Érika Duchesne : une nouvelle venue en politique municipale

Par -

La candidate de Projet Montréal Érika Duchesne ne cache pas son inexpérience en politique municipale. La traductrice a d’abord préféré élever sa fille avant de s’impliquer en politique. Quand sa fille a eu 11 ans, elle est devenue la trésorière de Projet Montréal et comptait se présenter lors des élections de 2013. La démission de Pierre Lampron l’a forcé à devancer ses plans et se lancer en campagne plus tôt au lieu de partir en vacances.

RueMasson.com publie cette semaine une série d’entrevues avec chacune des personnes candidates à l’élection partielle dans le district du Vieux-Rosemont. Un débat de rue est organisé samedi 21 avril, 13 h, sur le parvis de l’église Saint-Esprit, pour permettre aux citoyens de rencontrer les candidates et le candidat.

Érika Duchesne. Photo : RueMasson.com

Lors du dernier débat entre les quatre personnes candidates, organisé par la CDC de Rosemont, alors que ces trois adversaires venaient d’énumérer leurs faits d’armes en politique municipale ou organisation communautaire, Érika Duchesne a souligné que si elle ne pouvait revendiquer leur expérience, elle pouvait clamer son amour pour Montréal et son envie de s’occuper du Vieux-Rosemont. « On peut se demander ce qui peut pousser une traductrice à se présenter en politique, mais c’est un besoin de m’impliquer pour ma ville et mon quartier ».

Cette dernière souligne aussi faire partie d’une équipe au pouvoir, d’être déjà présente et impliquée dans le parti. « C’est un avantage dans un mandat court comme celui-ci d’arriver dans une équipe que je connais déjà. Je ne serais pas isolée », avance Érika Duchesne.

La candidate de Projet Montréal souligne en entrevue qu’une conseillère a deux rôles importants : conseiller le maire et suivre les dossiers du district et voir ceux qui sont porteurs de nouveauté. L’un des dossiers importants dont elle entend parler lors de son porte-à-porte est le logement et son accessibilité.

Ses engagements

Même si elle avoue ne pas pouvoir faire des milliers d’engagements pour un mandat d’un an et demi (puisque des élections générales auront lieu au municipal en novembre 2013 ), elle entend faire pression pour obtenir une piste cyclable sur la 1re Avenue pour faire le lien entre les pistes cyclables sur Saint-Zotique, Molson et celle à venir sur Masson.

On lui fait d’ailleurs remarquer que les travaux sur Masson ont pris du retard à deux reprises, et qu’ils ne sont pas encore sur les rails. « Mais c’est justement le travail de la conseillère de faire le suivi et j’entends le faire en étant vraiment présente dans le quartier. Je vais m’y consacrer à temps plein », insiste-t-elle.

Durant le porte-à-porte elle prend des notes et a remarqué certains problèmes dont elle compte s’occuper rapidement si elle est élue. « On me parle de l’état de certains trottoirs, des ruelles qui servent de raccourci aux voitures, des problèmes de bruit autour du supermarché Loblaws et des problèmes de vitesse des automobiles sur les rues résidentielles ».

Pour le transport collectif, pas contre la voiture

Parlant de voiture, la sortie, il y a deux semaines, de l’équipe de Projet Montréal sur le dossier des voitures a fait réagir son adversaire de Vision Montréal. « On associe notre parti comme étant contre la voiture, mais on est d’abord pour le transport collectif. Notre point est qu’on ne veut pas que la voiture soit au cœur des décisions, mais il faut offrir une alternative, ajouter des pistes cyclables, avoir des autobus qui passent plus souvent. Les automobilistes devraient se battre pour le transport en commun, ça améliorerait la fluidité routière », lance-t-elle.

La candidate voudrait également augmenter le nombre de ruelles vertes dans le district en soutenant les citoyens qui en font la demande, en les appuyant et en facilitant le processus de consultation auprès de tous les voisins concernés par la ruelle .« Mais ça ne fait pas de notre parti un anti-voiture, car les voitures des citoyens du voisinage peuvent toujours circuler dans de telles ruelles ».

Un quartier en mutation

Le quartier va changer au cours des prochaines années avec la construction de nombreux nouveaux logements. La candidate Duchesne voit cette situation comme un défi se pointer au-delà de l’année et demie du mandat actuel. « J’envisage des tensions entre les nouveaux et anciens résidents. On sent une crainte des anciens. Il faut tenter de voir venir ces éventuels problèmes ».

Elle pense aussi que les besoins pour les loisirs et les parcs vont augmenter. « Ce ne sera pas un problème, je suis positive. Dans la démarche Décider Rosemont ensemble à laquelle j’ai participé, on voit que les gens veulent s’investir ».

Finalement, elle compte s’occuper de l’Espace Affaires Rosemont à l’ouest d’Iberville et est en accord avec l’engagement du maire François Croteau de mettre des mesures en place pour revitaliser le secteur. Une étude a été réalisé par l’Arrondissement qui montre que de nombreuses entreprises s’installe dans ce quadrilatère. « On part à zéro dans ce quartier. Je n’ai pas encore d’idée, mais il faut que ça reste commercial ou de l’industriel léger. Il n’est pas question d’y faire des condos. Ce quartier a une grande valeur pour l’avenir du quartier, il faut lui donner une identité et il ne faut pas se mettre des contraintes ».

