Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
samedi le 17 novembre
HomePolitiqueLes poules seront légales dans Rosemont, avec restrictions
Publicité

Les poules seront légales dans Rosemont, avec restrictions

L’Arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie sera le premier de Montréal à autoriser la réintroduction des poules dans le milieu urbain, mais à certaines conditions. Ne pensez pas recueillir très bientôt les oeufs de cocotte, car les poulaillers ne pourront être situés dans des secteurs résidentiels et seront réservés à des organismes communautaires pour des fins éducatives.

Les poules devront être gardées dans un poulailler fermé comme celui-ci, illégal quelque part dans Rosemont. Photo : Cécile Gladel/RueMasson

Le premier organisme à bénéficier d’un poulailler sera La Maisonnette des parents dans La Petite-Patrie. Il en avait fait la demande l’an dernier pour l’inclure dans son projet de jardin collectif.

Le conseil d’arrondissement modifiera son Règlement sur le contrôle des chiens et autres animaux pour permettre à l’organisme communautaire d’installer un poulailler à côté de son jardin potager. Le nombre de poules sera limité à cinq et elles devront être dans un espace fermé. Les normes de salubrité devront aussi être respectées.

Le règlement est très restrictif. Les résidents ne pourront pas avoir de poules. « Il n’était pas question d’autoriser les citoyens à avoir des poules. Quand on voit ce qui se passe avec les animaux domestiques… », soutient le maire de l’Arrondissement, François Croteau.

Rappelons que le maire avait émis l’hypothèse du retour des poules dans Rosemont l’été dernier tel que RueMasson l’avait rapporté. Il déclarait même à l’époque que si Vancouver, New York, Seattle et Los Angeles  le permettaient, pourquoi pas Montréal? « Nous ne sommes pas plus bêtes qu’ailleurs. Il suffit que l’élevage soit bien encadré. Je n’y vois que des avantages», disait-il.

Autorisé pour les organismes communautaires

En fait, les organismes communautaires seront les seuls pour le moment à pouvoir élever des poules légalement sur le territoire de la ville de Montréal. Il reste tout de même quelques poules illégales dont RueMasson vous parlait il y a deux semaines.

Tout autre organisme communautaire sur le territoire de l’Arrondissement qui voudrait un poulailler pourra le faire pourvu qu’il respecte le nouveau règlement municipal qui ne permet aucun poulailler dans des endroits zonés résidentiels ou à moins de 10 mètres des résidences.

Le projet de poulailler de la Maisonnette des parents bénéficiera de l’appui de divers organismes. La SODER qui coordonne déjà leur projet de jardin collectif, la Caisse populaire DeLorimier financera la construction du poulailler tandis que La Fédération des producteurs d’œufs de consommation du Québec (FPOCQ) fournira les poules, la nourriture, les conseils, l’encadrement et l’hébergement des poules en hiver. « Notre objectif était de garder le contrôle et de n’avoir aucune gestion à faire pour ce projet », ajoute le maire.

« Beaucoup de jeunes ont perdu le contact avec l’agriculture et avec la production des aliments. Ce n’est qu’en voyant les poules et les œufs qu’elles ont pondus que les enfants réalisent vraiment que l’un ne va pas sans l’autre ! », soutient Paulin Bouchard, président de la Fédération.

Complément d’information
Article d’OpenFile : Le projet de poules à Rosemont – La Petite-Patrie toujours vivant

Projet de règlement qui sera soumis au conseil d’arrondissement
35.2. La garde de poules est autorisée aux conditions suivantes :

1-elle s’effectue dans le cadre d’un projet communautaire à des fins éducatives et de sensibilisation à l’environnement;

2-elle s’effectue sur un emplacement autre qu’un emplacement où est autorisée comme catégorie d’usages principale, une catégorie d’usages de la famille habitation au Règlement d’urbanisme de l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie (règlement 01-279, modifié);

3- une distance minimale de 10 mètres doit être maintenue entre le poulailler fermé où sont gardées les poules et un emplacement sur lequel est autorisée comme catégorie d’usages principale, une catégorie d’usages de la famille habitation au Règlement d’urbanisme de l’arrondissement Rosemont – La Petite-Patrie (règlement 01-279, modifié);

4- les poules doivent être gardées en permanence à l’intérieur d’un poulailler fermé;

5- un maximum d’un poulailler fermé est permis par terrain dans les cours latérales et arrière seulement;

6- le nombre de poules gardées dans un poulailler fermé est limité à un maximum de cinq;

7- aucune odeur liée à cette activité ne doit être perceptible à l’extérieur des limites du terrain où elle s’exerce;

8- le poulailler fermé doit être retiré à la fin de ce projet et les lieux doivent être remis en état. »

Latest comments

  • Bon… Je dirai à mes filles qu’on en aura dans notre cour quand les poules auront des dents! (excusez-là…)

  • Je suis déçu de ne pas pouvoir avoir mes poules dans ma cours, mais c’est quand même un bon compromis dans le contexte. Avec tout ce que nous avons entendu depuis un an et surtout avec l’histoire du Berger blanc, je pense que le monde n’est pas assez responsable encore pour avoir des poules chez eux!

