Le kit du parfait « casseroleux »

Par -

Vous ne l’avez peut-être pas encore remarqué, mais depuis mardi soir, les casseroles se font entendre de plus en plus dans les rues du Vieux-Rosemont. Le cortège composé de parents, d’étudiants, d’enfants, de grand-parents et de chiens, grossit de jour en jour.

Dans notre souci constant d’équité et de respect de nos lecteurs, un autre texte est publié aujourd’hui pour aider ceux qui sont en quête de quiétude.

La foule scande des slogans qui résonnent dans un rayon de 500 mètres à la ronde. Des milliers de cuillères de bois frappent des chaudrons, des poêles et des couvercles à un rythme effréné digne des Antilles. Si on ferme les yeux et qu’on y pense bien fort, on se croirait quasiment au Carnaval de Rio avec les masques pis les plumes! Ah non c’est vrai, c’est illégal de porter un masque maintenant.

Après avoir fini son sauté, Jimmy utilisera son Creuset oval pour faire un maximum de bruit dans les rues du Vieux-Rosemont. (Photo : Cookipediachef / Creative Commons)

Les manifestations spontanées de 50 personnes et plus ne sont pas permises selon la loi 78. Malgré tout, ce phénomène aux allures festives prend de l’ampleur de jour en jour. On l’a remarqué dans notre couverture des trois derniers soirs.

Toujours au service de ses lecteurs, dont plusieurs ont choisi de s’exprimer dans la rue, RueMasson.com s’est penché sur une question existentielle : Quel est l’attirail moyen de tous bons « casseroleux » ?

Le kit du parfait petit « casseroleux »

En examinant la foule, on a déduit que le parfait petit manifestant rosemontois doit être équipé d’au moins cinq articles INDISPENSABLES (oui-oui, en caps lock) pour bâtir sa crédibilité au sein du groupe contestataire. Si vous avez des ajouts à cette liste de base, vous pouvez les ajouter en commentaires au bas de l’article!

1) Une casserole qui sonne et qui résonne : pourquoi aller au gym alors que marcher avec une casserole en fonte peut augmenter votre force musculaire tout en manifestant? Si vous n’avez rien en fonte, les casseroles Lagostina assez haut de gamme feront l’affaire. Les Kitchen Aid font aussi un son pas pire. Surveillez les spéciaux chez Canadian Tire!

2) Une bonne cuillère de bois. Une douzaine en érable véritable, un bois solide bien de chez nous. Parce qu’après une soirée de tapage, les chances de survie de votre bonne vieille cuillère de bois qui appartenait à votre arrière-arrière-grand-mère sont de 1 sur 300 000, 19 fois sur 20 sur un échantillonnage de trois cuillères, avec une marge d’erreur de 28.6 %, selon une très sérieuse étude financée à même le budget de RueMasson.com, toujours à la recherche de l’ultime vérité.

3) Des bouchons à oreilles, rouges pour être concept : parce que des bruits de casseroles pendant deux heures, ça fait bourdonner les tympans. Pour les durs de durs, les coquilles jaunes style gars-de-la-construction-qui-fait-du-marteau-piqueur sont aussi des articles de choix. En vente dans une quincaillerie du quartier.

4) Un article supplémentaire de votre choix : drapeau, pancarte, toutou panda, carré rouge, t-shirt rouge de Che Guevara, lumières clignotantes qui rend épileptique, sifflet, gazou, flûte traversière, violon, cymbales, crécelle, guimbarde, votre chien (en laisse!), vos enfants, votre voisine… n’importe qui ou n’importe quoi qui « entertainera » la foule!

5) Une liste de trois ou quatre slogans motivants : pour avoir l’air d’un habitué, rien de mieux que de partir vos propres slogans pour impressionner la fille à la casserole jaune à côté. Elle vient du Upper c’est clair, elle a une Lagostina.

Travailler votre technique.

Un grand maître casseroleux a déjà dit un jour : « Casseroler, c’est comme la course à pied. Ça prend la bonne technique ». RueMasson.com est complètement en accord avec cette affirmation. Pratiquez votre technique en changeant de main et en changeant de rythme vous sera que bénéfique à long terme. Pour les pros, lancer sa cuillère et la rattraper au vol pour faire un solo comme le drummer de Rush vous est peut-être accessible, mais pour l’instant, on va se concentrer sur les éducatifs de « tapage de casseroles pour les nuls ».

Voici un exercice très simple à répéter tous les soirs de la semaine : taper d’une main énergiquement pendant une minute. Prendre une pause de 30 secondes. Taper de l’autre main toujours aussi énergiquement pendant une minute suivie d’une autre pause de 30 secondes. Augmenter à deux minutes, puis à trois, à quatre et ainsi de suite jusqu’à ce qu’une tendinite du coude s’en suive ou jusqu’à ce que votre voisin d’à côté un peu trop bronzé pioche dans le mur avec son balai en sacrant comme un jambon. Non pas pour vous encourager, mais bien pour que vous arrêtiez.

Solutions pour la quiétude du quartier

Plusieurs commentaires sur notre page Facebook démontrent une certaine division entre les gens du quartier sur ce genre de manifestation et tout le bruit qu’elle provoque. Comme la démocratie nous tient à coeur, nous aimerions trouver des solutions socialement acceptables pour désamorcer ces tensions entre voisins avant que celles-ci ne causent une réelle division.

Pour les manifestants qui souhaitent marcher dans une ambiance festive, varier l’itinéraire – qui est aléatoire – chaque jour pourrait être une solution pour éviter de déranger toujours les mêmes personnes. Le East Side Masson n’a jamais été visité par tout ce tintamarre et le Lower a aussi été très peu visité jusqu’à présent. Sans parler d’Angus et l’ouest d’Iberville, aussi ignorés par les milliers de manifestants rosemontois.

