Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
samedi le 15 décembre
HomeConsommationUne nouvelle boutique de vêtements sur Masson
Publicité

Une nouvelle boutique de vêtements sur Masson

RueMasson a appris qu’une nouvelle boutique de vêtements, Les Coureurs de Jupons, ouvrira ses portes début octobre sur la Promenade, en face la crémerie. Le commerce prendra la place de l’agence de voyages internet qui a déménagé sur Mont-Royal cet été. Le bail a été signé mercredi matin.

Les vêtements et accessoires Kazak seront en vente dans cette nouvelle boutique. Photo: gracieuseté Les coureurs de jupons.

Les deux copropriétaires, Kristelle Mercier et Geneviève Paquette, feront dans la mode écolo et locale. On trouvera dans cette boutique des vêtements pour femmes, pour hommes et même pour enfants. Mais aussi des bijoux et des accessoires.

L’une des copropriétaires, Geneviève Paquette est aussi eco-designer. Elle a sa propre ligne de vêtements Kazak qui se spécialise dans les accessoires en cuir, fourrure et tissus recyclés. Mais on trouvera aussi des créations d’autres designers québécois, la plupart émergents : Ève Lavoie, Maillagogo, Noujica, Coeur de Loup, Les Enfants Sauvages, Electrik Kids, Miss Cocotte, Cokluch, White Label, Voyou.

Kristelle Mercier souligne que des oeuvres d’artistes en art visuel seront exposées dans le magasin. « Nous aurons une collection maison de vêtements faits au Québec et sérigraphiés de certaines de ces oeuvres ».

Alors que deux friperies ont pignon sur Masson, Renaissance et Prêt à reporter, Les Coureurs de Jupons ne leur fera pas concurrence puisqu’on y trouvera seulement des vêtements de designers. Pas de coin friperie.Pourquoi Masson ?

Alors qu’il y a encore plusieurs locaux vides depuis plusieurs mois sur Masson, on a demandé à Kristelle Mercier les raisons de ce choix. « Nous avons envie de faire partie du renouveau de cette artère commerciale en plein essor et de ce quartier vibrant et engagé. Nous voulons également aider à remplir le vide qu’il y a dans le quartier au niveau de l’offre de vêtements locaux, éthiques et originaux », a-t-elle déclaré.

Les autres boutiques écologiques et de designers locaux les plus proches se trouvent sur la rue Sainte-Catherine avec Folle Guenille et sur Saint-Hubert avec Belle et rebelle. L’éco-boutique de la Soder au coin de la 12e Avenue vend quelques chandails, bijoux et accessoires écologiques. On en trouve aussi sur Saint-Denis : Rien à cacher et 4 Éléments, sur Saint-Laurent: Myco Anna et dans le Sud-Ouest avec la Gaillarde et Harricana.

Latest comments

  • Je ne sais pas si Maillagogo (citée dans le texte) est considérée comme une boutique écologique, mais à ma connaissance, elle ne vend que des designers locaux. Sur de Castelnau entre Drolet et Henri-Julien (dans Villeray).

    Tant mieux si ce type de boutiques prend pignon sur rue dans plein de quartiers différents!

  • Pour être allée plusieurs fois chez Belle et Rebelle, les vêtements sont beaux, mais beaucoup trop chers…

  • Bien d’accord avec toi. Je voudrais encourager les designers locaux, écolo … mais je comprend pas pourquoi ils vendent aussi cher. Je trouve que ce n’est pas logique.
    Pour ma part, je fais mon bonheur avec le bazar de l’église au coin de la 6ème et chez Renaissance. Au moins, avec eux, j’ai pas l’impression de me faire avoir.

  • commerce voué à l’echec…désolé d’être pessimiste mais il n’y a pas la clientèle pour ce type de produit..rdv dans un an…

  • WOW! Enfin! Moi j’ai trop hâte à l’ouverture!!!

  • Oui , c’est cher , mais souvent on ne gangne que 5.00 l’heure ! Qui dit mieuz ? La démarche ? chercher les matériaux à recycler , dessiner le produit réalisable dans ces matériaux toujours différents , les produire , en faire la mise en marché ,trouver la fournitures
    faire son ménage d’atelier, sa comptabilité , la paperasse pur les Gv. et répondre à tous ceux qui disent qu’on vend trop cher ! OUF!

