Angus: les experts critiquent puis se prononcent

Par -

Voici la deuxième partie de l’article sur le développement de l’îlot central du Technopôle Angus.

Les experts à la table ronde sur l'aménagement. Sur la photo : Jean Barette, ingénieur; Jean Pellan, architecte, Sylvie Pilotte, urbaniste, Brenda Webster, chargée de projet / Photo : RueMasson

Lire la première partie: Angus consulte des experts pour son dernier grand terrain disponible.

La plupart des experts ne provenait pas de la région de Montréal, plusieurs venaient même de l’étranger. À la table sur l’aménagement, on a souligné la froideur du site et le fait qu’il soit enclavé (donc sans accès naturel avec les secteurs environnants). On s’est même demandé pourquoi le parc voisin, le parc Jean-Duceppe, était si beau, mais semblait malgré tout si peu fréquenté. En fin de journée, un représentant de chaque atelier a été désigné pour faire une plénière des idées soulevées. En voici un bref aperçu.

Les experts de la table sur l’aménagement (là où étaient les journalistes) ont souligné l’importance de mettre en relief la trame historique du site et des aménagements urbains typiquement montréalais, citant en exemple les ruelles comme lieux de proximité. De plus, l’importance d’articuler le site autour des lieux existants. L’idée de créer une « ambiance de campus », comme le font les grands comme Google, Apple et Microsoft, à également été soulevée.

La table sur les fonctions (à quoi devrait servir le site) a essentiellement sorti des idées sur l’espace public : donner une place permanente à l’Autre marché Angus (actuellement un marché public les vendredis de l’été), mettre en valeur la vue sur le Mont-Royal et le centre-ville si un immeuble à 4 ou 5 étages est bâti et ajouter quelques espaces résidentiels en bordure du parc.

Finalement, la table sur les stratégies aura été la plus théorique et la plus créative : le site doit être un espace où il fait bon vivre, où on peut trainer, heures de bureau ou pas. L’équipe a avancé des idées de ce qui pourrait être fait en attendant le développement du terrain vague : un labyrinthe dans des épis de maïs (!), un zoo (!!), présenter des films à la belle étoile avec la vue sur le mont Royal en arrière-plan ou en faire une place de festivals. Ces dernières activités permettraient de vérifier l’achalandage potentiel provenant des résidents des alentours. Malheureusement, l’aspect des moyens de transport ne semble pas avoir été soulevé dans aucune des tables rondes, problématique peut-être trop montréalo-centriste pour avoir retenu l’attention. Rappelons que ce ne sont que des suggestions faites sous forme de remue-méninges. Ce n’est pas demain matin qu’on coulera des fondations sur l’îlot central.

En attendant

Retirer le stationnement devant le Locoshop (la section locative dans les anciennes structures de l’usine, à l’ouest du Loblaws) et créer un espace public qui se rendrait à la rue Molson, en face du Spa Escale Santé. Tel est le souhait à court terme pour Christian Yaccarini le PDG de la Société de développement Angus. Cet espace serait occupé par de petits commerces comme des restos, cafés et services aux visiteurs, résidents et travailleurs du coin.

Mission accomplie

Christian Yaccarini, PDG de la Société de développement Angus / Photo : RueMasson

L’objectif de la SDA, il y a plus de 15 ans, était de récupérer les 2000 emplois perdus lors de la fermeture des usines Angus. L’objectif a été atteint cette année : 2200 personnes travaillent actuellement sur le site, ce qui fait dire au promoteur « mission accomplie ». Selon la SDA, l’aménagement du plus grand terrain, le « noyau » du Technopôle, doit se développer afin de consolider les acquis et assurer la pérennité du site. La SDA fera une compilation de toutes les idées émises et assurera un suivi auprès des invités.   C’est au cours des prochaines années que nous pourrons voir si cette consultation a porté ses fruits.

Et vous, avez-vous des suggestions à faire à la SDA? Merci de laisser vos commentaires!

8 commentaires à Angus: les experts critiquent puis se prononcent

  1. E. Sanchez

    C’est une belle opportunité, c’est rare qu’on puisse commencer à zéro. Pour une fois, pensons en premier aux piétons, en deuxième aux vélos, en troisième aux livraisons, et en dernier aux autos, et non l’inverse, comme partout ailleurs.

  2. Suzanne

    L’idée d’un zoo semble faire tiquer le journaliste (!!), mais c’est une idée qui me séduit beaucoup. Pourquoi pas redonner vie à ce merveilleux petit zoo qu’était jadis le Jardin des Merveilles, au Parc Lafontaine ? (http://histoireplateau.canalblog.com/archives/2007/06/19/5360314.html) Le contact avec les animaux manque beaucoup aux petits et grands urbains !

    Mais quel que soit le projet, ce qui fait défaut dans cet espace, ce sont les arbres. C’est selon moi la raison pour laquelle le parc Jean Duceppe n’est pas assez fréquenté en été : il n’y a pas d’ombre !