  • Moi qui espérait en avoir! J’ai une cousine qui a des poules chez elle à New-York. C’est vraiment facile et ça ne cause aucun problème. Mais au moins, ça ouvre la porte. C’est déjà ça! Je suppose que certains des habitués ici trouveront quand même le moyen de critiquer, encore et toujours contre tout!

  • Il me semble qu’il y a du gros bon sens dans ce projet. En fait, c’est très louable de la part de l’organisme. Quelle belle initiative communautaire et citoyen. Malgré la critique depuis des mois, le maire a accepté de changer la règlementation. Beau courage politique! Mais c’est pas grand chose comme dérogation au bout du compte. Restons lucide!

  • beau projet de sans-dessin !!!!!!!!

  • y’en pense quoi le ministere de l’agriculture, pecheries et alimentation du Quebec…….

  • des poules comme a new york, rue pietonne comme en europe, des toits blanc encore comme en europe, coud donc, pas capable d’inventé nos propre chose ???

  • « Il n’était pas question d’autoriser les citoyens à avoir des poules. Quand on voit ce qui se passe avec les animaux domestiques… » — François Croteau

    Que voilà un maire lucide, clairvoyant et sage… 😉

  • @Carol c’est la preuve qu’au Québec on est toujours en retard sur tout le monde et que dès qu’on fait un changement il y a toujours du monde contre tout, comme vous. Pourquoi changer les choses, quand ça va ben, ça va ben!

  • Wow Carol, quelle argumentation pertinente! La Fédération des producteurs d’œufs de consommation est derrière le projet avec un organisme qui aide les gens pauvres du quartier. Il me semble que si la Fédération est derrière ça, c’est qu’il n’y a pas de problème avec ce projet. Surtout qu’habituellement ce genre d’organisme va défendre le marché de leur membre en premier. C’est vraiment sans-dessin ça! Franchement! C’est une très belle initiative et j’espère que cela fera en sorte d’ouvrir les esprits de certaines personnes, de faire de la conscientisation sur l’agriculture et éventuellement permettre l’élevage pour tous les citoyens.

  • On avait des nids de poule, autant avoir les poules aussi.

  • Tous les organismes à but non lucratif qui aident les citoyens à faible revenu devraient avoir accès à un poulailler, comme à un petit lopin de terre pour jardiner. C’est une bonne façon de nourrir du monde pour moins cher et d’encadrer la vie avec les animaux de manière civilisée. Belle initiative. Je dis Bravo !

  • ET bien moi aussi j’ai un poulailler dans ma cour de Rosemont-La Petite-Patrie, je suis illégal, mais je m’en fou. J’ai mes poules et mes oeufs frais a tout les matins. Je vais continuer ma lutte pour la légalisation des poules à Montréal. Je serai au conseil d’arrondissement de Rosemont le 4 Juillet avec une demande de modification au règlement C-10 pour avoir le droit comme citoyen d’avoir des poules.

  • Tant qu’il n’y a pas de coq.. Déjà que Rocky le chien de la voisine me réveille d’avril à octobre et que l’autre voisin scie des planches de bois de 8am à 4pm depuis les 3 dernières années, la dernière chose dont j’ai envie c’est un maudit coq qui chante à partir de 3h. 🙂

  • Vous saviez qu’une poule n’a pas besoin d’un coq pour pondre des oeufs? C’est mieux que l’humain! Mais sans coq, l’oeuf ne donnera pas de poussin. Voilà pourquoi on n’a pas besoin de coq en ville. Daniel, vous m’inspirez grandement. Je pense faire la même chose. J’ai su que beaucoup de monde avait des poules à Montréal, et pourtant, pas de problèmes rendus publics. On voit bien combien les préjugés et la peur du changement sont bien présents à Montréal. On peut comprendre qu’on puisse être contre l’idée d’en avoir personnellement dans sa cour, mais ça fait quoi si une personne en veut et que ça ne crée aucun dérangement. En tout cas.

  • Voici mon poulailler illégale.

  • Cliquer sur Daniel et vous verrez mon poulailler.

  • Ca ne peut pas etre pire que le monde qui laissent leurs putains de chats gambader partout qui viennent defecquer dans mon jardin et pisser partout dans ma cours. Serieusement, pour les poules ou pour tout le reste, c’est une question de savoir-vivre. Y’aura tjrs des tatas! C’est notre job de citoyens de demontrer qu’il y a des gens responsables.
    C’est connu, il y en a des poules dans Rosemont, et aucune plainte!
    Peut-etre qu’a la force de demontrer qu’il n’y a pas de probleme a en avoir, on finira pas faire valoir notre point!
    (Et pas mal cool Daniel ton poulailler)
    Andy

leave a comment

Publicité