  • Bravo, j’ai hâte de visiter cette boutique.

  • un endroit génial et magique! enfin..des fois ça vaut la peine de payer un peu plus cher pour s’éviter le désagrément du seconde main…

  • Un élément de réponse pour les personnes qui trouvent que le design « écolo » est trop cher:
    je comprends votre frustration car ce n’est pas que les personnes riches qui sont sensibles à la protection de l’environnement.
    Le design écologique n’est qu’une PARTIE de la réponse à la société du consumérisme, la production de moins en moins durable, conçue pour être jetée après usage (un usage de plus en plus court!). Les éco designer de la génération montante, se sont demandé comment faire pour pratiquer leur métier, tout en étant « responsable » sur le plan des impacts environnementaux de leur production. Bien sûr, leur façon de travailler, soit; à petite échelle, avec des matériaux réutilisés, ou bio, ou « équitable » pour les producteurs, ne peut rivaliser en coût de revient (ce que ça coûte à produire) avec les grandes chaînes qui emploi des chinois ou des mexicains sous-payés et travaillent avec des matériaux « cheap » et dommageables pour l’environnement.
    C’est pour ça que leurs produits sont « cher » (c’est à dire plus cher que le produit de masse): parce-qu’ils coûtent plus cher à produire et que les employés de ces petits designer ne veulent pas être payé en dessous du seuil de pauvreté!
    Pour ma part, l’AUTRE SOLUTION celle qui permet aussi la participation des « pauvres » c’est le PARTAGE DES CONNAISSANCES TECHNIQUES et l’ÉCHANGE. Apprenons à faire nous-mêmes ce qui répond à nos besoins de base:
    apprenons à cultiver nos jardins et faisons de l’agriculture urbaine, apprenons l’électricité, la menuiserie et la couture, et retrouvons les connaissances que nos grands-parents avaient pour RÉPARER nous mêmes et bricoler les rebuts qui nous entourent pour en faire de quoi d’utile. Et beau.
    La connaissance est une richesse.
    Lili animatrice des ateliers Recyk-l’Art

  • Huummmm … pas sure que j’aime ça me faire traiter de pauvre.

  • ahhhhhhhhh!!!!!!! une friperie quoi !!!

  • J’ai bien hâte de vous visiter…!

  • Vous avez en moi une future cliente!!!! J’ADORE!!!! Bonne ouvertures les filles!

  • Quandmême que ce serait plus chèr, tu payes pour pas être habillé comme 80% des personnes que tu vas croiser. Eventuellement après avoir vu seulement une ou deux personnes qui ont le même gilet que toi tu va arrêter de le porter car tu trouves qu’il n’est plus original. Déjà là tu as perdu de l’argent, que tu aurais pu investir dans quelque chose de vraiment original! Si tu vois quelqu’un avec la même robe ou chandail que toi et que tu l’a pris dans une boutique écolo avec des designers d’ici, souvent ils ne font pas 100 exemplaires.. tu as beaucoup moins de chance que quelqu’un te  »copie » et tu te sentira beaucoup plus original!

  • Moi je trouve que ça vaut vraiment le « coût ». Encourageons nos designers, leur créativité, leur courage, leur persévérance. Encourageons l’économie locale et consommons de façon responsable. Longue vie aux Coureurs de jupons sur Masson !!!

  • Disons qu’on ne peut pas vouloir encourager l’économie locale, consommer équitable et refuser de payer le prix juste. J’ai un travail artisanal aussi et on entend une fois sur deux « c’est trop cher ». Ben oui, c’est cher, mais c’est ça que ça coûte quand on veut un beau résultat avec des artisans d’ici payés à un taux horaire même pas si fabuleux. Et non, on n’arnaque personne ! C’est sûr que ça change des tee-shirts H&M fabriqués au Bangladesh par des gamines mêmes pas ado…

  • @delphine

     »C’est sûr que ça change des tee-shirts H&M fabriqués au Bangladesh par des gamines mêmes pas ado… »

    Vous avez oubliée borgne, excisée et paraplégique.