Celle qui habite à quelques rues de son district pense que ça ne fait pas une grande différence. « J’ai habité longtemps le quartier et je n’habite qu’à quatre rues, j’ai mon médecin, mon dentiste sur Masson et je fréquente souvent le quartier, explique-t-elle. Je vais me représenter dans le vieux Rosemont en 2013, que je sois élue ou non, car j’ai vraiment envie de faire ce travail ».

8 commentaires à Érika Duchesne : une nouvelle venue en politique municipale

  1. « Les automobilistes devraient se battre pour le transport en commun, ça améliorerait la fluidité routière », lance-t-elle. »
    Ça commence déjà a changer la manière de s’afficher… pas capable de dire clairement que Projet Montréal est contre tout ce qui est automobile…on a qu’a voir ce qu’ils font sur le plateau. Coupure de place de stationnement sur le coin des rues, Augmentation de 100% du prix des vignettes,Passer une loi pour décider eux même ou mettre des vignettes plutôt qu’à la demande des citoyens Déviations des rues pour diminuer le trafic sur la rue Mont-Royal, Couper dans le déneigement pour avoir de l’argent pour mettre des fleurs dans la ruelle…
    Pour vivre présentement ce qui se passe sur le plateau, gens de Rosemont, je vous plaint si vous faites élire un autre membre de cette équipe…Vous n’êtes pas sortie du bois

  2. Phil the Pill

    Pour être présentement locataire sur le Plateau et bientôt locataire dans le Vieux-Rosemont, contrairement à Fringe, je vous plains si vous vous laissez manipuler par les chroniqueux qui beuglent comme un troupeau d’anês à chaque geste du maire Ferrandez. De grâce, élevez vos oreilles par dessus cette horde d’abêtis et jugez par vous-mêmes.

  3. Phil the Pill

    Et pour donner un début de réponse à Gringe… Le règlement qui indique qu’il faut laisser environ 3 mètres de libres sur les coin des rues est supposée être respectée partout en ville. C’est une mesure de sécurité et dans le Plateau, qui est extrêmement densément peuplé et où le flux automobile dans les rues résidentielles est intense, c’était la moindre des choses de faire respecter ce règlement d’urbanisme. Quand un piéton, un cycliste, ou même un automobiliste est obligé de devancer l’automobile garée pour pouvoir s’inviter dans la circulation, cela engendre trop souvent des accidents qui pourraient facilement être évités.

    Quant à l’augmentation du prix des vignettes, vous allez toujours payer bien moins cher que dans les autres grandes villes canadiennes, par exemple Toronto où le prix est de 170$ et +. Ce n’est pas le meilleur argument de se comparer aux autres, mais de façon concrète, la vignette est un privilège que plusieurs résidents ont demander à l’arrondissement. Avec l’achat d’un condo, il faut souvent débourser 30 000$ et plus pour un espace de stationnement. En banlieue, le propriétaire doit lui-même pelleter son entrée ou faire affaire avec une entreprise privée qui coûte encore plus cher que le prix de la vignette, et en plus, PAR MOIS! 140 (environ, si je n’m’abuse), pour avoir un espace de stationnement DÉNEIGÉ bien souvent en plus par la ville, c’est une aubaine…

    Cela est sans oublier que le Plateau Mont-Royal se devait de trouver une solution à la dette d’Union Montréal (Mme Fotopulos) qu’ils ont accumulués bien avant la venue de Ferrandez. Au contraire, je salue cette initiative (qui consiste en un revenu sûr et constant, pas ponctuel, qui a éviter la fermeture de piscines publics ou d’autres infrastructures.

    Bref, j’ai tellement de choses à dire par rapport à ce qu’on reproche à Ferrandez, et quand on regarde son bilan avec objectivité… Il a fait un fichu bon boulot à date, bien franchement. Le Plateau n’est plus autant endetté et a été en mesure de conserver ses projets d’espaces publics et d’embellissements, de propreté, d’activités, etc… Malgré une situation difficile.

  4. Phil the Pill

    P.S. Désole pour les fautes d’ortographes. J’ai fait ça sur un élan.

  5. Phil the Pill

    Cela dit, en toute sincérité, je pense qu’il faudrait plutôt s’inquiéter des énormes dettes de Vision Montréal et de la petite politicaillerie d’Union Montréal.

  6. Je vous rappelle que cette élection se déroule dans le Vieux-Rosemont et non sur le Plateau. Merci quand même de rester au moins dans le sujet de l’élection partielle.

  7. Phil the Pill

    Certes. Je voulais juste remettre les pendules à l’heure. Car il semble qu’en ce moment, Vision Montréal et Union Montréal, dans leur campagne électoral dans le Vieux-Rosemont, misent beaucoup sur la « crainte de devenir un nouveau Plateau » afin de se faire du capital politique.

  8. Je suis d’accord avec Phil the Pill : pour avoir habité le Plateau 10 ans et être maintenant dans Rosemont, je suis un peu fatiguée de lire que les principaux arguments électoraux de certains partis sont  » on ne sera pas un 2ème Plateau ». Come on, il faut arrêter 2 minutes avec le Plateau-bashing, ça fatigue (et puis je préfère quand-même un 2ème Plateau qu’un deuxième Terrebonne, et traitez-moi de Plateaupithèque si vous voulez ^_^). C’est aux politiques d’arrêter les comparaisons foireuses, les problématiques ne sont clairement pas les mêmes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>