Verdir et prioriser : Léo Fradette se présente pour la CAQ dans Rosemont

Par -

Comme son parti, Léo Fradette est un nouveau venu en politique. S’il se présente comme candidat de la Coalition Avenir Québec dans Rosemont, il souhaite miser sur sa connaissance du quartier et la différence qu’il peut y faire.

Léo Fradette candidat de la CAQ dans Rosemont. Photo : Cécile Gladel/RueMasson.com

Des entrevues sont réalisées avec l’ensemble des personnes candidates des circonscriptions de Gouin et Rosemont. Pour lire tous les articles sur les élections provinciales et les entrevues, participer à notre campagne, Votez! Ça compte et obtenir l’ensemble des informations nécessaires pour voter visitez notre page spéciale.

Dans la circonscription, on ne le connaît pas. Qui plus est, les pancartes de Léo Fradette ont mystérieusement disparu dès les premiers jours de la campagne. L’homme connaît bien le quartier : il y habite depuis 25 ans, il a même déjà enseigné au Collège de Rosemont.

À la question pourquoi Rosemont, le « jeune » candidat répond : « Rosemont, c’est Montréal et je suis Montréalais. Pourquoi prendre un autre comté ? » Celui qui travaille dans l’environnement depuis toujours – il est responsable des dossiers relatifs à la gestion des matières résiduelles à la M.R.C. de La Vallée-du-Richelieu – souhaite offrir une option différente aux électeurs rosemontois.

« Mon principal défi sera de démontrer la possibilité de s’impliquer et de réaliser certains engagements avec volonté », soulignait Léo Fradette autour d’un café sur la rue Masson avant le débat organisé le 23 août dernier par la CDC de Rosemont.

Jusqu’ici, sa campagne se déroule bien pour celui qui n’a ni local ni escadron pour l’épauler, seulement quelques bénévoles dévoués. Malgré tout, le caquiste tire beaucoup de plaisir de la présente campagne. Si le porte-à-porte n’est pas sa tasse de thé, il dit préférer de loin discuter avec les gens dans la rue, les parcs ou les commerces, bref, établir un lien direct avec les citoyens.

Un discours entrepreneur

« Nous n’avons plus confiance en nos élus. Depuis 5 ans, un climat de peur, de tricherie et de corruption prévaut. On a l’impression qu’on paie, mais de ne pas en avoir assez pour notre argent ». Léo Fradette rejoint François Legault qui planche depuis le début de la campagne sur le « ménage » qu’il y a à faire dans la gestion de l’état québécois.

Interrogé sur ses priorités dans Rosemont, il aborde d’emblée l’aide aux personnes seules et le maintien à domicile des aînés. Léo Fradette dit vouloir bonifier l’aide et les programmes pour les plus fragilisées de la société.

Puis, le logement social fait irruption dans ses priorités, ainsi en lien avec l’aide pour les plus démunis, il voudrait que la CAQ facilite l’accès à des logements abordables.

 La CAQ veut aussi s’impliquer auprès des familles. Il faut encourager le milieu entrepreneurial, car « le Québec a déjà été une société d’entreprises familiales et que cela s’est malheureusement perdu ». Léo Fradette à l’instar de son parti veut encourager les PME et « leur donner les moyens de leurs ambitions ».

D’ailleurs, c’est le discours « entrepreneur » de la CAQ qui a poussé Léo Fradette à s’y présenter. Il croit au soutien de l’état pour dynamiser l’économie québécoise. Mais qu’est-ce qui différencie la CAQ des autres partis ? La priorisation, lance-t-il sans hésiter : « En management, quand on a des objectifs, il faut prioriser certaines actions pour arriver à ses fins et les autres partis, dont le PQ, ne priorisent pas. »

Environnement à la sauce rosemontoise

Environnementaliste, Léo Fradette ? Certes, celui qui est engagé depuis maintenant 30 ans dans la gestion environnementale et des matières résiduelles croit que la CAQ pourrait engager de nouvelles sommes dans ce secteur « Je sais que l’environnement n’est pas “prioritaire” pour l’instant, mais si la CAQ est élue, je vais pousser ce dossier. »

Léo Fradette suit de près les initiatives vertes de l’arrondissement Rosemont, et croit que le maire François Croteau fait un excellent travail, même s’il pointe du doigt le trop grand nombre d’instances à Montréal, ce qui a pour effet d’alourdir et de ralentir la prise de décisions, prônant plus de pouvoirs pour les arrondissements.

« Rosemont devrait être le poumon de Montréal, dit-il, avec davantage de ruelles vertes, de toits verts, et l’implantation d’un système de transport exemplaire ».

Et les étudiants ?

Interrogé sur la crise étudiante qui a sévi ces derniers mois, Léo Fradette surprend : « J’aime bien les étudiants. Ce printemps des personnes se sont démarquées, très sincères dans ce qu’elles veulent faire et très articulés. Ce sont eux les futurs leaders. »

La gestion de la grève a été déplorable selon lui. Il souligne par ailleurs l’inventivité et la créativité des étudiants durant la grève. Il ne souffle cependant pas mot sur la Loi 78 et l’appui que son parti y a apporté. Mais calme, serein et pragmatique, Léo Fradette croit que le Québec est mûr pour du changement et que Rosemont est un laboratoire stimulant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>