  • Moi, je dis COOL, COOL, COOL ! Je ne sors pas souvent du quartier et pour les vêtements je n’ai pas un choix qui me convient actuellement. Là, c’est juste COOL ! Et pour le prix, même si c’était un peu plus cher, j’économise sur la journée de magasinage au centre-ville, avec resto au midi, stationnement, embouteillages et stress inutile. 😉

  • J’irai chez Coureurs de Jupons. Dans ce genre de boutique, j’achète une belle pièce que je vais porter de nombreuses années. Comme je déteste magasiner et me surencombrer, j’encourage la qualité artistique qui dure.

  • Trop cher? Pas vraiment, ça coute cher faire du beau et du bon. En fait, ça ne me dérangerait pas de payer le prix demandé pour ces vêtements…si seulement ils en faisaient à ma taille. Si ces pièces sont faites ici et à la main, je ne vois pas pourquoi les designers d’ici s’obstine à ne faire que des tailles « ordinaires » et même plus petites! Il y a un marché pour les tailles plus et les personnes qui en achètent sont déjà habituées à payer « cher » leurs vêtements, manque de choix oblige. Alors pourquoi si peu de tailles plus chers designers? Si vous voulez vous distinguer, voilà une belle avenue!

  • Je trouve ça important d’encourager nos designers québécois. C’est certain que je peux pas changer toute ma garde-robe mais à chaque saison, je m’offre un beau vêtement. C’est l’fun de sortir de la boutique avec le sentiment d’être plus belle et qu’on a encouragé des gens qui travaillent de leurs mains avec des matériaux écolos.
    Moi, je dis longue vie aux Coureurs de jupons et j’ai bien hâte de voir ça.

  • BRAVO!!! YÉÉÉÉÉÉ!!!!!!

  • you get what you pay for. good quality can last for years. crap made in China will go in the landfill in 1-2 years.

  • un vieux dicton toujours actuel:
    « Le bon marché coûte cher. »

  • J’ai bien hâte de visiter votre boutique avec mes deux filles. Vêtements pour tous, écologie et œuvres d’art, c’est super. Bonne chance!

  • Je crois que le fait d’acheter moins de vêtements qu’on aime vraiment (et qu’on porte 😉 et de ne pas tomber dans la spirale de consommation conpulsive de morceaux à petits prix, fait partie de la consommation écologique et responsable.

    Donc peut être que de posséder quelques pièces pour lesquelles on aura payées davantage et qui seront plus durables à long termes revient au même au niveau $$$ que de prendre le chemin du renouveau constant de notre garde-robe avec une multitude de produits voués à être remplacés (autant par leur look éphémère que de part leur fabrication et matières premières).

    Et c’est cette option que vos créateurs locaux cherchent à vous offrir 🙂

  • super cool

  • Je suis moi-même designer de vêtements et je distribue la ma ligne dans la plupart des boutiques qui furent citées dans les conversations précédentes.
    Je comprends votre incompréhension face au prix élevé parce que le grand public n’a pas conscience de la réalité de notre industrie.

    Le fait est que la production n’est pas fait en chine et que nous payons des gens ici à MOntréal pour coudre nos vêtements, faire la coupe, le contrôle de la qualité et la livraison. En conséquence, ces gens ne sont pas payés 1$/ heure comme c’est le cas en Asie. Ils sont bien traités et nous faisons preuve de respect à leur égard quant à leurs conditions de travail.

    Finalement, sachez tous que le métier de designer est un très beau métier, bien qu’il soit dur quant aux heures travaillés. Nos revenus sont eux aussi bien modestes.

    voilà, en espérant vous avoir éclairés sur le sujet

    Sur ce, bon magasinage auprès des vingtaines de boutique pignon sur Rue de Montréal! C’est grâce à vous que nous continuons d’exister et de faire connaître nos marques

  • J’ai trouvé les vêtements abordables tout de même. De belles idées cadeaux aussi. Et, la vitrine superbe !

leave a comment

Publicité