Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
lundi le 17 décembre
HomeHabiter RosemontArt, design et récup
Publicité

Art, design et récup

Photo : André Dumont/RueMasson.com

Un jour, huit caisses de boîtiers de disques compacts lui sont tombées entre les mains. Véronique Lamarre a eu une idée… lumineuse!

Designer industriel de formation, artiste récupératrice dans l’âme. De ses mains, elle donne une seconde vie à des objets du quotidien en les dissimulant dans des luminaires.

Avant de jeter son dévolu sur les boîtiers de CD pour en faire une ligne de luminaires au look contemporain, Véronique Lamarre a illuminé des blocs à couteaux, salières et poivrières et maints autres objets récupérés sur le trottoir ou découverts dans une friperie.

« Souvent, c’est la matière qui vient à moi », confie cette résidente de la rue des Écores. C’est ainsi que dans son réseau d’artistes récupérateurs, elle a eu vent un jour d’un stock de boîtiers de CD en provenance de la défunte boutique de disques usagés Les Anges Vagabonds.

Véronique Lamarre avait enfin trouvé son médium, pour fabriquer des lampes et luminaires qui plairaient à un large public, sans se présenter comme des oeuvres de récupération ou de bricolage. Elle retourne les boîtiers dans tous les sens, les sépare en deux et explore les qualités lumineuses de leur plastique. Lampes et suspensions voient le jour.

« Souvent, les gens ne reconnaissant pas les boîtiers de CD tout de suite. C’est mon but », a-t-elle confié à RueMasson.com lors d’une rencontre dans son studio au Chat des artistes, rue Parthenais.

De Milan à Rosemont
Baccalauréat en design industriel en main, Véronique Lamarre s’envole pour un stage dans un bureau de designers à Milan. De retour à Montréal, elle travaille quelques mois dans une boutique de luminaires sur le boulevard Saint-Laurent, puis on l’embauche chez un fabricant de luminaires à Lachine, où elle apprend tout sur la conception et la fabrication de luminaires.

Elle sera ensuite chargée de projet pendant sept ans chez un autre fabricant montréalais. « Au début, tout était fait à Montréal, puis peu à peu, certains éléments ont été transférés en Chine. Je trouvais aussi qu’on jetait beaucoup de matériel ».

Sa fibre écolo vibre, elle propose une ligne de luminaires fabriqués à partir de matériaux récupérés. L’idée n’est pas retenue. Notre designer fera donc bande à part.

Aujourd’hui, elle conçoit sur ordinateur pièces d’aluminium qu’elle fait découper au laser au dixième de millimètre près. Dans son atelier, elle les plie, puis y fixe des morceaux de boîtiers de CD, la plupart du temps sans colle, jamais avec de la soudure. Parfois, ce sont les disques eux-mêmes qui l’inspirent. Les composantes électriques utilisées sont généralement neuves.

Tout petits, ou démesurément grands, ses luminaires ont un style résolument au goût du jour. Ils ont séduit de nombreux propriétaires amateurs de design. Ils ont même capté l’attention des responsables montréalais de la marque Oakley, qui lui ont commandé des luminaires fabriqués à partir de pièces de lunettes de soleil pour leurs locaux de ville Saint-Laurent.

Quelques-uns des luminaires de Véronique Lamarre sont en vente chez Homier Luminaire (2140, rue Bélanger) et chez Monde Ruelle (2205, rue Parthenais).

Véronique Lamarre designer sur Facebook


Vous connaissez d’autres artisans, designers et artistes dans Rosemont? RueMasson.com veut voir! Écrivez-moi à andre@ruemasson.com

Latest comments

  • J’aime bien cette idée, c’est tres écologique ! C’est bien que les artistes puissent exprimer leur créativité et en même temps recycler pour créer des luminaires unique. La lampe faite à base de cd me plaît beaucoup.

  • Je trouve que les luminaires de Véronique Lamarre sont inspirés qu’ils ont un rendu exceptionnellement réussi et soigné, qu’ils sont contemporains et dignes de boutiques haut de gamme. Bon succès !!!

  • Wow! Article génial sur une créatrice hors pair. La créativité au service de la récupération et de l’écologie. Bravo!

leave a comment

Publicité