Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
dimanche le 18 novembre
HomePolitiqueLes toits noirs vivent leurs derniers jours dans Rosemont
Publicité

Les toits noirs vivent leurs derniers jours dans Rosemont

Après plusieurs débats et questions des citoyens sur la pertinence d’interdire les toits en goudron noirs et de rendre obligatoire les toits blancs, l’arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie sera la premier au Québec à adopter une telle mesure. Le règlement est à l’ordre du jour de conseil d’arrondissement du lundi 17 janvier. Dès le 18 janvier, les toits noirs ne seront plus les bienvenus dans le coin.

Photo: Alexandre Albert

Évidemment, les plus taquins diront qu’en ce moment tous les toits sont blancs. Les effets de cette nouvelle réglementation promettent de se faire sentir dès le retour du printemps, quand les toits se refont une beauté.

Bref, malgré les protestations de quelques citoyens lors des dernières réunions du conseil d’arrondissement, le maire François Croteau et les membres du conseil iront de l’avant. Les citoyens se plaignaient du coût supplémentaire, du manque d’information, du fait que ça augmente le coût d’entretien pour plusieurs personnes qui n’en ont pas les moyens. Le maire leur a toujours répliqué qu’il était faux que les coûts étaient beaucoup plus importants et que les économies sur la climatisation viendraient les combler après quelques années.

L’arrondissement a promis d’envoyer de l’information aux citoyens prochainement.

Question des citoyens par Internet

Lors de la réunion de lundi prochain, le conseil adoptera également une résolution permettant aux citoyens de poser des questions par Internet. Le tout sera en fonction lors de la réunion de février. « Après la période régulière de questions des citoyens qui viennent en personne, on aura une période de question par Internet. Je répondrai aux gens via la caméra qui diffuse le conseil sur le web » d’expliquer le maire.

Ce dernier souligne que l’arrondissement travaille actuellement à une formule qui permettrait aux citoyens dotés d’une web cam de poser directement leur question en personne via cette caméra. À suivre dans les prochains mois.

La réunion du conseil d’arrondissement a normalement lieu le premier lundi du mois à 19h au bureau d’arrondissement. L’ordre du jour est sur le site web de l’arrondissement le vendredi avant le conseil.

Latest comments

  • Question à l’administration de rosemont…les toits déjà goudronné auront l’obligation d’être blanc à partir de ce printemps…s’ils doivent être refait ou ceci ne concerne que les nouvelles constructions en cours ….

  • Qu’est-ce que c’est un toit blanc?

  •  »Le maire de l’arrondissement, François Croteau, a indiqué que toutes nouvelles constructions et toutes rénovations complètes de bâtiments existants devront se conformer au nouveau règlement, s’il est adopté. »

  • Je l’ai dit et redit… Trip de maire environnementaliste qui refile la facture aux propriétaires de maisons qui devront en plus supporter les hauses de taxes foncières, taxes de vente…. Une autre bonne raison de dire bye bye Montréal, allo banlieue… La vraie question : c’était une priorité? Poser la question, c’est y répondre.
    Le maire n’administre pas, ne gouverne pas, il règne. Adaptation libre d’ Adolphe Thiers

  • Une étude de l’Agence de la santé publique et des services sociaux de Montréal estime que la pollution de l’aire à Montréal cause 1500 décès prématurés par année. Les PM2,5 (particules fines) cause 6 000 cas de bronchite infantile par année et 114 000 personnes/jours de symptômes d’asthme par année.

    Montréal = 13,7 mégatonnes de CO2 par année. Chaque toit noir de 100m2 (toit moyen d’un plex) émet l’équivalent de 10t de CO2. Un toit blanc diminue de 5 à 6t l’émission de CO2. En équivalence, chaque voiture émet 4t. En fait, le résultat de CO2 du toit est directement lié à l’effet global. L’effet de cette émission de CO2 est dû au réchauffement atmosphérique causé par l’absorption de la chaleur du toit noir. Plus la réflectivité du toit est importante, moins il absorbe la chaleur. L’effet de chaleur causé par un toit noir est de 5 à 7 degrés de plus que la température réelle. En conséquence, un toit noir hausse artificiellement la température réelle de plus de 5 degrés, haussant ainsi l’effet nocif du CO2 et de surcroit la toxicité des PM2,5 dans l’aire. Conséquence directe des problèmes respiratoires énoncés.