Comme vous le voyez, nous sommes très limités en terme d’idées. Si vous en avez, partagez-les plus bas, c’est tout de même pour le bien de notre quartier, afin que tout le monde puisse vivre en harmonie!

Et puis souriez aux policiers en faisant des signes de paix. Ceux du poste 44 sont bien gentils et ils aiment les sourires. Vous ne nous croyez pas? Essayez pour voir. Ils nous l’ont dit, pour vrai.


16 commentaires à Le kit du parfait « casseroleux »

  1. Bravo à vous équipe de joyeux journalistes de ruemasson.com! Vous êtes rigolos, vous avez une belle plume, agréable à lire!!!!moi je n’aime pas trop les manifestations ( j’suis un peu chiken) mais je casserole ( tiens, ça pourrait être un nouveau verbe!) sur mon balcon de 20h00 @ 20h15 pour préserver la quiétude de mon si beau Rosemont!!!!! Vive ruemassin.com :0)

  2. Catherine Jasmin

    Pour ceux qui apportent drapeau, pancarte ou toutou panda, voici mon conseil: Prenez une cuillère ayant un trou au manche (souvent en bambou -et plus solides), vous pourrez y glisser un ruban, aussi, attachez un foulard à votre casserole à poignées, vous aurez ainsi les mains libres lorsque sera venu le moment d’agiter haut dans les airs votre drapeau/pancarte/panda!! 😀 (Marionnette panda vendu à 2$ chez dollarama!)

  3. Frédérique Tiéfry

    On pourrait mettre des mitaines à nos cuillères de bois pour obtenir un «clong! clong!» au lieu d’un «cling! cling!». Ce serait un bon compromis.

  4. Personnellement, je suis en désaccord avec l’idée d’utiliser un Creuset pour le tintamarre. C’est clairement un non initié! Ils sont lourds (au bout de 20 minutes cela compte!)et c’est un objet qu’on transmet de famille en famille ! Un peu de respect pour l’héritage. Mes fils trouvent après bien des essais que les cul-de-poules en inox font les meilleurs bruits pour ceux qui serait intéressés! ;~)

  5. Je ne suis pas certain que c’est très bon pour les oreilles hypersensibles de toutou d’aller dans un concert de casseroles. Pour son bien, promenez-le avant ou après le rassemblement! :)

  6. Je trouve ces manifestations bien sympatiques, mais je crois qu’on aurait avantage à les limiter à 15 ou 30 minutes…
    Pour deux raisons:
    1) si tout ce bruit dure très longtemps chaque soir, cela va finir par créer des réactions négatives dans le milieu.

    2) si ces manifestations joyeuses se prolongent trop, les participants même vont finir par se lasser et, après une dizaine de jours, il y aura moins de monde et cela sera interprété comme un échec….

  7. une idée!!! et si vous arrêtiez de manifester ici et nous foutiez la paix??? Les enfants ont de l’école, il fait trop chaud pour dormir les fenêtres fermées, et j’ai trop peur de les laisser ouvertes de toute manière, ne sachant pas si un étudiant fou, furieux ou sou, passe sa tête dans ma fenêtre pour effrayer mes enfants.
    Ou encore mieux, si un enfant dans la rue reçois une bouteille de bière vide dans face?? c’est ça que vous attendez pour arrêter? Allez manifester au centre ville.. il y a plus de place!

  8. Je suis d’accord avec Claude : le principe, c’est de manifester. Je doute que la durée soit si importante. 15 ou 30 minutes devrait être suffisant pour faire passer le message, c’est la fréquence et le principe qui sont importants. Haters gonna hate :-)

  9. Une excellente adresse pour les casseroles: http://www.despreslaporte.com a Laval 994 cure labelle,(j’en suis le responsable ahah)
    et pour les reparations:
    clinique de la casserole 4048 Jean-Talon Est

    Sophie a raison ,le cul de poule y’a pas mieux pour le bruit.
    Je ne suis pas spécialement pour la manif, par contre, je tolere et accepte que des gens manifestent, en paix, dans la bonne humeur et avec respect malgres tout le tintamarre des casseroles, c’est mieux et plus intelligent que des casseurs et des voyous.
    Bon courage et que cela se regle rapidement pour le bien de tous et toutes(etudiants, travailleurs,commercants, touristes, etc…)

  10. J-P Pauzé

    Moi pour faire différent, je tapoche sur un diffuseur de chaleur (pour cuisinière au gaz). Ça donne un son «effet cymbale» impeccable.

  11. Valérie

    Y a en qui vont mettre des ampoules rouges à leur façade le soir. C’est inaudible, les carrés rouges ont ne les voit pas, ça créé de l’ambiance dans le quartier tout en appuyant la cause. Une ampoule rouge jusqu’à ce que Charest bouge 😉

  12. Catherine Jasmin

    Valérie!!! Je m’en vais acheter une ampoule rouge!! Quelle bonne idée! 😀

  13. Pour l’effet cymbales, essayez une casserole de cuisson à la vapeur, vous savez une casserole avec plein de trous. Sonorité merveilleuse…

  14. Gérard

    Vu ce matin accrochés dans un arbre à l’intersection des rues Mont-Royal et Saint-Michel, non loin de la rue Masson: une paire d’espadrilles bleues symbole de délimitation du territoire de gangs de rues. Le quartier voire mëme l’arrondissement et le Service de la police peuvent ils enlever ces espadrilles afin d’affirmer que les citoyens ne veulent pas de cette guerre entre @Bleus@ et @Rouges@ ; guerre pour le contröle de la drogue, dures et docues, déjà coüteuse socialement et économiquement pour le quartier?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>