 61 ans, je dois compter un peu moins sur la testostérone et un peu plus sur la raison ! Il faut bien que vieillir ait des avantages. Quant à la comparaison avec mes consoeurs, la compétition est injuste, puisque je partage le site de RueMasson.com avec Françoise David !

Les hommes en politique, c’est compétitif, ça se bitche et ça se chicane. Ne devrait-il pas y avoir une solidarité masculine plutôt que de la médisance ? C’est vrai. Jean-François et Léo, nous devons absolument aller prendre une bière à la Succursale après la présente campagne… et avant la prochaine. Madwa-Nika et Johanne, désolé de ne pas vous inviter. Nous avons à nous parler entre hommes pour ne pas répéter les mêmes erreurs la prochaine fois !

 

Jean-François Lisée, candidat dans Rosemont pour le Parti québécois

« Je choisis moi-même mes vêtements parmi ceux que ma conjointe m’a dit d’acheter ! » Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Comment conciliez-vous travail-famille/paternité ? D’abord, ma conjointe est ma boussole politique, coach et critique. Mais on dégage du temps « famille » vraiment indépendant du reste, qu’il faut protéger contre toute intrusion. Ajouter beaucoup d’amour, d’humour et de câlins, de soirs où on se couche tôt, et on est sur la bonne voie.

Est-ce difficile d’être un homme en politique ? Oui, car il y a en politique — et chez les commentateurs politiques — une sorte de course à la testostérone. L’agressivité est valorisée (voir comment Charest et Legault ont été agressants dans les débats avec Mme Marois, sous les applaudissements des commentateurs) alors que l’électorat, pas seulement féminin, valorise plutôt le dialogue et le consensus.

Quelle est votre routine beauté du matin ? Avez-vous un coiffeur personnel ? Comment choisissez-vous vos vêtements ? C’est très compliqué: douche, rasage, exercices d’étirement pour un dos capricieux. Mon coiffeur personnel est celui qui est le plus proche lorsque mes cheveux sont trop longs. Je choisis moi-même mes vêtements parmi ceux que ma conjointe m’a dit d’acheter !

Pensez-vous pouvoir être aussi rationnel que vos consoeurs dans vos décisions ? La testostérone pourrait-elle vous influencer ? Difficile à dire. Ma chef Pauline Marois a plus d’énergie, d’expérience, de résilience que moi et que tous ses candidats et députés masculins. La testostérone ne semble pas être un substitut suffisant.

Les hommes en politique, c’est compétitif, ça se bitche et ça se chicane. Ne devrait-il pas y avoir une solidarité masculine plutôt que de la médisance ? La question me semble prématurée. Tant que les hommes seront majoritaires parmi les élus, ils se sentiront suffisamment en sécurité pour se chamailler entre eux. Mais attendez qu’ils soient minoritaires. Ils découvriront peut-être la solidarité.

 

Daniel Guersan, candidat dans Rosemont pour la Coalition pour la constituante

« Franchement, ces histoires d’hormones n’importe quoi. » Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Comment conciliez-vous travail-famille/paternité ? Je suis un vrai papa poule, ça ne m’a jamais empêché d’avancer avec ma femme, aussi candidate, on se bat côte à côte en égaux alors chaque défi nous rapproche d’avantage. Les taches on se les divise et tout va bien.

Est-ce difficile d’être un homme en politique ? Pas plus difficile que de l’être en n’importe quoi d’autre. Faut juste faire sa job avec intégrité. En fait je pense que les hommes et les femmes sont moins différents que ce que l’on croit, surtout en politique où les luttes sont féroces et où il y a aussi des lionnes qui rôdent.

Quelle est votre routine beauté du matin ? Avez-vous un coiffeur personnel ? Comment choisissez-vous vos vêtements ? Le matin je ne perds pas de temps en choix de vêtements, car j’ai déjà tout préparé la veille.on est une famille plutôt organisée où les choses ont leur place. Pour le reste c’est comme tout le monde.

Pensez-vous pouvoir être aussi rationnel que vos consoeurs dans vos décisions ? La testostérone pourrait-elle vous influencer ? Franchement, ces histoires d’hormones n’importe quoi. La rationalité on ne naît pas avec! et ça sort pas des gènes. C’est une chose qui s’apprend. Elle commence là où dogmes et partisaneries s’arrentent . Il faut savoir prendre du recul, appliquer des méthodes, et laisser son égo de côté.

Les hommes en politique, c’est compétitif, ça se bitche et ça se chicane. Ne devrait-il pas y avoir une solidarité masculine plutôt que de la médisance ? Non mais quel cliché!! y’a des gens biens, ouverts à la discussion et courtois même lorsqu’il faut être ferme. Puis y’a des voyous qui ne savent qu’en appeler aux sentiments négatifs des gens et confondent fermeté avec grossièreté. Pendant qu’ils se déchirent, nous avançons dans un esprit coopératif et ouvert à tous comme à toutes. Tant pis pour eux!

