Les dernières pièces du puzzle

Par -

Le temps passe pour Pierre Brault, le propriétaire de la boutique de passe-temps Le temps qui passe sur la rue Masson. Il doit vendre sa boutique et ça l’attriste. Il place les dernières pièces du puzzle de son aventure de commerçant en espérant qu’un autre prenne la relève.

Pierre Brault, propriétaire de la boutique Le temps qui passe.

Il a maigri. Il se déplace avec une canne. Il traine avec lui un petit escabeau à trois marches pour s’asseoir où il veut dans son magasin, parmi les casse-tête ou les modèles réduits. Il profite du temps qui lui reste dans sa boutique avant qu’un acheteur ne se pointe le bout du nez. « Je n’ai pas décidé de vendre. Ce sont les circonstances qui m’y forcent. » Durant les deux dernières années, il a passé plus de temps dans les hôpitaux qu’à gérer son commerce. Il tire sa révérence à regret.

On sent bien qu’il appréhende la vente de sa boutique de passe-temps qu’il a fondé il y a près de 20 ans. Il s’ennuiera des discussions qu’il avait avec sa clientèle, souvent des passionnés, des collectionneurs ou des mordus de jeux.

« Je ne suis pas un joueur, admet-il. Je suis un modéliste. » Son dada, c’est les grues. Un coin de sa boutique y est consacré. Ses répliques sont minutieusement reproduites au détail près. « Elles se défont en sections, comme les vraies grues. »

Les modèles réduits de grues

Pierre Brault est venu s’installer à Montréal en 1959. Il a assisté à la construction de la métropole : les autoroutes, le métro, le pont-tunnel, Terre des hommes, les installations olympiques. Il en a vu des grues en action dans les chantiers! Il rêvait, en association avec un musée, retracer l’histoire de la grue à travers des répliques miniatures. Maintenant qu’il a perdu l’usage d’un oeil ainsi que sa dextérité manuelle, il porte le deuil de ce projet.

Ce qu’il souhaite le plus maintenant c’est de léguer son commerce à quelqu’un qui le gérera avec la même passion que lui pour les hobbies. « Le loisir est une forme d’éducation, dit-il. Ça demande de l’attention et ça occupe l’esprit d’une personne. »

Le temps qui passe a ouvert ses portes en mars 1991. Auparavant, Pierre Brault a été un employé d’entrepôt chez Renaud Bray pendant 25 ans. Il y a côtoyé le monde du jouet, des jeux de société et a appris à connaître les fournisseurs.

Dans sa boutique, il tient des casses-tête, beaucoup de casse-tête, tous classés par thématique : humour, beaux-arts, sport, animaux, vampires, etc. Pierre Brault en fait sa spécialité. Il connait les illustrateurs, les spécialités de chaque compagnie de même que la forme des pièces des casse-tête selon le fabriquant!

Il vend aussi des voitures de collection Diecast, des modèles réduits à assembler, des figurines d’animaux ou de personnages, des peluches, de la peintures à numéro, des jeux de société et des jeux éducatifs. Rien d’électronique, de vidéo ou d’informatique. Il fait dans le traditionnel et est reconnu pour ça. « J’ai des clients qui venaient de Québec! Quand ils passaient à Montréal, ils s’arrêtaient dans ma boutique pour acheter 3 ou 4 casse-tête. »

C’est bien ce qu’il manque sur la rue Masson, des boutiques spécialisées qui attirent des clients de l’extérieur dans le quartier. Ce serait dommage de perdre l’un des seuls qui existent.

12 commentaires à Les dernières pièces du puzzle

  1. cl@ude boulet

    En 1998, Pierre Brault m’a donné la passion de faire des casse-tête. J’en ai fait des dizaines: Des puzzles de 1000, 3000, 5000, 8000, 12000, 18000 et 24000 morceaux. J’ai eu la chance de faire du casse-tête avec Pierre sous la musique de Procol Harum. Quels bons souvenirs…

  2. Sylvieclaire

    Bravo et merci pour ce portrait sensible d’un commerçant attachant. Les loisirs manuels qui demandent dextérité et patience ont leur place autant et sinon davantage que les jeux électroniques. Bonne chance de tout coeur à M. Brault!

  3. J’ai vu hier dans la porte du temps qui passe une affiche indiquant qu’ils ferment le 26 septembre , donc Dimanche le 26 septembre 2010 était la dernière journée d’opération de ce commerce de quartier . Ils remercient leurs clients . Bonne chance pour l’avenir M.Pierre et Mme Carole . Prenez soin de vous et au plaisir de vous revoir à l’occasion sur la rue Masson . Dommage qu’il n’y ai pas eu d’acheteur sérieux pour ce commerce de loisirs . Un autre local qui sera vide pendant combien de temps ? Sûrement pendant un bon bout parce qu’évidemment cet immeuble appartient au groupe Shiller . En espérant que ce sera pas un autre resto où un bar , mais plutôt soit une boucherie de qualité où un Valmont pourquoi pas .

