Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
samedi le 15 décembre
HomeVie de quartierTroisième fuite de gaz provoquée par une gratte
Publicité

Troisième fuite de gaz provoquée par une gratte

Vous connaissez le sifflement que fait une fuite de gaz? Johanne Lemarbre est maintenant experte en la matière, alors qu’un petit Benco, une gratte, qui déneigeait le trottoir à côté de sa résidence a provoqué une fuite pour une deuxième année consécutive, et une troisième en cinq ans. L’incident est survenu samedi matin vers 10 h, au coin de Holt et de la 1ère Avenue.

Le détendeur de gaz (la partie ronde) a été arraché par un Benco (photo: RueMasson.com)

« C’est très stressant, ça fait un sifflement et ça sent dans la maison. Nous sommes quatre personnes à évacuer plus les animaux », raconte madame Lemarbre. « Nous avons été chanceux cette fois-ci, c’est arrivé en plein jour et il faisait chaud. Généralement ça se passe la nuit lorsque nous dormons », poursuit celle qui a dû attendre sur le trottoir le temps que tout revienne à la normale.

Trois fois en cinq ans

La première fois, la gratte avait arraché le tuyau de gaz sous la valve de fermeture, empêchant les pompiers d’arrêter immédiatement la fuite. Plusieurs immeubles avaient dû être évacués. Suite à cet incident, un garde a été installé pour protéger le conduit.

La deuxième fois – l’hiver passé –  la gratte a arraché le panneau protecteur du mur et a provoqué une nouvelle fuite. Cette année – l’hiver est encore jeune, il faut le dire – c’est le détendeur de gaz qui s’est fait mettre K.-O par le Benco. Lors des trois impacts, aucun opérateur ne s’est arrêté.

Normalement pour une fuite de gaz, ce sont les opérateurs qui doivent signaler le bris. Ils doivent s’arrêter s’il y a un problème, à moins qu’ils n’aient pas eu conscience de l’incident. Ils ont donc le bénéfice du doute.

Comme pour toutes fuites de gaz, il faut appeler le 9-1-1. Les pompiers sont dépêchés sur place et appellent Gaz Métro si nécessaire.

Pour cet incident, le passage étroit entre l’arbre et l’entrée de gaz semble être en cause. Il force l’opérateur à dévier de sa trajectoire plus près du mur pour éviter l’arbre. De ce fait, il percute l’entrée de gaz. « Chaque tempête est un stress supplémentaire. La situation peut se reproduire à tout moment, rien pour nous rassurer », termine madame Lemarbre, exaspérée par la situation.

Le passage étroit entre l'arbre et l'entrée de gaz serait une problématique pour certains opérateurs (photo:RueMasson.com)

Des dommages évitables?

Bien que la proportion public-privé soit équivalente dans Rosemont Petite-Patrie, le Vieux-Rosemont est déneigé par des employés de l’Arrondissement exclusivement.

« Il peut arriver que les véhicules de déneigement des trottoirs, comme d’ailleurs tous les véhicules affectés au déneigement, heurtent et endommagent le matériel urbain accidentellement. Il faut comprendre que ce sont souvent les premiers à s’aventurer sur les chaussées glissantes. Mais cela demeure très rare. La formation donnée aux opérateurs et l’amélioration de l’équipement ont grandement réduit les problématiques », nous explique Serge Fortin, chargé de communication à l’Arrondissement.

L’achat en 2006 de 14 grattes Benco qui sont chaussées de pneumatiques et d’une pelle amovible a permis de remplacer les chenillettes qui étaient moins performantes. « Les Benco doivent être conduites moins rapidement (elles ne dépassent pas 20-25 km/h) et offrent de ce fait de meilleures performances de déblaiement, notamment parce que leurs pneumatiques leur permettent d’épouser les dénivellations des trottoirs beaucoup mieux que les anciennes chenillettes », continue monsieur Fortin. Les opérateurs de machinerie de déneigement reçoivent aussi une formation obligatoire chaque année. Ils sont également sensibilisés à l’importance de faire attention aux arbres.

Pour ce qui est des piétons, le seul incident connu à ce jour est survenu il y a deux ans, alors qu’une dame est sortie d’un commerce sans regarder et elle s’est fait accrocher légèrement par un Benco. Heureusement, la dame n’avait subie aucune blessure.

Faites une requête

En 2011, l’Arrondissement a reçu une cinquantaine de requêtes à propos des appareils de déblaiement des trottoirs dont la grande majorité portait sur le gazon endommagé le long du trottoir. « C’est relativement faible comme tenu du fait que nous avons 400 kilomètres de trottoirs à déblayer », affirme Serge Fortin.

D’autres requêtes ont aussi été faites à propos des carrés d’arbre aménagés par les citoyens sur les trottoirs. Une expérience-pilote est menée cet hiver de concert avec les résidents sur la rue des Écores tel que le rapportait RueMasson.com. L’expérience porte justement sur la protection des carrés d’arbre aménagés…

Toutes les requêtes peuvent être acheminées à l’Arrondissement en composant le 3-1-1.

No comments

leave a comment

Publicité