    Je crois que la ville devrait d’abord planter des arbres dans cet espace comme dans le parc. Des arbres qui poussent vite, en parallèle d’autres, d’espèces plus nobles, qui prendront leur temps pour pousser.

  3. Laurence

    J’aime l’idée de rendre l’autre marché permanent… donc de lui donner une place comme pour le marché Jean-Talon.
    Le zoo, je trouve l’idée sympathique aussi. Mais je suis d’accord avec Suzanne, il manque des arbres dans cet endroit.

  4. J’ai observer la popularite d’un visite des animaux de la ferme a l’autre marchee Angus, et comment la musique, l’animation pour enfants et l’espace pour ‘detente’ etait apprecier. Si on peut installer un tel marche (avec les musicians regulairement, les organismes sbl du quartier, les kiosques pour les activitees ‘eco’, etc.), est-qu’il y aura aussi une possibilitee d’un mini-ferme permanent? Ca funtionner tres bien a Berlin (quand nous etait la il y a 8 ans). Ca donne la possibilite d’un travail interessant au temps-partial aux jeunes, ca donne une idee d’ou viens notre nourriture (pour les enfants d’une ville), ca peut etre une site super-edu-fun pour les CPEs et les ecoles du quartier…

  5. Pour ce qui est du zoo, il m’est d’avis que si les castors et les girafes ne peuvent pas payer 250 000$ pour leurs enclos, les primates, eux pourront le payer…

    C’est plate, mais c’est le triste Montréal contemporain.

  6. Johanne

    Je suis allée à l’autre marché Angus l’an passé. Je préfère aller au marché Jean-Talon ou au Marché Maisonneuve. Par ailleurs, l’offre de magasins alimentaires est très bien desservie dans le quartier: Loblaws, Métro et tant de fruiteries et d’épicerie que ce soit sur la rue Masson ou la rue Mont-Royal sur le Plateau. Il est inutile de multiplier les endroits et rapetisser la clientèle de chaque magasin. Par ailleurs, en ce qui concerne l’achalandage du parc, je ne sais pas à quoi s’attendait les experts externes. Il s’agit d’un parc de QUARTIER et non pas un parc de destination comme peut l’être le Parc Maisonneuve ou le Parc Lafontaine. Les enfants des garderies s’y retrouvent régulièrement, les gens y mangent sur leur heure de dîner, les gens y promènent leur chien à toute heure de la journée. Pour ce qui est du zoo, on peut en parler, mais pas à cet endroit. Encore une fois, c’est un parc de QUARTIER et on devrait plutôt le mettre dans un parc de destination vers lequel il y a plus de chance d’attirer de milliers de personnes pour la viabilité de ce zoo.

  7. Depuis quelques années, à chaque fois que je passe à vélo devans ce grand espace vide et plate, je m’imagine un terrain de « pump track » jumeler à un skate parc et de plusieurs infrastructures pour les jeunes et les plus vieux. Ce type d’installation amènerais une masse de jeune à la recherche d’un parc bien conçue et sécuritaire. Plus besoins de débarquer à Brossard pour le South parc, au Taz à Ahuntsic-Cartierville pour aller pratiquer ça discipline. Dorénavant tous les skater, biker, blader de Rosemont du plateau mont-royal de villeray etc aurais une place à proximité ou aller. Imaginer! Plusieurs centaines voire millier d’adeptes du bmx/mtbmx vont jusqu’à Cleveland Ohio pour le Ray’s parc une référence en la matière. Si ça peut aider à faire décoller les jeunes de leurs écrans j’en serais ravie. En plus de ça sa donnerait un peu plus d’achalandage à ce petit bout de rue ou il ne se passe pas
    grand chose.

    Fin

  8. Suzanne

    En tout cas, jamais je n’aurais pu trouver chez Loblaws, Métro et autres épiceries et fruiteries locales d’aussi bons blés-d’inde que ceux achetés ce soir à L’Autre Marché et coupés CE MIDI (plus c’est frais, meilleur c’est) ! Bien contente de n’avoir pas eu à pédaler jusqu’au marché Jean-Talon. Mais l’achalandage ne justifierait sans doute pas une installation permanente. Peut-être 2 fois semaine ? En tout cas, ça c’est très QUARTIER.
    Pour l’espace dont parle l’article, rien du tout ne dit qu’il doive être un parc de quartier. Alors, amenez-en des poules, des moutons et des touristes du Plateau ou d’ailleurs, ça va amener des taxes de l’extérieur dans nos coffres de QUARTIER ! Et les oeufs pourraient être vendus à l’Autre marché…
    En hiver, on peut penser à un labyrinthe de neige, des sculptures de glace, un concours permanent de bonhommes de neige, un rond à patiner, un fort avec batailles de boules de neige organisées tous les dimanches… Ça ne ne coûterait pas grand chose et nous ferait une belle destination de promenade, en attendant le retour des animaux d’été.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>