Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
jeudi le 20 juin
HomeVie de quartierLe quartier ukrainien de Rosemont
Publicité

Le quartier ukrainien de Rosemont

Avez-vous déjà remarqué la très belle église de style byzantin au coin du boulevard Saint-Michel et de la rue Bellechasse ? On la doit à la communauté ukrainienne. À la fin des années 1940, le quartier Rosemont devient une destination de choix pour les immigrants ukrainiens. RueMasson a pu visiter différents lieux de l’héritage ukrainien en compagnie du révérend Ihor Kutash.

Le révérend Ihor Kutash à la cathédrale orthodoxe ukrainienne Sainte-Sophie. Photo : Cécile Gladel/RueMasson

L’Ukraine a longtemps fait partie de la Russie ou de l’URSS. C’est maintenant un pays indépendant depuis le 24 août 1991. Après la Deuxième Guerre mondiale, beaucoup d’Ukrainiens fuient leur pays, craignant les camps de travail forcé (Goulag). Plusieurs choisissent le Québec comme terre d’adoption.

Le « quartier ukrainien » n’est pas aussi imposant que le quartier chinois ou la Petite Italie. Aux alentours du boulevard Saint-Michel et des rues Beaubien et Bellechasse, on remarque tout de même leur présence. On y retrouve :

Le drapeau de l'Ukraine. Le bleu symboliserait le ciel et le jaune, le blé qui pousse dans les champs.

 

– La cathédrale orthodoxe ukrainienne Sainte-Sophie, au coin du boulevard Saint-Michel et de la rue Bellechasse, construite en 1962

– L’église L’Assomption de la Bienheureuse Vierge, sur Bellechasse entre la 9e et 10e Avenue, construite en 1957

– Une résidence pour personnes âgées, avec une chapelle et un mini-musée

– La Caisse populaire ukrainienne sur Beaubien près du boulevard Saint-Michel

– Le parc d’Ukraine, sur la rue Bellechasse au coin de la 12e Avenue où on célèbre chaque année, en septembre, le Festival ukrainien de Montréal.

 

La visite des lieux était organisée par l’organisme Amarrages sans frontières.

La religion chrétienne

Certains Ukrainiens sont catholiques, d’autres sont orthodoxes. C’est le christianisme qui domine dans ce pays depuis 988. Le millénaire du christianisme en Ukraine a été célébré en 1988. Un monument le rappelle devant l’église L’Assomption de la Bienheureuse Vierge.

Les messes se déroulent en ukrainien et sont très populaires à Pâques. Peut-être parce que leurs traditionnels oeufs décorés sont si jolis.

L’intérieur des églises est particulièrement agréable : couleurs vives, multiples icônes, dorures et ambiance lumineuse. «Jésus crucifié n’est jamais souffrant», précise le révérend Kutash. « La mort, c’est sa victoire. En devenant humain, il a accepté de mourir. Il est venu pour donner l’humanité à Dieu.» Les églises veulent donner l’impression qu’on est entouré par Dieu. Qu’on y croit ou non, c’est un lieu apaisant et serein.

Une vidéo d’un chant ukrainien du révérend Ihor Kutash

 

 

 

 

Le festival, c’est cette fin de semaine

Chaque année depuis près de 10 ans, l’Association culturelle St-Volodymyr de Montréal invite la population à découvrir la culture ukrainienne lors du Festival ukrainien de Montréal. Au parc d’Ukraine naturellement (adjacent à la cathédrale Sainte-Sophie, sur la 12e Avenue).

Le plaisir commencera ce vendredi 9 septembre dès 19 h 30 avec un « jardin de bière et spectacle live ».

Les talents ukrainiens (musique, danses, chorale) du Québec, du Canada, des États-Unis et même de l’Ukraine défileront sur la scène. On pourra aussi visiter des kiosques sur la cuisine et l’art ukrainien. Tous les détails sur le site du Festival ukrainien de Montréal.

L'Ukraine est située juste au dessus de la mer Noire, entre la Russie et plusieurs autres pays, dont la Pologne, la Biélorussie, la Moldavie et la Roumanie. Sa capitale est la ville de Kiev.

 

Latest comments

  • Mis à part quelques vendeurs de t-shirt cheap (Note de l’auteur: voir vente trottoir sur Masson), ça vaut la peine d’aller à la fête ukrainienne. On accompagne souvent les enfants dans ce parc tranquille et près de la maison. S’y retrouver alors que le parc est plein de gens, c’est se retrouver en Ukraine le temps d’une soirée! A petite échelle, on peut certainement dire qu’on se sent en Europe de l’Est…le temps d’une soirée!

  • Après plus de vingt ans d’exil, il m’a été très très agréable de rencontrer des compatriotes de mon père et d’échanger avec eux quelques mots que je connais de la langue de mes ancêtres.

leave a comment

Publicité