    Donc, des coûts d’hospitalisation supplémentaires, des frais de santé directs pour le contribuable montréalais et québécois! On peut estimer qu’il y a 80 000 000m2 de toit noir dans l’arrondissement (incluant les toits industriels). Faites le calcul, et l’effet d’équivalence sur le nombre de véhicules. Bien entendu, on ne parle pas de CO2 brut, mais bien de l’effet de hausse de température causé par le toit et donc, de son effet direct sur la qualité de l’aire en lien avec les émissions de CO2!

    Autre effet positif d’un toit blanc, par exemple, s’il fait 30 degrés au sol, il en fait 37 dans l’appartement situé sous le toit. Un toit blanc annulera cette différence. Même à terme, avec les rideaux et fenêtres fermées, il fera plus frais à l’intérieur qu’à l’extérieur. Donc, une réduction importante de la consommation d’énergie due aux climatiseurs.

    Finalement, le coût d’un toit blanc de haute qualité (TPO) est de 10% à 15% plus élevé qu’un toit noir. Or, sa durée de vie est du double. Conséquence, un propriétaire sauvera plus de 2000$ à terme en installant un toit blanc. Pourquoi sa durée de vie est plus longue? En ne chauffant pas, la surface blanche conserve plus longtemps son élasticité naturelle. Contrairement au bitume qui sèchera plus rapidement en chauffant. Petit élément important concernant l’automne, le printemps et l’hiver. Tout d’abord, au printemps et à l’automne, l’angle du soleil fait en sorte que de toute manière, les rayons ne touchent pas franchement le toit comme en été. Donc, l’effet est déjà diminué. L’hiver, à cause de la neige l’effet est annulé, mais aussi l’angle du rayonnement solaire. Mais plus encore, les journées d’ensoleillement sont beaucoup moins importantes lors de ces trois saisons que l’été.

    Méchant beau trip environnementaliste, et surtout pas une priorité, la santé publique et la qualité de l’aire à Montréal. D’autant que les propriétaires sauveront de l’argent et les contribuables par une diminution des frais de santé lié aux coûts d’hospitalisation.

  • Si nous allons sauver autant d’argent pourquoi pas offrir une « aide » sous forme de prêt sans intérêt aux propriétaires? Je sais que la croyance populaire est que les propriétaires sont riches, mais malheureusement ce n’est pas la norme. Je suis bien content de savoir que mon toit que je referai en 2015 sera bon jusqu’en 2055 au lieu de 2035 mais « anyway » je serai mort.
    J’aimerais bien que mon commentaire ne soit pas apprécié par « au moins » 20 personnes. 😉

  • Mon sieur le maire (la comprenez vous) oublie que même si l’augmentation de cout est selon le maire « banale » reste que le petit proprio qui n’a pas les moyens de payer le supplément devrait recevoir une aide de la part de la ville. C’est le prix à payer pour innover. C’est bien beau vouloir imiter les européens et être précurseur mais il faut tenir compte de la réalité sur le terrain et des particularité démographique. Il y a dans Rosemont beaucoup de proprio âgés qui n’ont pas les moyens d’absorber la hausse des couts. Par ailleurs, après quelques coup de téléphones auprès d’entrepreneurs, il appert qu’un toit blanc coute environ 25% plus cher. Dans tous les cas ma toiture sera à refaire d’ici 2-3 ans et J’ai bien l’intention de la refaire à l’ancienne quitte à contester en cours, l’amende qui me sera par la suite imposée! Cela me permettra de mettre à profit mon diplôme de bachelier en droit.

  • Le fait de réduire les ilôts de chaleur et le fait de réduire la pollution atmosphérique = prévention des maladies et de problèmes respiratoires. On économise tous à long terme sur notre système de santé qui coûte de plus en plus cher.

  • Comme dans bien d’autres choses, la qualité se paie et se rentabilise avec le temps. Une toiture d’asphalte est aujourd’hui le système le plus dispendieux si calculé sur une base annuelle. Ceci principalement en raison de la diminution de la qualité du produit et de l’augmentation de son coût des dernières années.

leave a comment

Publicité