  4. Hier soir il était après faire des boîtes chez le temps qui passe , donc sûrement que Carole va louer un espace au marché aux puces pour écouler leur inventaire .

  5. Vraiment Spécial

    @Tweety:
    Désolé de vous décevoir mais si mes sources sont bonnes, le local en question est déjà loué (à qui? nous devrions le savoir très bientôt). Je suis d’accord avec vous qu’il est dommage que depuis plus d’un an, un acheteur ne soit pas manifesté. Par contre, à lire vos propos quelque peu défaitistes, on croit percevoir votre doute à l’effet que la Promenade Masson tire remarqueblement bien son épingle du jeu présentement en comparaison d’autres artères commerciales importantes de Montréal. Je doute fort que ce soit ce que vous souhaitez vraiment, ni que ce soit le cas, mais disons que votre message était un peu ambigu. Je comprends vos suggestions de commerce; cependant un magasin genre Valmont aurait besoin d’au moins du double, sinon plus de la superficie ici disponible. Peut être un jour, souhaitons-le, dans un local plus approprié…

  6. @ Vraiment Spécial:

    Désolée de vous décevoir mais mon message n’est pas ambigü du tout . Je souhaite la revitalisation de la rue Masson plus que tout , mais depuis environ 10 ans il y a très souvent des locaux vide sur Masson et ce pendant un certain temps et pourquoi , les loyers sont trop onéreux pour que les nouveaux commerçants qui louent puisse tirer leur épingle du jeu au niveau financier . Un local comme le temps qui passe se loue en moyenne plus de $3,000 par mois , alors faut en vendre des articles de hobby pour arriver à payer le loyer et si le commerçant en question embauche des employés il faut les payer , où bien tenir le commerce seul où presque pour vivre confortablement .

  7. Vraiment Spécial

    Tous ceux qui ont une bonne mémoire vous diront qu’aujourd’hui il y a plutôt beaucoup, beaucoup moins de locaux vacants qu’il y a dix ans. La même grandeur de local sur Mont-Royal se loue entre $4,500 et $6,000 par mois, $10,000 sur la rue Laurier ouest, et plus de $20,000 sur la rue Ste Catherine ouest; c’est selon le potentiel de chaque rue; c’est l’offre et la demande qui fait le marché. Il n’y a à peu près que sur la Promenade Ontario que les locaux se louent moins cher que sur la Promenade Masson. Le Temps qui Passe ne serait pas demeurer plus de 15 ans dans son local si cela ne lui convenait pas. La raison principal du départ est je crois la détérioration de la santé du propriétaire.

  8. Je suis très au courant que c’est la santé de M.Pierre Brault qui est la cause de la fermeture du temps qui passe . Ce magasin était son bébé , je l’ai vu ouvrir sur la 5ème avenue il y a plus de 15 ans . Je lui souhaite de recouvrer la santé et une bonne retraite prématurée à lui et sa dame Mme Carole Brault . Pour ce qui est de l’offre et la demande , beaucoup de citoyens qui habitent près de la rue Masson , espère voir ouvrir des commerces d’alimentation de qualité . Pour ce qui est du Maxi , pour les denrées non périssables ça va , mais pour ce qui est du frais ça laisse a désirer la qualité et la fraîcheur , y a bien le sel et poivre aussi mais les denrées périssables on repassera et même le reste j’ai souvent voulu acheter des choses mais la date d’expiration était passé depuis longtemps , et pas plus tard qu’hier du pain pita qui n’avait seulement pas de date d’expiration . J’adorerais pouvoir faire toutes mes courses sur la rue Masson , malheureusement je suis contrainte d’aller ailleurs pour faire mon épicerie . Pour ce qui est des fruiteries encore là la qualité et la fraicheur laisse a désirer . Je sent que je vais me faire lyncher après ce commentaire , mais j’assume tout ce que j’écrit ici , j’habite le même logement depuis 27 ans donc je connais très bien la rue .

  9. Vraiment Spécial

    Cette fois-ci je n’ai rien à redire à propos de votre dernière intervention (et non, personne ne va vous lyncher). Vous avez parlé de choses vraies, que vous connaissez personnellement, c’est-à-dire très bien. Ce ne sont pas les opinions différentes mais sincères qui m’horripilent mais celles basées sur des approximations, des faussetés ou des ouies-dires.

  10. Valérie

    Un Valmont !!?? Ça va tuer les fruiteries déjà existantes ! Elles ne sont peut-être pas aussi belles et n’ont peut-être pas autant de choix mais elles sont uniques et il faut en prendre soin ! Valmont est maintenant une chaîne et je ne crois pas qu’elle ait sa place sur Masson.

  11. liliane

    j’aimerais savoir ou il y aurait un magasin qui vendrais des puzzle plus de 3000 morceaux avec un choix immense un peu comme masson .com, merci a l’avance

  12. Jean Dit

    Mais qu’est-ce que je fais encore
    À soir dans le Café Lézard ?
    ‘Doit être autour de minuit moins quart
    Y’a le temps qui passe
    Juste en face de l’autre bord… Vincent Vallières

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>