 

Nicolas Girard, député sortant de Gouin, Parti québécois

« Le complet marine ou noir est très en vogue à l’Assemblee Nationale. » Photo: RueMasson.com/LisaMarie Noël.

Comment conciliez-vous travail-famille/paternité ? En campagne électorale, personne ne peut vraiment concilier travail-famille. Il faut se rappeler pourquoi on a choisi ce travail, parce que sinon, ça peut devenir très difficile. Le plus dur, c’est de ne pas voir mon petit garçon pendant de longues périodes. Quand je représente les citoyens à Québec, c’est plus facile, j’essaie de vivre une vie normale en priorisant les bons moments avec mon fils.

Est-ce difficile d’être un homme en politique ? Le plus difficile, ce sont les complets et les cravates. Les femmes ont beaucoup plus de marge de manœuvre que nous pour choisir leurs vêtements. Le complet marine ou noir est très en vogue à l’Assemblee Nationale.

Quelle est votre routine beauté du matin ? Avez-vous un coiffeur personnel ? Comment choisissez-vous vos vêtements ? Je magasine mes vêtements le plus souvent en solde… Le fonctionnement de l’Assemblée nationale me force toutefois à conserver une bonne collection de complets/cravate. Je me fais toujours coiffer chez Karactère sur la rue Beaubien!

Pensez-vous pouvoir être aussi rationnel que vos consoeurs dans vos décisions ? La testostérone pourrait-elle vous influencer ? Je crois que pour être efficace à l’Assemblée nationale, nous devons être passionnés et rigoureux. Nous sommes des humains animés par le même désir de changer les choses et de bien représenter nos concitoyens. Nous ne pouvons nous permettre de laisser nos hormones influencer nos décisions… Il en va de l’avenir de tout le Québec.

Les hommes en politique, c’est compétitif, ça se bitche et ça se chicane. Ne devrait-il pas y avoir une solidarité masculine plutôt que de la médisance ? C’est vrai que quand on s’attaque au gouvernement avec plus de 200 questions sur un même sujet, on peut avoir l’air de chercher la chicane. Moi je cherchais la vérité. Dans ce dossier, je n’ai effectivement eu aucune sympathie pour un gouvernement qui se finançait avec des places en garderies… Ok, je suis un peu compétitif, je suis assez fier d’avoir obtenu la démission d’un ministre…

 

Questions pour les candidates
Françoise David, candidate dans Gouin et coporte-parole de Québec solidaire

« Je ne joue pas au golf. » Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Avec qui jouez-vous au golf ? (ou faites-vous d’autres activités pour vous détendre) Je ne joue pas au golf. Habituellement, mes activités de plein air se passent avec mon chum.

Racontez-nous votre dernier bon coup politique ou votre dernier bon coup dans votre carrière ? Le débat des chefs. J’ai montré que j’avais des idées, celles de QS, et que je savais débattre sans attaquer bassement des adversaires.

Comment vous qualifiez-vous ? déterminée, pugnace, j’ai de l’ascendant, j’ai du leadership, j’ai du chien : un choix seulement
J’ai du leadership et je suis déterminée

Était-ce votre ambition, lorsque vous étiez petite, la politique ? Non

Que pensez-vous des hommes occupant de hautes fonctions politiques ? Ça dépend. Il y en a qui sont compétents, généreux, affables… et d’autres qui sont franchement insupportables avec des egos surdimensionnés!

4 commentaires à Nos questions sexistes pour les candidates (et candidats)

  1. Marie-Claude

    D’habitude, j’évite de lire ce genre d’articles parce que la vie personnelle de ces gent est loin dans mes priorités… Mais j’ai bien pris une sorte de plaisir un peu sadique à voir des hommes y passer! Ils s’en sortent très bien. 😉

  2. Chantal R

    Bien d’accord avec Marie-Claude, et c’est sympa pour une fois de renverser les questions! Félicitations à RueMasson d’y avoir pensé! Merci à ceux et celle qui se sont prêté au jeu!

  3. Gabrielle N

    Super initiative de RueMasson! C’est tellement vrai que les hommes et les femmes en politique ne reçoivent pas le même traitement! Pourtant, il suffit de penser à Margaret Tatcher et Angela Merkel pour s’apercevoir que les femmes politiques sont loin d’être les êtres maternels et compatissants qu’on décrit souvent!

  4. Philippe-Yvan

    J’ai bien aimé l’angle sous lequel vous avez traité la question. Vive RueMasson.com 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>