Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
dimanche le 20 octobre
HomeVie de quartierTournage d’une poursuite policière sur Masson
Publicité

Tournage d’une poursuite policière sur Masson

La rue Masson a été bloquée à la circulation automobile jeudi soir, 9 décembre, entre la 13e et la 15e Avenue. Les comédiens Claude Legault, Réal Bossé et le réalisateur Podz y tournaient la série policière 19-2.

Claude Legault joue le rôle du patrouilleur Ben Chartier. Photo: Cécile Gladel

La production avait annoncé aux résidents du quartier une scène d’arrestation policière avec une voiture accidentée. On n’a pas vu la voiture accidentée. On a par contre vu une auto-patrouille, tous gyrophares allumés, poursuivre une voiture noire de la 15e Avenue à la rue Lafond.

Cliquez pour voir le diaporama des photos du tournage.

C’est la seule scène de la série qui sera tournée dans Rosemont. Le tournage de la série se termine dans trois jours.

La production cherchait à tourner les scènes de patrouille dans différents quartiers de Montréal où il y a des commerces, des feux de circulation et un peu d’action. « Sur la rue Masson, c’est actif. Il y a aussi de l’activité à la sortie du pont Jacques-Cartier, sur la rue Ste-Catherine ou de Maisonneuve, mais il aurait été impossible de fermer ces rues pour faire quoi que ce soit », indique Hélène Faubert qui s’occupe des communications de la série 19-2.

Malgré tout, le tournage a été perturbé quelques minutes à cause d’une affluence de passants. Vers 21 h 45, des dizaines de joueurs de bingo ont déferlé dans la rue aussitôt le gros lot remporté au Bingo Masson. Les taxis ont fait ouvrir les barrières pour aller chercher leurs clientes.

Visite des lieux de tournage

Photo: Cécile Gladel

Au coin de la 16e Avenue, le véhicule de police du « Service métropolitain », était en stand by. La loge des comédiens était dans le Restaurant Le Tripoli, au coin de la 14e Avenue, fermé depuis quelques temps pour rénovations. Claude Legault, Réal Bossé et Benz Antoine y étaient dans leur uniforme de policier.

« Le tournage se fait à 360 degrés ce qui fait que les gens qui sont autours sont captés », dit Mme Faubert. Cette technique reproduit bien l’ambiance de la patrouille où il faut regarder de tous bords tous côtés. Pendant la scène, les employés de la production qui s’occupaient de la circulation devaient se cacher derrière les bâtiments. La rue et les trottoirs étaient particulièrement bien déblayés sur les lieux du tournage puisque ce n’était pas supposé être une scène d’hiver.

Mise à jour : Une quinzaine d’assistants à la production a enlevé la neige, tout à la main ou presque, parce que la Ville n’avait pas fini de déneiger ce coin de la rue Masson. Même le stationnement du garage abandonné n’avait plus un grain de neige!

Une série à caractère humain
La nouvelle série policière s’appelle 19-2. 19-2 est le numéro de l’auto-patrouille de Ben et Nick (Legault et Bossé). On verra également à l’écran Julie Perreault, Vincent Graton, Fanny Mallette et Louise Portal.

Il s’agit d’une dramatique qui joue avec les intrigues policières ainsi qu’avec les relations humaines entre les policiers du poste de quartier 19. « Le côté humain est très important », confirme Hélène Faubert.

La série de 10 épisode d’une heure sera diffusée à Radio-Canada dès janvier. 19-2 est l’idée originale de Claude Legault et Réal Bossé. Ils ont voulu travailler avec le réalisateur Podz qui cumule les succès ces dernières années à la télé avec Minuit le soir et CA et au cinéma avec Les 7 jours du Talion et 10 ½.

« La télésérie nous plonge au coeur du quotidien de deux patrouilleurs de la Police de Montréal. Après trois mois de congé lié à un événement dramatique, Nick Beroff est contraint de travailler avec Ben Chartier, un transfuge de la Sûreté du Québec qui fuit sa campagne natale pour refaire sa vie dans la grande ville. Entourés d’une bande colorée de confrères patrouilleurs aux prises comme eux avec leurs propres démons, ils tentent de dompter ceux de leurs concitoyens sans se faire avaler par la bête urbaine », raconte le communiqué de presse.

Les policiers à travers le temps
Pour les mordus d’histoire, le site internet de la série 19-2 mettra en ligne une section historique. Une ligne du temps racontera le passé des policiers de Montréal : les différents uniformes à travers le temps, l’évolution des moyens de transport, des moyens de communication et de tout l’équipement utilisé par les policiers. Le site sera mis en ligne en janvier.

Tags

Latest comments

  • C’était vraiment très bizarre hier soir car il y a eu un vrai évènement policier d’envergure dans le même coin (16e avenue et Laurier. La réalité et la fiction se mélangeaient…

  • Je me demandais si la police reçoit des sous lorsqu’elle prête à des séries télé des voitures. Si oui, ça va dans quelle section de leur budget?

  • Sara-Emmanuelle: Pour avoir vu la voiture de police de près, ce n’était pas une vraie (pas de signe du SPVM). Peut-être une simple voiture louée à une compagnie de décors.

    Pour ce qui est de la neige, la production a fait déneiger le tronçon de la rue Masson la veille pour être certaine de tourner sans accroc. L’équipe ne devait pas être contente de voir la tempête lundi. Des imprévus qui font gonfler les coûts de la série.

    Mais le plus frappant dans toute cette histoire, c’était de voir Le Tripoli remplis de monde…

  • @ Lisa Marie: oui c’est exactement cette nouvelle! J’ai écris au coin de la 16e avenue mais c’est au coin de la 18e avenue (excusez l’erreur!) C’était vraiment bizarre de voir que dans ce coin il y avait les rues fermées pour la «vraie» opération policière et qu’au coin suivant, la rue était fermée pour le tournage d’un film policier… Vraiment weirdo!|

  • @daphné: C’est vrai, j’ai noté qu’il y avait quelque chose lorsque nous étions au coin 17e et Masson, mais nous n’avons pas été voir…

    Olivier a raison, la voiture n’était pas du tout une voiture du SPVM. D’ailleurs on voit que ce n’est pas vraiment le même logo et il y a SPM et Service métropolitain. Par ailleurs, c’est le Bureau du cinéma de la ville de Montréal (bureau central) qui gère les tournages.
    Et Olivier, tu as tellement raison pour le Tripoli… Je crois d’ailleurs qu’il est fermé non ?

  • C’est très joli, l’acronyme SPM pour un service de police! *rire*

  • @Pierre-Luc : effectivement. Devinez pourquoi le SPVM s’appelle ainsi ? ;-))

leave a comment

Publicité