Widget Image
Dernières nouvelles
Restez en contact :
mardi le 15 octobre
HomeCultureComment avoir hâte au lundi : les soirées Douteux
Publicité

Comment avoir hâte au lundi : les soirées Douteux

Tous les lundis, vraiment sans exception, se déroule une soirée « douteuse » au Broue Pub le Brouhaha. Tenu par l’organisme Douteux, l’événement rassemble les amateurs de films d’un genre disons (pour le moment) particulier, pour une communion qui dépasse parfois l’imagination.

Photo: Douteux.org

Du vieux comme du neuf. Presque neuf. (photo: Douteux.org)

Une soirée « douteux » en bref: projection d’un film douteux, choisi par le public et diffusé à 22h00, une foule motivée (l’endroit était plein), des projectiles innofensifs à lancer sur l’écran lors de scènes particulièrement douteuses, de la bière de micro-brasserie (certainement le meilleur choix du quartier), des clips variés allant de pubs quétaines à des extraits de séries poches en apéritif, de 20 à 22h et une ambiance déchaînée. Et c’est gratuit.

Toutes les semaines le public est effectivement invité à choisir entre deux films sélectionnés par les organisateurs, des collectionneurs maniaques du genre, sur le site internet de l’organisme. Le film élu est annoncé sur le site avant la présentation. Une fois sur place, on se prend un verre et on se déplace dans une salle connexe à la salle principale (le Brouhaha est plus grand qu’il en a l’air!). Sur les tables, des seaux remplis de « projectiles », fabriqués de manière on ne peut plus artisanale à partir de bouchons de liège. Sur l’écran se déroule le réchauffement de la salle: des pubs sorties de vos pires souvenirs, des passages particulièrement ratés de films particulièrement mauvais, des vidéoclips, des chansons et des coupes de cheveux que vous avez certainement oubliées. C’est tout l’esprit douteux, manifesté par un public convaincu (et averti) qui réchauffe rapidement l’ambiance et fait de ce genre de soirée un excellent moment à passer entre amis.

Pourquoi?

Le collectif les douteux est composé de beaucoup de monde, mais disons pour des raisons pratiques qu’un noyau de purs et durs s’occupe de la gestion des événements. RueMasson a rencontré Benoit Mercier, Simon Chénier et Tommy Gaudet, ce dernier étant un des piliers du mouvement et animateur de la soirée. Hebdomadairement, même les jours fériés ou dans le temps des fêtes, le collectif organise une soirée projection de film et invite le public à y assister. Leur motivation, si on exclut le plaisir, est avant tout pédagogique.

Le groupe cherche à « développer le réflexe du questionnement par rapport à la culture de masse et éliminer l’acceptation automatique des idées reçues ». Il se questionne également sur la quantité importante de contenus douteux dans les tous médias, ici comme ailleurs, autant dans le passé que dans le présent. S’ils paraissent rigolos à première vue, les vidéos présentés par le collectif cherchent surtout à susciter des discussions autour du droit de douter de la qualité des productions télévisuelles et cinématographiques.

Les amateurs du genre sont en communication constante pour partager et échanger leurs trouvailles. Beaucoup de contenus sont fournis par les fans d’ici et par d’autres collectionneurs dans divers forums sur internet. D’ailleurs, si vos vieilles VHS s’empoussièrent dans le bas d’une bibliothèque ou d’un meuble de télé, n’hésitez pas à les donner aux Douteux avant que celles-ci se démagnétisent. Ils en feront certainement un meilleur usage que vous!

Partout dans le monde, même à Québec

La passion pour le mauvais matériel vidéo, avec esprit critique, est ressentie à plusieurs endroits dans le monde. En France, l’organisation Nanarland fait le même genre de boulot. Aux États-Unis, le Found Footage Festival fait la tournée de plusieurs États et est en marge de plusieurs événements culturels existants et même importants. Chacun souligne à sa façon la médiocrité. Car souligner la médiocrité c’est la reconnaitre et la reconnaitre, c’est un peu la combattre. Dans la ville de Clotaire Rapaille, les Douteux ont une cellule et on y diffuse simultanément le même film qu’à Montréal au bar le Ninkasi.

Ouin mais Total Crap, c’est pas la même affaire?

Chuck's always right. (photo: Douteux.org)

Les Douteux admettent bien qu’il existe plusieurs similitudes avec les soirées Total Crap, qui diffusent « le pire de la télé » pour le plaisir de l’auditoire. Toutefois, ils assurent que ce sont deux initiatives différentes et se ils se défendent bien d’avoir imité le concept. « Si on présente des films depuis deux ans, nous regardons et archivons des contenus vidéos depuis plus de cinq ans » explique Tommy. Pour le commun des  mortels, leur démarche se différencie avant tout par l’objectif: si Total Crap fait avant tout rigoler, les Douteux veulent rigoler, réfléchir et surtout compiler les contenus pour la postérité. De plus, une soirée Douteux est un peu laissée entre les mains du public, qui peut réclamer en temps réel de revoir certains clips savoureux ou exiger qu’on saute les plus difficiles.

Le site des Douteux est très riche en contenus. On y trouve la fiche de chacun des films présentés depuis les débuts, une vidéo hebdomadaire, une tonne d’explications sur la mission de l’organisation et bien plus. L’animateur et organisateur Tommy Gaudet fait partie de l’émission de radio 70%, inspirée par la cause, diffusée à CHOQ FM.

Soirée Douteux, tous les lundis dès 20h00, au Brouhaha. 5860 de Lorimier, Montréal. Gratuit. Dans tous les sens du terme.

Latest comments

  • Merci David, c’est un très bel article!

  • Excellent article, clair dans tout les sens du terme! Si je n’étais pas déjà accro, je le deviendrais! Merci RueMasson!

  • Beaucoup d’informations intéressantes dans cet article. Mais «ouin mais» dans un texte de qualité, je trouve ça plutôt… douteux.

leave a comment

Publicité