Pas d’opposition publique au projet Norampac

Par -

Mardi soir se tenait la consultation publique officielle pour le développement nommé « projet Norampac ». Tour à tour, des représentants de la ville et des promoteurs ont présenté les caractéristiques du projet et le public était invité à soumettre ses questions.

Plusieurs dizaines de citoyens se sont rendus à la salle du conseil d’arrondissement pour prendre part à la consultation, des chaises avaient même été ajoutées.

Les promoteurs, le groupe Réseau Sélection, a d’abord présenté le projet sous les instructions de l’architecte Christian Thiffault. Comme nous l’avions déjà annoncé, le projet compte 700 logements pour personnes retraitées, 300 logements en copropriété et 180 logements sociaux sont annoncés, en plus d’une polyclinique et un CPE dans 4 bâtiments. C’est un changement radical pour ce secteur actuellement inoccupé depuis la fermeture de la cartonnerie Norampac en 2005.

Ce que nous avons appris de nouveau, outre les spécifications techniques reliées aux immeubles, c’est qu’on y trouvera près de 700 places de stationnement souterrain, que la polyclinique sera accessible depuis la rue d’Iberville et ouverte au public (avec 20 places de stationnement) et que le rez-de-chaussée des immeubles qui donnent sur la rue Molson seront à vocation commerciale. L’expression « développement durable » a été souvent mentionnée et si on ne parle pas de certification LEED à l’heure actuelle, plusieurs mesures sont prévues : 70 % du terrain (sans le bâtiment) sera couvert de végétation, dont une grande partie de plantes indigènes qui demandent peu d’entretien. Les promoteurs aimeraient y voir une section réservée à Communauto, les toits les plus bas seraient couverts de verdure alors que ceux des immeubles plus hauts seront réfléchissants afin de ne pas absorber la chaleur. D’ailleurs, une partie des restes de l’usine Norampac seront réutilisés dans la construction du nouveau complexe. Les matériaux pour la construction des immeubles en bordure des rues d’Iberville et St-Joseph sont choisis pour minimiser le bruit causé par les voitures.

Coin Molson et St-Joseph (photo : Plan d'aménagement d'ensemble - site de l'usine Norampac )

Du côté de l’arrondissement, il faut modifier le zonage afin de permettre la construction d’immeubles de 10 étages (le maximum est actuellement de 6) et changer la vocation du site qui est exclusivement industrielle actuellement.

Peu de résistance de la part du public

Même s’il était nombreux (et comptait beaucoup d’étudiants en urbanisme et architecture!), le public n’a offert aucune opposition au projet. On y allait plutôt de préoccupations comme l’accessibilité pour personnes à mobilité réduite, le tracé de la piste cyclable, l’accès au public non résident du complexe aux terrains et l’attribution des logements sociaux. Plusieurs personnes ont fait part de leur désir de voir un réaménagement complet du viaduc d’Iberville-St-Joseph (le fameux « tunnel de la mort »!). Bien que cela ait été considéré par les promoteurs et la ville, un tel réaménagement semble trop complexe et c’est à mots couverts qu’on évoquait les difficultés à négocier avec CP, le propriétaire de la voie ferrée.

Des feux de circulation devant Maxi

Nous avons appris ce soir-là, et cela n’a pas à voir avec le projet, que la ville installerait éventuellement des feux de circulation coin Masson et Molson afin de sécuriser l’accès à la bande cyclable de Molson. Nous avions en effet constaté des complications à cette intersection, tant pour les cyclistes que les automobilistes qui arrivent de la rue Molson ou qui sortent du supermarché Maxi.

Nous pouvons donc dire que ça augure bien pour les promoteurs du projet Norampac. Les prochaines étapes : prendre compte du rapport de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), adopter les modifications aux règlements de zonage et émettre les permis pour aller de l’avant. Si tout n’est pas encore finalisé (comme l’architecture des bâtiments, la nature de la garderie, les services de la polyclinique, etc.) on peut s’attendre à voir bondir la population du Vieux-Rosemont d’à peu près 2000 personnes dans les prochaines années.

Si ça vous intéresse, voici quelques documents étoffés sur le projet (via le site de l’OCPM). En format PDF.

Plan d’aménagement d’ensemble – site de l’usine Norampac
Étude du climat acoustique du secteur de l’ancienne usine Norampac – rapport final
Étude d’impact sur la circulation
Résumé du rapport de caractérisation et de réhabilitation environnementale du site de l’ancienne usine Norampac
Rapport des interventions en développement durable

10 commentaires à Pas d’opposition publique au projet Norampac

  1. Stéphan

    Est-ce qu’on a suggéré des projections de mises en chantier? Ça pourrait débuter et se terminer quand ce projet?

  2. Christian

    @ Carl,

    le parc ne perdra pas tout son cachet, bien au contraîre, il servira enfin à beaucoup plus de monde et pas seulemnt à des junkies après 21h00!! bienvenu à ce projet majeur dans le quartier.

  3. Pauline Paquette

    Whoa, whoa !!! pas 700 places de stationnement souterrain y<a surement une erreur……..

  4. Fabienne

    @Pauline Paquette: 700 places de stationnement pour près de 1200 logements, ça ne me paraît pas extravagant…

  5. Guillaume

    700 places de stationnement, c’est une aberration. Malgré tout, je crois que le ratio est de 1 place pour 2 logements… c’est pas si pire, surtout si on considère l’offre de transport.
    J’espère que la ville profitera de l’occasion pour sécuriser au maximum les intersections avec des saillies de trottoir. Sinon, bravo pour la densification du secteur et l’intégration de commerces. Mais 700 chars, ouch!

  6. Super pour ce projet. De plus, si nous mettons l’emphase sur l’environnement et la verdure, c’est encore plus fantastique. J’avoue que 700 autos… c’est un peu intense. Reste, maman (ou papa) qui travaille et qui doit aller porter ses enfants à 2 garderie différentes, à 2 endroits dans la ville et se rendre au travail à l’heure pas en sueur… disons que l’auto est une nécessité ou presque.

    Suggestion de commerce, avec la quantité d’enfants dans notre coin, je vote pour des commerces accès famille. Aire de jeux intérieur comme Le petit gym http://www.lepetitgym.ca.

  7. L’auto n’est pas une nécessité ou presque, c’est une nécessité. Je crois qu’il est utopique de croire que l’on peut créer des îlots de logement d’une telle ampleur sans penser aux autos. On ne peut pas demander aux personnes âgées d’abandonner leur voiture. C’est souvent la représentation suprême, pour eux, de l’autonomie.

    Personnellement, au risque de faire réagir certains, j’y aurais implanté plus de condos. Je trouve qu’il y a surreprésentation des aînés et que l’intégration des condos les aurait sécurisés.

    Cela étant dit, ça semble un beau projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>