La BatCave – laboratoire sportif sur Masson (1/2)

Par -

Les Jeux olympiques viennent tout juste de se terminer que les athlètes rêvent déjà d’y retourner. Mais avant de revoir la flamme olympique, ils devront encore une fois s’entrainer comme des forcenés dans les meilleurs centres spécialisés au pays. Pour y parvenir, certains athlètes se tournent vers la BatCave – un laboratoire sportif de haute performance, situé dans un ancien garage coin Chapleau et Masson. De nombreux athlètes de très haut niveau viennent dans notre quartier spécialement pour s’entrainer dans ce qui est probablement le meilleur centre d’entrainement de Montréal. RueMasson s’est entretenu avec Yannik Morin, un des deux propriétaires de la BatCave, opérant dans le quartier depuis maintenant tout près de six ans.

Yannik Morin - l'homme qui poussait des paniers d’épicerie sur la piste Étienne Desmarteaux ici, dans Rosemont!

Pourquoi la BatCave ?

La BatCave est parti de l’idée d’Hugo LeBire et de moi-même, Yannik Morin. On évoluait dans le domaine de l’entraînement, soit à domicile ou dans un gym, et on vivait avec la problématique que c’était extrêmement difficile de faire de l’entrainement athlétique dans un gym commercial. Lorsque l’on s’entraine on monopolise le gym, on fait beaucoup de bruit et on fait des exercices qui peuvent avoir l’air fou. Disons que la clientèle et les propriétaires n’étaient pas nécessairement heureux de nous voir arriver. C’était une problématique pour nous autant en tant qu’entraineur qu’en tant qu’athlète. On en est donc venu à la conclusion qu’il fallait bâtir quelque chose où les athlètes pourraient donner libre cours à leurs besoins athlétiques.

La BatCave, pour qui ?

Ça part du Week end warrior (adulte qui s’entraine pour des compétitions de fins de semaine) jusqu’aux professionnels en passant par les athlètes amateurs de haut niveau comme les athlètes olympiques. On part vraiment d’un extrême à l’autre. Nous voulons des gens sérieux avec des objectifs. On se spécialise dans les athlètes de haut niveau, mais nous ne refusons personne.

Le nom, la BatCave ?

Le nom vient de lorsque j’habitais mon ancien loft sur Iberville. Dans le loft il y avait un racoin, sûrement une ancienne salle de machines, et j’avais installé mon vélo ainsi que mon ordinateur. Je passais des heures et des heures à m’entrainer dans ce racoin avec ma grosse fan. C’était mon laboratoire secret d’entrainement. Lorsque les gens appelaient chez nous, ma blonde disait alors que j’étais dans ma BatCave ! Par la suite, lorsqu’on cherchait un nom pour ce petit local qui a l’air de rien, on a tout de suite pensé à la BatCave!

La porte d'entrée de la célèbre BatCave.

Ton bagage sportif ?

J’ai toujours pataugé dans le sport de haut niveau. J’ai participé aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City en bobsleigh à deux. J’ai également fait partie de l’équipe nationale de cyclisme sur piste, ce qui m’a fait voyager et compétitionner partout à travers le monde. J’ai participé à deux championnats du monde et j’ai été médaillé aux championnats panaméricains. J’ai pris ma retraite du vélo un peu avant les Jeux olympique de Pékin en 2008. Avant mes aventures dans ces deux disciplines olympiques, j’ai fait du culturisme de haut niveau où j’ai gagné Monsieur Univers Naturel à Las Vegas à 22 ans. Maintenant, je suis préparateur physique formé avec la certification nationale des entraîneurs. Je me spécialise dans l’entrainement d’athlètes spécialement en vélo, en haltérophilie et dans tous les sports de puissance.

Où est-ce que tu t’entrainais, dans ton temps !?

Pour le bob, je me suis entrainé à pousser des paniers d’épicerie remplies de poids sur la piste Étienne Desmarteaux ici dans Rosemont ! J’ai aussi poussé des autos dans la cours. C’était fait avec les moyens du bord mais ça a fonctionné tout de même. Par la suite, lorsque j’étais à Calgary avec l’équipe nationale, ça allait très bien puisqu’il y a un véritable centre d’entrainement pour s’entrainer à pousser. Ici, il faut être très créatif. J’aurais aimé avoir une BatCave lorsque je m’entrainais pour le bob.

Impressionne-moi avec des noms… t’es pas game !

En cyclisme, on entraine le champion du monde des maîtres pour une 5e année consécutive Gérard Louis Robert. On entraine également presque la totalité des athlètes de piste de l’équipe du Québec ainsi que plusieurs skieurs, toujours de l’équipe du Québec. Caroline Calvé, qui est allée aux olympiques de Vancouver en surf des neiges slalom, prend des entrainements privés lorsqu’elle est dans le coin. Quelques joueurs de la LNH viennent également ici comme Joël Perreault des Coyotes de Phoenix et Pierre-Alexandre Parenteau des Rangers de New York. L’ancien joueur du Canadien Saku Koivu venait se faire masser par notre ancienne massothérapeute. On travaille aussi par correspondance avec des athlètes de New York et de la Californie. Bref, on a vu de grands noms du sport dans ce petit garage.

La suite de l’entretien de  « La BatCave –  laboratoire sportif sur Masson » la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>