Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
vendredi le 12 juillet
HomeCultureÉcrire pour l’avenir : Kim Thuy à la Librairie Paulines
Publicité

Écrire pour l’avenir : Kim Thuy à la Librairie Paulines

Deux ans d’attente. Ça faisait deux ans qu’ils attendaient l’occasion. Depuis 2009 et la sortie de Ru que la Librairie Paulines souhaitait convier Kim Thuy à ses soirées littéraires. Avec la parution de son nouvel opus, À toi, coécrit avec Pascal Janovjak, la pétillante auteure a finalement pu accepter l’invitation de la librairie jeudi soir dernier!

Kim Thuy. Photo : Librairie Paulines

Kim Thuy est l’énergie incarnée : sémillante, drôle et volubile. La soixantaine de personnes venues écouter l’auteure d’origine vietnamienne dans le cadre des jeudis littéraires de la Librairie Pauline n’ont pas été déçues. Le jeu en valait la chandelle.

Près de trois heures durant, l’écrivaine a comblé la salle de ses anecdotes et de son humour décoiffant. Sans pudeur, elle a abordé tous les sujets, de son écriture, à sa famille, de son arrivée au Québec à son avenir littéraire. Vincent Magnat, vice-président du Regroupement arts et culture Rosemont La Petite-Patrie s’est chargé des questions.

Livre 2.0

La sortie de À toi, ouvrage écrit à quatre mains avec l’auteur Pascal Janovak, était l’occasion toute désignée pour venir rencontrer les lecteurs Rosemontois. Ce livre est un exploit en soi : Kim Thuy habitant au Québec et Pascal Janovak, Ramallah, en Cisjordanie : « Ce livre défie la gouvernance des frontières physiques, dit l’écrivaine, c’est un pied de nez à tous les douaniers de la terre ».

Il faut dire que leur texte atypique se présente sous la forme d’un échange de courriels, chacun rebondissant sur le sujet de l’autre et nourrissant l’écriture de l’autre. « C’est la version moderne de l’écriture épistolaire et des correspondances, un retour à la première forme, au premier but de l’écriture », souligne Kim Thuy.

À toi, mélange parfaitement les voix, jusqu’à n’en former qu’une seule. « Dès le départ, dans notre tête à nous, c’était un livre ». Ouvrage que par ailleurs, les lecteurs de chez Pauline ont couvert d’éloges. Sans contraintes ni restrictions particulières, outre la distance et la virtualité obligée du cyberespace, les deux auteurs ont imaginé une discussion littéraire sans frontières.

Du Vietnam au Québec

Vincent Magnat a également amené l’auteure à parler de son premier ouvrage, Ru, pour lequel elle a récolté de nombreux hommages, dont le Prix du Gouverneur général en 2010. Celui-ci raconte l’arrivée au Québec de la famille Thuy après leur fuite du Vietnam, par bateau, alors que la jeune fille n’avait que 10 ans.

Pour Kim Thuy, tout est le fruit du hasard : « Comment notre bateau a traversé et les autres ont coulé? », se demande-t-elle. Mais également le succès de Ru qui est pour son auteure « une série de hasards ». « Il suffit d’être au bon endroit au bon moment », dit-elle.

Ce détour par Ru a été l’occasion d’aborder les particularités de la culture vietnamienne et le parcours sensationnel de l’auteure : interprète, avocate, et restauratrice, entre autres, puis enfin écrivaine.

Avec humour et nombres d’anecdotes, elle a répondu à toutes les questions du public, en plus de s’entretenir personnellement avec toux ceux qui souhaitaient faire dédicacer leur copie de son livre.

Si les échanges virtuels de À toi ont su briser les frontières entre Kim Thuy et Pascal Janovjak, auteur franco-slovaco-suisse, c’est grâce à la forme qu’ils ont adoptée. À la fois intemporelle et avant-gardiste. « C’est une mondialisation culturelle par la littérature », dit Kim Thuy. Chanceux, la soixantaine de curieux ont pu, le temps la rencontre de jeudi soir, suspendre eux aussi, les frontières du temps et de l’espace.

Latest comment

  • Un seul irritant: ces caméras qui balayaient la salle constamment. Oui oui, je sais, l’avis était collé sur la porte, mais avoir su avant…

leave a comment

Publicité