Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 23 octobre
HomeCultureSébastien Diaz en amour avec son quartier
Publicité

Sébastien Diaz en amour avec son quartier

Sébastien Diaz habite le quartier depuis plus de cinq ans. C’est voulu, choisi et même attendu. Car ce n’est pas un hasard si le jeune animateur a fait son nid dans le Vieux-Rosemont. Le hasard est que sa future femme, la comédienne Bianca Gervais y habitait aussi. Ils y élèveront sûrement leur future famille, s’ils trouvent un endroit à acheter d’ici deux ans.

RueMasson célèbre son premier anniversaire d’existence en publiant le portrait de plusieurs personnalités qui habitent le quartier. On leur a demandé de nous parler du quartier, des commerces et de nous donner un scoop. Aujourd’hui, on rencontre Sébastien Diaz, demain Jacques K. Primeau.

Si Sébastien comprend l'espagnol, la langue de son père d'origine mexicaine, il ne lit absolument pas le polonais. Il ne sait donc pas ce qui se raconte dans ces revues. Photo : Cécile Gladel

L’animateur de l’émission hebdomadaire de Télé-Québec, Voir, réalisateur et chroniqueur, Sébastien Diaz, 29 ans,  a été élevé sur la rive sud de Montréal, en faisant de fréquents sauts au Stade olympique et au Jardin botanique, lorsqu’il accompagnait son marathonien de père.

Quelques années plus tard, il fréquente la 5e Avenue, car l’un de ses amis y habite. Il rêve alors d’habiter le quartier. Il commence par le coin De Lorimier-Holt, puis déménage sur la 9e Avenue. Il habite maintenant sur la 3e Avenue avec sa fiancée. « Je voulais venir sur les avenues, je suis vraiment tombé en amour avec ce quartier il y a environ 10 ans, je m’y suis senti chez moi tout de suite ». D’ailleurs, avec son ami de la 5e, il a déjà pensé créer un groupe secret. « On avait pensé aux Chevaliers de Masson ou aux frères Masson, mais on ne l’a jamais fait », souligne-t-il mi-rieur, mi-sérieux.

L’âme du quartier

Le jeune animateur aime le quartier pour plusieurs raisons, mais surtout pour l’âme de la rue Masson. « Ce n’est pas encore une artère où l’on croise trop de péteux de broue. On a un beau mélange entre les nouveaux venus et les résidents de longue date. Mais n’oublions pas que nous sommes encore invités chez les gens de la vieille époque, c’est encore leur quartier, pas encore le nôtre », rappelle-t-il.

Il aime aussi l’architecture du coin, différente du reste de Montréal, la tranquillité et la mixité des commerces. Il aime y retrouver des restaurants comme Corvette, Masson Hot Dog (répertorié dans son livre publié en 2009 aux éditions La Presse: Montréal Kitsch), le bar Poivre et sel et les braderies qui soulignent la différence entre le Vieux-Rosemont et le Plateau. « Ça va changer sauf que ça ne me fait pas peur, car j’ai l’impression qu’on pourra garder notre côté pittoresque ».

S’il est heureux d’être le témoin de ces changements, il reconnait que le côté négatif est l’augmentation des prix des résidences et des loyers. « Mais heureusement, on n’est pas encore le Plateau, on ne croise pas la faune de jeunes branchés. Et c’est super excitant d’assister à l’évolution si rapide d’un quartier et d’une rue. D’habitude, c’est plus lent. »

Le Vieux-Rosemont dans ses rêves

Que manque-t-il dans le coin ? Une salle de spectacle répond du tac au tac le jeune homme. Il aimerait pouvoir aller voir un spectacle dans son quartier. On lui a parlé de la possible Maison du citoyen. Il aimerait aussi avoir un restaurant de qualité avec des prix vacillants entre ceux du M sur Masson et du Café Lézard. On lui a conseillé le restaurant La Presqu’Île.

Une remarque de l’automobiliste qu’est Sébastien Diaz: l’efficacité incroyable des agents de stationnement dans le coin. « C’est cher en contraventions d’avoir une voiture dans le quartier, car ceux qui les remettent sont vraiment efficaces, les meilleurs de la ville. Si on dépasse de cinq minutes, on est certain qu’on aura une contravention », soutient-il.

Les coups de coeur de Sébastien

La Charcuterie Varsovie qu’il a découverte lors d’un tournage avec Réal Béland pour l’émission de TVA Sucré Salé. « C’était pendant une vente trottoir. J’adore venir manger leurs perogies, leur sandwich, leur choucroute ».

Le super club Vidéotron pour y louer des films. « C’est peu connu, mais il y a une très belle sélection de films du côté répertoire. Je suis aussi un maniaque de films d’horreur et j’y trouve une excellente sélection ».

La Distillerie #3 est celle qu’il considère comme la plus belle des trois. Il pense que l’arrivée de ce bar sur Masson va attirer beaucoup de monde de l’extérieur du quartier cet été. « Depuis l’ouverture et malgré le peu de publicité, il y a toujours du monde. J’aime y aller, car c’est à deux pas de chez moi, je pourrai pratiquement y faire la file en pyjama !»

Le Casa Corfu, pas pour la nourriture, mais par nostalgie. Il y va une fois par année en pèlerinage pour se rappeler sa grand-mère qui adorait ce restaurant. « C’est une légende ce restaurant où tu peux manger tant un grilled cheese que des sushis ».

Le Café Lézard et la chanson de Vincent Vallières sur ce café-restaurant. C’est en l’écoutant qu’il a remarqué que le temps qui passe n’était pas une figure de style du chanteur, mais un commerce en face du Lézard. Un commerce qui n’existe plus, remplacé depuis quelques mois par le magasin de jouets Tik Tak Toc. « C’est un peu prétentieux de dire ça, mais quand je voyageais à travers le monde pour l’émission Star System et que je m’ennuyais de chez moi, j’écoutais la chanson de Vincent Vallières ».

La poissonnerie Norref et la SAQ sont parmi les commerces qu’il fréquente régulièrement.

Le scoop de Sébastien

Il l’avoue avec un sourire en coin, mais il aime avec sa blonde se promener les soirs d’été et espionner l’intérieur des maisons pour se moquer de la décoration. « Nous sommes les écornifleurs de Masson ».

Photo: Cécile Gladel

Sébastien Diaz en quelques mots

Animateur de l’émission de Télé-Québec Voir depuis 2 ans. L’émission a remporté le Gémeaux dans la catégorie : meilleur magazine culturel.

Sébastien a aussi été journaliste, chroniqueur aux émissions de TVA Sucré Salé et Star System. Il est aussi réalisateur pour l’émission Voir et le sera cet été à Sucré Salé.

L’animateur est aussi musicien, il joue du piano, de la guitare et de la batterie dans un groupe d’amis qui se produit parfois en spectacles. Ils ont fait la première partie de Sylvain Cossette au Festival d’été de Beloeil.

Vous pourriez voir Sébastien Diaz courir dans le coin. Il a hérité l’amour de la course à pied de son père, mais ne pense pas l’imiter en faisant des marathons.

Tous les articles de notre dossier personnalités pour notre premier anniversaire :

Françoise David

Gilles Duceppe

François Gadbois

Jacques K. Primeau

Hugo Dumas

Normand D’Amour

Latest comment

  • Très belle entrevue de cet animateur très sympatique. Félicitations.

leave a comment

Publicité