Michel Benoit, le candidat qui fouille les dossiers

Par -

Seul homme dans une élection à majorité féminine, Michel Benoit ne passe pas pour autant inaperçu. Cet ancien conseiller municipal d’Ahuntsic a une formation en administration des affaires, ayant été pendant une grande partie de sa carrière comptable agréé. Il a aussi enseigné au niveau collégial et fait de la gestion immobilière.

RueMasson.com publie cette semaine une série d’entrevues avec chacune des personnes candidates à l’élection partielle dans le district du Vieux-Rosemont. Un débat de rue est organisé samedi 21 avril, 13 h, sur le parvis de l’église Saint-Esprit, pour permettre aux citoyens de rencontrer les candidates et le candidat.

Michel Benoit a commencé sa carrière politique en 1986 comme candidat puis conseiller municipal sous la bannière du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM), le parti de l’ancien maire de Montréal Jean Doré. Il y a évolué au sein d’une très jeune équipe, puisque la moyenne d’âge des élus municipaux de ce groupe était de seulement 39 ans. Il avait lui-même juste 30 ans. En mars 1992, il donne sa démission et quitte le parti, après avoir voté contre le dernier budget Doré (c’était avant les fusions municipales). « C’était juste après la Réforme Ryan, qui donnait plus de responsabilités aux villes sans pour autant augmenter les budgets. Il fallait donc faire un grand ménage dans les finances de Montréal pour trouver de l’argent, ce que le maire ne voulait pas faire », explique-t-il. Il rejoindra ensuite le Parti civique jusqu’en 1994.

Grand passionné de voyages, le candidat a parcouru des nombreux kilomètres autour du globe et est très actif. Il affectionne particulièrement les pays d’Asie. Il s’implique d’ailleurs dans un groupe d’amateurs de voyages.

Michel Benoit dit avoir passé plus de 1500 heures à éplucher le rôle d’évaluation de la Ville de Montréal (géré par la ville centre). Il affirme y avoir décelé des irrégularités dans l’évaluation foncière à la baisse de multiples résidences dans divers arrondissements. Plusieurs de ces résidences appartiendraient à des personnalités connues.  M. Benoit croit qu’en faisant entre autres la lumière sur cette situation, les arrondissements pourraient aller rechercher des montants supplémentaires leur permettant de combler leur manque de budgets pour différents projets. M. Benoit souhaite donc briguer le poste de conseiller afin de pouvoir aller faire des représentations en ce sens au conseil de ville de Montréal.

Plusieurs autres dossiers qu’il considère comme problématiques, dont celui de la gestion de Bixi, sont dans sa mire. Il a annoncé par communiqué qu’il « déposerait en juin une motion au Conseil municipal pour discuter publiquement de la contamination du rôle d’évaluation et pour faire des recommandations pour corriger le prochain rôle qui sortira en septembre 2013. » Une séance publique devrait d’ailleurs avoir lieu le 24 mai prochain à l’Hôtel de Ville de Montréal sur cette question. Le candidat indépendant y déposera ses dossiers de recherche.

Ses engagements pour le quartier

Michel Benoit affirme avoir également analysé le rôle d’évaluation de 6 754 immeubles du district Vieux-Rosemont. Selon ses recherches, 440 résidences ont eu une augmentation de l’évaluation foncière de plus de 90 000 $. Le candidat estime que Rosemont est devenu une « vache à lait » pour la ville centre. Il croit que les dotations aux arrondissements sont mal réparties et que les Rosemontois paient et ne reçoivent pas des services proportionnels à leur contribution. Dans un de ses documents de campagne électorale, il ajoute que « la hausse importante des valeurs marchandes immobilières à Montréal dans les années 2000 a permis de transférer discrètement une partie du fardeau fiscal du secteur non résidentiel au secteur résidentiel. Depuis 2007, les petits propriétaires paient de plus en plus de taxes foncières tandis que les gros propriétaires en paient de moins en moins. »

Concernant plus spécifiquement le Vieux-Rosemont, Michel Benoit souhaite mettre l’accent sur la sécurité des citoyens ainsi que sur la propreté et l’entretien des espaces publics. La vitesse dans les rues fait aussi partie de ses préoccupations. Il affirme qu’il sera un « conseiller municipal présent, disponible et motivé à faire avancer les dossiers et maintenir une belle qualité de vie dans l’arrondissement Rosemont- La Petite-Patrie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>